article(s) dans votre panier VOIR

Le recadrage avec Lightroom 2

  • Vidéo 60 sur 104
  • 6h12 de formation
  • 104 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Le recadrage
00:00 / 04:28
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans cette nouvelle version de lightroom, il y a une réorganisation des outils qui apparait sur une petite barre ici, sous l’histogramme. Elle contient trois outils qui étaient précédemment accessible à ce niveau-là, l’outil de recadrage, l’outil de retouche, l’outil de correction des yeux rouges, et enfin, deux nouveautés majeures, le filtre graduer et le pinceau de réglage qui va permettre de faire des corrections localisées. Nous allons commencer par l’outil de recadrage, accessible sur cette petite icône ici, ou par le raccourci clavier R. C’est une opération qui intervient en général très tôt dans le flux de travail. Un petit cadre apparait, à l’aide de poignet, nous allons retirer l’élément qui nuit à cette composition, ici, le petit garçon sur la droite, et de l’autre côté, la vieille dame qui est coupée. Alors, nous avons trois personnages entiers, il y en a un qui ne participe pas vraiment à l’action principale de la photo, je vais le retirer. Là, j’ai donc un recadrage cohérent qui cerne le sujet de la photo à savoir l’étonnement d’un vieux chinois de voir la petite fille occidentale. Dans le cadre, on trouve la présence de repère, ici un système en trois tiers. Si on appui sur la touche O de façon excessive, on trouvera d’autres repères, avec des systèmes de lignes horizontales, verticales, ou encore des diagonales, un système de triangle rectangle, et aussi une spirale. Nous validons le recadrage en appuyant sur la touche entrer. Nous passons sur cette deuxième image avec une autre utilisation possible, je réactive l’outil, je mets en place directement mon cadre à l’aide de la petite équerre. Je peux ajuster la position de mon image en me déplaçant à l’intérieur, ou bien encore, de façon centrer, en plaçant sur un coin et en appuyant sur la touche Alt. Il est également possible de faire tourner le cadre, en faite, plus exactement l’image, ici, le fonctionnement est tout à fait inversé par rapport à photoshop. Pour un redressement plus rapide, je vais profiter de la petite règle et me placer directement sur la ligne d’horizon ce qui me permet de revenir à un redressement exact. Attention, ce système de redressement ne marche pas toujours, ici, si j’utilise la règle en suivant la gouttière, je n’obtiens pas un redressement juste. Il y a sur cette photo une légère inclinaison et lightroom ne sait pas encore redresser les perspectives. Pour cela, il faut passer par une solution externe. Si on veut tout de même utiliser l’outil de redressement avec une surface carrée ou rectangulaire, il faudra bien, au moment de la prise de vue, qu’elle soit parfaitement parallèle à l’objectif. Nous allons voir avec les images suivantes que les outils de recadrage permettent d’utiliser des formats particuliers, puisqu’il est différent du format de prise de vue, une petite liste est accessible ici, alors nous allons créer un rapport longueur, hauteur personnalisée, pour l’adapter à un format de tirage en l’occurrence, les 15 X 21, nous validons. Cette fois, le format sera bloqué, c’est ce que nous montre le petit cadenas, le recadrage restera au mode éthique. Le recadrage peut être synchronisé, nous allons sélectionner cette série d’images, synchronisées uniquement dans le recadrage et pas sur les autres paramètres. Si nécessaire, nous pouvons ajuster le cadre, image par image, et nous voyons que l’orientation des photos est bien respectée. Ce qui est intéressant, une fois qu’on a valider, c’est que le recadrage n’a rien de définitif. Si on se replace sur l’outil, on appuyant sur la touche R, on retrouve en faite l’image dans son intégralité, l’outil est entièrement non destructif, et agit plutôt comme un masque. D’ailleurs, on peut réinitialiser pour retrouver le format de départ, ce qui serait impossible avec photoshop. Ces différents exemples nous ont bien montré que lightroom nous propose un recadrage souple entièrement réversible qu’on peut tout à fait adapter au travail de flux.