article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Artlantis | Post-prod

  • Vidéo 56 sur 57
  • 4h51 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Post-prod
00:00 / 12:32
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
69,00€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Nous allons maintenant voir comment améliorer le PROCESS de post Production. Alors j’ai ici mon point de vue et au moment de rendre mon image, lorsque je vais chercher à localiser le répertoire de destination de mon image, je vais choisir plutôt qu’un format JPEG ou BMP ou autre, et même de choisir le format Photoshop, vous allez voir qu’il y a énormément davantage à choisir ce format pour le PROCESS de post production. Une fois mon image générée, je viens directement, j’ouvre ce fichier dans Photoshop ou GIMP qui est un freeware de traitement d’image, qui est parfaitement compatible. Je viens ouvrir le document généré et j’obtiens ici l’image rendue, alors quels avantages pouvons-nous tirer du format Photoshop ? Et bien dans un premier temps nous pouvons observer la structure des calques que j’ai une répartition à la fois des effets de post production et des calques additionnels qui vont nous être utile, alors si je coupe un ensemble de calque ou plutôt par ordre de choix, ce premier calque déjà c’est l’effet de rayon de solaire qui apparait sur un calque différent du reste soit du projet par lui-même. C’est-à-dire que je peux simplement le nuancer un peu plus subtilement pour éviter une saturation plus importante comme dans mon rendu actuel. Deuxième élément, j’ai ici dans ce calque l’ensemble de mon modèle rendu à savoir tout ce qui est texturé, qui est un élément indépendant de notre arrière-plan, donc je vais couper ici les autres éléments et les autres calques, donc j’ai ici y compris les transparences, qui sont prises en compte dans ce fichier la, et mon arrière-plan étant un calque ni plus ni moins qui est placé derrière, ce qui veut dire que je pourrais très bien ouvrir un média, nous allons prendre une image référence, une image de fond classique, avec un ciel, un CTRL + A et CTRL + C ou plutôt dupliquer carrément le calque dans le projet .PSD. Donc mon calque est arrivé ici à moi de le placer au bon endroit pour qu’il soit placé dans le bon cas de figure. Je peux redimensionner cet élément avec CTRL + T de manière à ce que l’échelle soit en forme par rapport à mon projet. Voilà donc une première étape assez utile avec la distinction arrière-plan et avant plan. Autre élément, vraiment d’importance, c’est le calque matériau, je vais masquer provisoirement ceux précédemment vus et affiché celui-là, celui-ci est vraiment important pour une raison simple, c’est que sur ce calque, j’ai tous les éléments matières désocialisés des autres par des couleurs différentes, alors tout ce qui appartient aux bardages bois comme par ici est identifié en une seule couleur ici, cette couleur un peu moutarde, ce qui me permet de venir dans mon projet et de sélectionner cette matière, clic droit et de généraliser ma sélection et l’ensemble des éléments comportant cette couleur, normalement, il n’y en a qu’une, de revenir sur ce calque-là, soit d’agir directement en post traitement sur la matière dans le calque ou un CTRL + J permettrais de faire une copie de cette sélection et d’agir en post production, il s’agit évidemment de ne pas faire un cours de Photoshop, donc régler l’exposition par exemple, donc je souhaiterais que cette matière soit un petit peu plus lumineuse, corriger ici par le moyen d’une courbe, régler les intensités et les contrastes en gros de mes matériaux, donc je viens renforcer ici en ayant fait juste une sélection sur une matière que je viens chercher dans ce calque matière. Voyez que de fait, nous avons quelque chose d’extrêmement présent par rapport à l’image initiale. Donc ce calque sélection a d’autres avantages, il permet très facilement de faire une sélection d’éléments pour placer un personnage derrière les gardes de corps en venant chercher tout simplement dans cette image tous les éléments d’avant plan, donc ici le garde de corps y compris les éléments intermédiaires ici et de faire un détourage très simple pour placer un personnage en arrière. Autre particularité de cet outil de gestion ou de ces différents calques qui est un calque dit objet. Dans la mesure où j’ai placé des objets dans la scène, la scène en elle-même est un objet, car elle est identifiée en une seule couleur. En revanche j’ai placé des objets dans ma scène différente et la aussi pour des questions de rapidité et de simplicité de