Comprendre la Mémoire : Court Terme vs Long Terme

Mémoires, outils et prise de décision
Vidéo non disponible ! Réessayez plus tard
Cette vidéo fait partie de la formation
Apprendre l'UX Design
Revoir le teaser Je m'abonne
5,0
Transcription

59,90€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Description Programme Avis
5,0
59,90€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Les objectifs de cette vidéo sont de :


  • Comprendre les différences entre la mémoire à court terme et à long terme.
  • Apprendre des techniques pour améliorer la mémorisation.
  • Reconnaître les limitations cognitives humaines et leur impact sur la prise de décision.

La vidéo explore les distinctions entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme, examine les capacités de mémoire humaine et présente des études sur les limitations cognitives.

Dans cette leçon, nous examinons la mémoire humaine sous différents aspects :


Mémoire à court terme : Selon George Miller, elle peut contenir environ sept éléments. Les informations supplémentaires tendent à éclipser les anciennes. Un exemple concret est donné avec le design des menus pour maintenir une échelle utilisateur maîtrisable.


Mémoire à long terme : Contrairement à la mémoire à court terme, elle requiert un effort pour être consolidée. Elle est quasi illimitée en termes de capacité et peut stocker des mots, chiffres et processus. Des techniques pour améliorer la mémorisation incluent la répétition, l'interaction et l'attachement émotionnel.


Nous discutons également des limitations cognitives grâce à des études et des expériences. Par exemple, l'expérience de multiplication montre que le recours à des outils externes peut réduire la charge cognitive et augmenter l'efficacité. Une étude intéressante de Dan Ariely révèle comment nos limitations cognitives influencer la conception d'interfaces utilisateur.


Enfin, une étude sur le choix de confitures dans un supermarché démontre que trop de choix peut entraîner une paralysie décisionnelle. Une autre expérience sur les joueurs de Tetris illustre que les experts dépendent plus du système perceptif rapide que du raisonnement lent.

