article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Artlantis | Duplication et modification d'un objet

  • Vidéo 31 sur 57
  • 4h51 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Duplication et modification d'un objet
00:00 / 05:38
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
69,00€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Alors, une fois qu’on a placé un objet dans une scène, il est tout à fait possible également de dupliquer cet objet. Alors, le principe est très simple, il est d’ailleurs tout à fait comparable au principe de duplication des sources lumineuses. J’ai ici dans sélectionner un objet dans ma scène, je vais appuyer sur la touche Alt et shift et je viens, comme pour les lumières déplacer une ligne de distribution de mon objet. Alors, comme pour les lumières, cette ligne est une ligne qui sur laquelle je peux jouer sur des poignets de tangente pour définir en fait des courbures de duplication. D’ailleurs, je ne suis pas sûr de l’avoir précisé mais il est temps d’en parler, il est possible d’ajouter un nœud si nécessaire, donc, je clic droit ici, ajouter un point de contrôle complémentaire, qui me permettrait de jouer plus finement sur les courbures. Avec cet outil, on peut créer, donc une ligne comme ça sur laquelle on va répartir un certain nombre d’objet, il ne reste plus qu’à, comme pour les lumières, ajouter un nombre de copie dans l’intervalle, donc plus, plus, plus, ou moins, moins, moins, et je valide. Alors, évidemment, l’objet a conservé sa position par rapport à la tangente, donc si je l’avais mieux aligné, j’aurai eu une répartition constante, ou peut-être même perpendiculaire si mon objet avait été perpendiculaire sur l’initiale, j’aurai eu une répartition également perpendiculaire à l’objet. Donc, une fois mon objet réparti, on va essaie de comprendre comment il fonctionne, là il faut être assez fan du model Honda, mais quand on est fan, on ne compte pas. La première chose, chaque objet est bien sûr indépendant, je peux bien sûr les déplacer à ma guise, ce qui est important. Le deuxième point important avec l’objet. Voyons ce qui s’est passé au niveau des matériaux. Puisque tous ses objets sont éditables et modifiable bien sûr au niveau des matières. Je vais dans la rubrique shader, et dans la rubrique shader, je vais pouvoir lire cet objet de cette manière-là. J’ai tout d’abord la scène. La scène ça correspond à la base de mon projet, c'est-à-dire ici, en l’occurrence mon bâtiment. Donc, je vais réduire ici, comme j’ai déjà quelques objets dans ma scène, je vais réduire l’ensemble de ces rubriques là et nous allons trouver enfin nos rubriques qui vont s’appeler « down scene » dans lequel je trouve autant d’entré qu’il existe de copie dans le projet. Quand je maintiens le clic sur une matière, je vois par surbrillance l’objet à qui il appartient. Donc, si je souhaite, je peux prendre par exemple cette surface-là. Et je peux modifier la couleur s’il me chante. Après tout, si on en a 5, à moins qu’on soit vraiment fan du rouge, on peut s’offrir le privilège d’en avoir une par couleur ou pas. Maintenant, au niveau de l’application de cette couleur. Je viens donc d’appliquer sur cette objet la une matière différente, une matière spéciale. Donc, sur cette entrée-là, et bien, si je le souhaite finalement, je veux bien avoir 5 Honda mais je veux bien au contraire qu’elles soient toutes bleu. Alors, je vais faire clic droit sur la matière, et je vais appliquer ce changement de couleur à toute les occurrentes, c'est-à-dire toutes les copies présentes dans mon projet. Ou encore, si ça ne me convient pas, je prends n’importe lequel, je fais clic droit à nouveau et je vais chercher à reprendre en fait la valeur par défaut qui était celle de l’objet initial. Donc le rouge en l’occurrence et à nouveau clic droit et je l’applique à toutes les occurrentes. Donc, ce principe est simple, mes objets sont à la fois indépendants et finalement aussi intimement liés, ce qui me permet une gestion assez simple dans mon projet. On verra que la notion d’objet est vraiment très importante, il faut utiliser énormément d’objet dans une scène à plus forte raison que les objets viennent enrichir considérablement la scène avec des objets détaillés et de bonnes qualités.