sélection, là j’ai un calque spécifiquement fait pour les options. En post production, nous sommes capables d’identifier et d’extraire un grand d’élément de notre projet grâce à ces simples calques de matériaux et objet. Pour finir la post production liée au fichier multi calque et Photoshop, il existe également ce calque, le ZBUFFER, qui est calque très utile pour intégrer en post production seulement de la profondeur de champ, alors que malheureusement il n’est pas très bien placé là où il devrait être, car il devrait se trouver dans les couches, alors pour une raison simple, dans Photoshop lorsque nous utilisons un filtre qui est d’objectif, nous faisons appel à une source qui est en l’occurrence un masque alpha et non un masque de fusion, ou alors il faudrait que ce masque soit un masque de fusion sur celui-ci qui n’est pas le cas non plus. Donc nous allons pouvoir bidouiller un peu pour corriger cela. La démarche est simple, je vais décocher mon calque dans un premier temps, et m’intéresser qu’à celui-là. Alors comment fonctionne la profondeur de champ ? En fait la profondeur de champ de Photoshop va être plus ou moins intense ou va trouver une notion de profondeur en fonction de la nuance de gris dans notre image, comme vous pouvez le voir, mon avant-plan est plutôt sombre, et plus je m’éloigne ou je gagne de la profondeur, plus je suis blanc, c’est la première chose. Ensuite je vais dupliquer le calque et surtout je vais appliquer ici le masque de fusion, quand j’applique le masque de fusion, pour le coup, j’applique une transparence également ici, or mon masque qui va me servir pour la profondeur de champ doit être un masque unique, donc ne pas peut être vide, j’ai besoin de remplir par une couleur l’arrière-plan et cette couleur doit être impérativement du blanc puisque le fond est blanc et devenu c’est du noir. Dans le calque actuel, si j’enlevais ce masque de fusion je serais noir à l’arrière, voyez si je désactive le masque de fusion, je suis noir en arrière ce qui n’est pas conforme. Une fois que j’ai créé dans ZBUFFER, que j’ai appliqué un masque pour avoir un fond transparent, j’ai créé un nouveau calque dans le lequel je vais appliquer ma couleur blanche, qui sera lui derrière mon calque ZBUFFER. Ces deux calques, je vais les fusionner. Maintenant j’ai ma logique de profondeur noire le plus proche de moi et blanc vers l’arrière, je vais faire une sélection « CTRL + A » CTRL + C » je viens dans une couche, et je vais créer une couche alpha dans lequel je colle ma sélection « CTRL + V ». C’est cet alpha 2 qui va me servir pour déterminer la profondeur dans Photoshop avec mon filtre de flou d’objectif. Je réactive mon RVB et mon masque alpha, et je reviens dans mes calques et je vais appliquer ma profondeur sur cet objet-là et éventuellement sur mon arrière-plan. Donc maintenant comment appliquer ma profondeur de champ, donc dans un premier temps j’aurais besoin de faire plusieurs choses, puisque j’ai fait de la post production je vais repartir de cet élément là, prudemment pour garder cette entité, je fais souvent un CTRL + J, ce qui me permet de copier ces calques pour en garder en fait la nature. Je vais supprimer ces masques de fusion qui ne sont pas utile ici en l’appliquant de manière à garder l’arrière-plan et je vais réactiver cette image de la post production réalisée sur une partie de mes surfaces et je vais ici sélectionner mes éléments donc attention à n’activer que ces calques-là et ici je vais fusionner les calques visibles. Maintenant sur ce calque nous allons appliquer un filtre d’atténuation de flou d’objectif qui fera appel à un canal alpha qui est l’alpha 2 dans lequel j’ai collé mon filtre. Je vais pouvoir jouer sur un flou de distance qui va correspondre à une zone de netteté dans mon projet, alors cela dit pour cette image, cela va être un peu plus difficile à gérer puisque je suis sur un plan relativement éloigné donc et assez peu d’éléments d’avant plan et d’arrière-plan et je vais toute fois baisser un peu la valeur de rayon. Alors actuellement nous avons un avant-plan qui est flouté et l’arrière-plan qui va être plus nette ici dans le projet, j’ai possibilité en fait d’inverser cette sélection, tout ce qui sera en avant-plan sera plutôt nette et tout ce qui est en arrière-plan dans la floue. Je vais réduire énormément le floue de distance parce qu’il y a assez de distance de profondeur et je pourrais augmenter un peu le rayon donc voilà je suis en arrière-plan flouté et nous le distinguons assez bien et dans ce cas suivant l’avant plan flouté est assez net sur la partie arrière.