Comprendre et utiliser les enveloppes ADSR dans les synthétiseurs

Ajouter une enveloppe d'amplitude de type ADSR
Vidéo non disponible ! Réessayez plus tard
Cette vidéo fait partie de la formation
Apprendre à programmer dans Max For Live
Revoir le teaser Je m'abonne
Transcription


49,00€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Description Programme Avis


49,00€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Les objectifs de cette vidéo sont de comprendre le rôle des enveloppes ADSR dans un synthétiseur, apprendre à configurer une enveloppe pour contrôler un amplificateur, et explorer les options de personnalisation pour une manipulation sonore précise.

Découvrez comment intégrer une enveloppe ADSR pour contrôler un amplificateur dans un synthétiseur numérique.

Dans cette leçon détaillée, nous examinons la conception et l'intégration d'une enveloppe ADSR (Attack, Decay, Sustain, Release) pour contrôler un amplificateur dans un environnement de synthétiseur. Nous commençons par une explication du schéma initial, qui inclut le clavier contrôlant le VCO (Voltage-Controlled Oscillator) et les enveloppes contrôlant l'amplificateur VCA (Voltage-Controlled Amplifier). L'objectif est de connecter une enveloppe à la vélocité et de configurer les paramètres pour une manipulation optimale du son.

Nous utilisons un objet ADSR tilde pour générer le signal, soulignant l'importance du calcul échantillon par échantillon pour une réponse précise. Ensuite, nous configurons les temps d'attaque, de decay, de sustain et de release en utilisant des potentiomètres configurables via des objets live dial, avec des valeurs adaptées expressément pour le travail en Midi seconde de 5 à 2000 millisecondes. Enfin, nous abordons la possibilité d'observer les changements de signal en utilisant l'objet scope.

Voir plus
Questions réponses
Quelle est la fonction principale d'une enveloppe ADSR dans un synthétiseur?
L'enveloppe ADSR contrôle l'évolution du volume ou d'autres paramètres en fonction du temps, permettant de sculpter le son en définissant des segments d'attaque, de decay, de sustain et de release.
Comment l'objet ADSR tilde gère-t-il le signal de sortie?
L'ADSR tilde calcule chaque échantillon à une nouvelle valeur pour produire un signal précis, ce qui est crucial pour une réponse sonore en temps réel.
Quel est l'avantage d'utiliser des potentiomètres configurables pour définir les temps d'attaque, de decay, de sustain et de release?
Les potentiomètres configurables offrent une flexibilité et une précision accrues, permettant des ajustements en temps réel pour façonner le son de manière plus intuitive.
Si nous repartons du schéma initial, on voit qu'on a donc un clavier qui contrôle ici le VCO, ça c'est le contrôle du pitch, ce qu'on a fait, midi pitch vers fréquence, et le clavier part également vers des enveloppes. Ici on a une enveloppe, enveloppe Générator 2, qui contrôle l'amplificateur Voltage Control Amplifier. Notre amplificateur ici, c'est donc la multiplication qu'on a réalisé. L'idée va être donc de mettre maintenant une enveloppe entre la vélocité et notre amplificateur. Alors il y a plusieurs objets pour faire des enveloppes, l'enveloppe la plus courante c'est souvent l'enveloppe ADSR, donc on va utiliser ici un objet ADSR, ADSR tilde, puisque ce qui sort de l'ADSR c'est du signal, alors ça peut paraître étrange puisque au fond c'est une sorte de contrôle, mais il va falloir calculer chaque échantillon à une nouvelle valeur, et donc pour ça il faut que le signal de sortie de l'ADSR soit en signal. Donc le principe, on va envoyer une valeur en entrée d'ADSR, et l'ADSR va faire des rampes, donc on va aller à la valeur reçue dans un certain temps, ce sera le temps d'attaque, ensuite on va aller à la valeur de sustain, et pour y aller on va avoir une nouvelle rampe qui va être le decay, et ensuite quand on recevra la valeur 0 en entrée de l'ADSR, donc vélocité off, et bien on aura une dernière rampe qui sera le temps de release. Donc on connecte la vélocité divisé par 127, donc cette valeur entre 0 et 1 ici, on connecte ça à l'entrée de l'ADSR, il reste maintenant à indiquer des temps d'attaque, decay, sustain, release. On peut connecter la sortie de l'ADSR à la multiplication ici, on va faire un peu de place, on va faire un peu plus de place, voilà, et donc on va mettre maintenant des contrôleurs de temps d'attaque, decay, sustain, et release. Donc on peut prendre pour ça des live dials par exemple, un objet qu'on n'a pas encore utilisé, qui est un peu similaire au live numbox, mais qui permet d'avoir un potentiomètre. Par contre il va falloir le configurer bien sûr, donc on va avoir trois objets qui vont être des objets de temps, attaque, decay, release. Donc ces objets, on va mettre un temps qui peut être entre 5, on est en midi seconde, et par exemple 2000. On va les renommer donc ADR, ici dans le nom, alors on a plusieurs noms dans les objets, on a le long name, le short name, en fonction de la possibilité d'affichage de nom, de la place, et le scripted name qui est plus un nom qui permet d'atteindre par d'autres objets l'objet en question. Ensuite donc decay, donc on va mettre un D, et release R, voilà reste le sustain, alors là on peut mettre un S, et puis les valeurs vont être différentes, donc sustain ça pourrait être une valeur entre 0 et 1, ça pourrait aussi exprimer en pourcentage, le sustain ici agit comme un niveau de volume par rapport à la valeur reçue, donc le pourcentage est assez juste, par contre on n'utilisera pas la première sortie si on met 100, parce qu'on ne va pas multiplier par 100 l'intensité, on prendra la deuxième sortie qui elle est entre 0 et 1, ça c'est comme pour tous les objets qu'on a vu de MaxFrontLive, comme les LiveNumBox, la deuxième sortie ici nous donne toujours une sorte de valeur interne entre 0 et 1, donc là on prendrait cette valeur là, et puis on peut mettre maintenant donc unit style pourcentage, voilà et puis ADR, on voit qu'on peut changer les paramètres inspecteurs en sélectionnant plusieurs objets, et donc changer les trois en même temps, c'est assez pratique, et là unit style on va mettre millisecondes, en tout cas time, voilà peut-être une dernière petite modification, on peut aussi mettre un exponent ici qui permet d'avoir une course non linéaire de la commande, c'est à dire que quand je serai au milieu, donc là je vais entre 5 et 2000, donc normalement au milieu je suis à peu près à 1000, et on voit que je suis maintenant à 200 et quelques, 250, 260, ce qui veut dire que j'ai une plage beaucoup plus large ici pour les premières valeurs, et plus je vais augmenter la valeur, plus vite la valeur va augmenter, ça c'est souvent très utilisé dans les commandes, voilà donc là on peut câbler, et maintenant on peut tester cet enveloppe ATSR, on peut aussi l'observer, comme c'est du signal on va utiliser l'objet scope, et on va voir donc du coup la montée, voilà le release, l'attaque,

Programme détaillé de la formation