Voir plus
Questions réponses
Quelles sont les principales différences entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme ?
La mémoire à court terme a une capacité limitée (~7 éléments) et une courte durée, tandis que la mémoire à long terme est quasi illimitée et requiert des efforts pour être consolidée.
Comment la répétition aide-t-elle à consolider la mémoire à long terme ?
La répétition aide à renforcer les connexions neuronales, facilitant ainsi le transfert d'informations de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme.
Pourquoi les experts en Tetris ne conceptualisent-ils pas le problème dans leur cerveau ?
Les experts en Tetris utilisent des essais rapides et visuels sur l'écran plutôt que de conceptualiser le problème, exploitant ainsi la rapidité du traitement perceptif.
Nous allons parler maintenant de mémoire. Alors, il existe deux types de mémoire, la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Selon George Miller, la mémoire à court terme dispose de cette case plus ou moins de deux éléments. Ce qu'il veut dire par là, c'est qu'on peut mettre cette information, et quand on met une huitième information, on a déjà oublié la première. George Miller dit plus ou moins deux éléments parce qu'il y a une grande variabilité entre les individus. Voici un exemple de site grand public, et on voit effectivement que c'est General Electric, une des plus grandes compagnies au monde, et on voit effectivement qu'il y a 1, 2, 3, 4, 5, 6. Donc on voit qu'en termes de design, pour garder une échelle qui est maîtrisable par la plupart des individus, on tentera de rester en dessous de ce chiffre de 7. De même, à l'intérieur des menus, quand on structure, on voit à l'intérieur, on essaye de garder pas plus de cette catégorie. Donc ici, on a 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7. Vous voyez, il n'y a aucune partie qui est supérieure à ce chiffre. Nous allons parler maintenant de mémoire à long terme. Alors, la mémoire à long terme, à la différence de la mémoire à court terme, ce n'est pas un processus automatique. Autant toute l'information transite par la mémoire à court terme, la mémoire à long terme, elle requiert un effort pour enregistrer l'information. Elle peut avoir besoin d'un temps d'accès. Par exemple, quand on a un mot sur le bout de la langue, ça prend du temps pour y accéder. L'avantage de cette mémoire, c'est qu'elle n'a pas de limite connue. C'est une mémoire qui peut être la mémoire des mots, de chiffres, mais aussi de processus, de façon de faire, de façon de jouer. Pour stocker de l'information dans la mémoire à long terme, ça demande plus d'efforts, ça demande de la répétition, ça demande de faire soi-même, de manipuler par soi-même, et éventuellement d'ajouter une charge émotionnelle pour renforcer l'accroche ou la connexion qui est faite à l'intérieur du cerveau. Comment faciliter la mémorisation ? Par exemple, le premier et le dernier élément sont saillants par rapport aux autres et donc vont être plus faciles à retenir que les éléments du milieu. On peut faciliter la mémorisation par l'organisation et la structure. Par exemple, personne ne retient un numéro de téléphone en termes de millions, on retient 06 07 82 20 34. La répétition peut faciliter la mémorisation, l'interaction également, le fait de manipuler soi-même, et enfin s'appuyer sur la mémoire à long terme, c'est-à-dire le raccrocher à quelque chose qu'on connaît déjà. Dans l'exemple ci-dessous, on voit un ensemble de lettres qui seraient très difficiles à mémoriser. On a fait un premier groupement qui n'est pas plus facile parce qu'on a du mal à en extraire du sens, et puis le dernier groupement, on a de la chance, ça tombe bien, c'est BMW, TWA, AOL, IBM et FBI. Là du coup, on a transformé le problème qui était de retenir 15 lettres en un problème qui est beaucoup plus simple, c'est comment retenir 5 acronymes qui sont des acronymes connus. Donc l'organisation, le lien avec la mémoire à long terme permet de faciliter la mémorisation. Une diapositive maintenant qui a pour objectif de tordre le cou à une idée reçue. En tant qu'être humain doté d'un cerveau, on a facilement tendance à s'émerveiller devant les capacités de traitement du cerveau humain. Dans la réalité, on est beaucoup plus bête qu'on le pense. C'est-à-dire que si on a réussi à domestiquer notre environnement, c'est notamment parce qu'on sait s'équiper avec des outils. Dans l'expérience qu'il y a ici, on voit l'exercice qui est à faire, c'est une multiplication, 34 par 72, et ici on a le temps qu'il est nécessaire à un groupe d'individus pour accomplir cette multiplication de tête, et ici avec un papier et un crayon. Qu'est-ce qu'on en conclut ? Ce qu'on en conclut, c'est qu'évidemment on y arrive de tête, mais ça prend beaucoup plus longtemps. Aussi, dans l'interaction utilisateur, il est nécessaire de reporter un maximum de la charge cognitive sur la machine ou sur l'écran plutôt que dans l'esprit de l'utilisateur, qu'il s'agisse d'une tâche de mémorisation ou de calcul. Une autre étude pour attirer l'attention sur les limitations cognitives, c'est une étude cette fois de Dan Ariely, qui dit que si on comprenait nos limitations cognitives de la même façon qu'on comprend nos limitations physiques, on pourrait concevoir un monde meilleur. L'idée, c'est que je n'ai aucun problème à accepter l'idée que je ne pourrais jamais soulever une haletère de 200 kg. En revanche, si on dit que je suis un peu bête, c'est plus difficile d'admettre cette idée-là. Voilà quelques expériences qui montrent que nous sommes limités et que le choix peut avoir un impact négatif dans certaines situations. Ici, c'est l'étude des confitures. C'est une étude qui a été faite dans un supermarché. On a un rayon dans lequel on met 6 confitures et quelques semaines après, on mettra 24 confitures. La première semaine, on met 6 pots de confitures. 40% des gens qui passent à côté s'approchent. Il y en a 1,4 qui essayent et il y en a 30% qui achètent. Quelques semaines plus tard, ils refont la même expérience au même supermarché avec le même volume de personnes qui passent. Mais cette fois, on a 24 pots de confitures. Donc, on a beaucoup plus de gens qui s'approchent. 60%. Normalement, l'empreinte visuelle des 24 pots est beaucoup plus grande. Il y en a 1,5 qui va essayer et il n'y en a que 3% qui vont acheter. On voit qu'en augmentant le nombre de pots de confitures, finalement, beaucoup moins de gens passent à l'acte d'achat. C'est l'idée que le choix peut perturber et le fait d'avoir trop de choix est paralysant par rapport à la prise de décision. Il y a un lien à faire ici avec la loi de Higgs dont nous parlerons dans une présentation suivante. La dernière illustration sur le lien entre perception et raisonnement. C'est une étude qui a été faite sur le jeu Tetris. Je pense que vous connaissez ce jeu. Il y a des joueurs qui sont extrêmement bons, qui jouent extrêmement vite. Il y a des championnats du monde de Tetris. On pourrait penser que plus un joueur est bon, plus sa capacité de conceptualisation du Tetris est élevée. En réalité, c'est tout le contraire. C'est-à-dire que plus le joueur est bon, plus il va au clavier faire tourner les pièces dans tous les sens pour voir à quel endroit elles peuvent aller. Plus il va les déplacer dans l'écran. Ceci pour dire que le joueur expert ne va pas conceptualiser le problème dans son cerveau. Au contraire, il va détacher la tâche sur l'écran. Il va faire un maximum d'essais à toute vitesse. De sorte à tirer bénéfice de la rapidité de traitement du système perceptif par rapport à la lenteur de traitement du raisonnement. Ce qu'on peut en conclure par rapport à nos objectifs, c'est que la visibilisation est très importante et permet de bien comprendre la tâche à accomplir. Elle permet d'optimiser la vitesse de traitement et de construire une expérience plus agréable, plus fluide, plus intuitive en s'appuyant sur une interface claire et un problème bien posé.

Programme détaillé de la formation

5 commentaires
5,0
5 votes
5
4
3
2
1
elephorm-1351405@addviseo.com
Il y a 8 months
Commentaire
Je suis en train de me reconvertir dans les métiers de l'UI/UX design. Cette formation va à l'essentiel, évite tous les superflus barbants ! C'est une bonne introduction et ça me donne envie d'en savoir plus !
pioupiou06
Il y a 2 years
Commentaire
Très intéressant et très bien expliqué.
bertrand.deloffre
Il y a 2 years
Commentaire
Très bonne formation pour débuter dans l'UX.
contact_2672
Il y a 3 years
Commentaire
Un terme qui me paraissait totalement barbare mais on ne peut plus familier maintenant. Merci
paul_25
Il y a 3 years
Commentaire
Très bonne introduction synthétique à l'UX Design.
Nos dernières formations WebDesign UX / UI