article(s) dans votre panier VOIR

Le pinceau de réglage - présentation avec Lightroom 2

  • Vidéo 64 sur 104
  • 6h12 de formation
  • 104 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Le pinceau de réglage - présentation
00:00 / 07:01
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans cette séquence nous allons aborder la grande nouveauté de lightroom du moins en matière de développement, c’est le petit pinceau de réglage. C’est l’un des outils de correction localisée, du filtre gradué, qui va donc permettre d’agir sur des sélections. Alors bien sur, lightroom n’est pas le premier logiciel à proposer des systèmes de correction localisée à partir du ficher brut, je penserais ici à capturer Niks de Nikon, le système de Upons ou encore à l’excellent lightzone. Comme ces deux logiciels, il le fait de façon entièrement non destructive, c'est-à-dire, je vous rappelle, sans toucher aux originaux. Alors, nous allons ouvrir la palette de ce pinceau, en cliquant sur l’icône ou en appuyant sur la touche K, nous allons ici trouver une palette avec de très nombreux réglages que nous allons explorer les uns après les autres. Alors le principe, c’est de faire des sélections, des masques en faite dans l’esprit du tirage traditionnel, pour leur appliquer des corrections. Alors, nous allons commencer ici en nous plaçons sur le personnage, nous voyons apparaitre notre pinceau avec deux cercles, le contour et le contour progressif, c'est-à-dire le bord estomper ou pas. Alors, nous pouvons faire ajuster ces paramètres dans la palette ici, on a la taille, le contour progressif moyen large, ici nous avons un bord parfaitement dur, alors je reviendrais sur le menu du réglage. Le débit et la densité qui sont deux paramètres assez similaires pour jouer sur l’intensité du pinceau. Nous disposons sur cette palette de trois pinceaux, le pinceau A, le pinceau B, le pinceau de complément et puis la possibilité d’effacer les bords de complément. Alors, nous revenons sur le pinceau A, et nous allons commencer notre sélection. Pour agrandir la taille de notre pinceau, nous allons utiliser la roulette de la souris. On commence très rapidement, et puis quelque chose très pratique pour repérer les bords d’une sélection parce que ce n’est pas toujours évident, on utilise un raccourci clavier, la touche O pour avoir un affichage de la sélection en couleur en superposition, si le rouge ne convient pas, on peut, en pressant la touche Maj, et puis une fois de plus la touche O, voila, ça a changé de couleur, le vert, le gris, attention ça prête un petit peu à confusion, de retour à l’image corrigée, ici nous reviendra au rouge. Alors, je vais faire ma sélection très rapidement. Voila, je réduis un petit peu la taille pour la tête, ça ma l’air pas mal. Comme on peut le voir, ça déborde un petit peu ici, c’est là que je vais utiliser la gomme en appuyant sur la touche Alt, je réduis un petit peu la taille et le contour progressif, un petit raccourci clavier pour ça, « Maj , ». Voilà, j’ai fini mon contour. Alors sans trop rentrer dans le détail, puisque justement, grâce au contour progressif, l’effet va s’estomper de façon graduelle. Puis j’appuis sur la touche O, j’ajuste mon réglage en poussant exposition, on va rendre le vieil homme un peu plus visible. Alors, ce qu’on peut faire en cliquant ici, c’est utiliser les paramètres combinés, c'est-à-dire non seulement jouer sur l’exposition, mais sur les différents réglages qui apparait dans la liste, ici je rajouterais un tout petit peu de contraste. En validant, en appuyant sur la touche entrer, je vais créer un nouveau masque, que je vais cette fois appliquer à l’arrière-plan, alors je vais diminuer mon exposition. En faite pour l’instant je reste ici car je vais faire directement à partir de ma sélection, on va voir comment. Pour l’instant, mes points de sélection sont masqués, mais en fait il faut appuyer sur la touche H pour les retrouver. J’ai ici un petit point noir et quand je ma place dessus, déjà je vois ma sélection en couleur et puis il y a une petite flèche qui va fonctionner à la manière des curseurs. En allant sur la droite, je monte l’exposition, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse ici, je vais au contraire diminuer, voilà. Maintenant je continue ma sélection, alors j’utilise le raccourci clavier O, toujours très pratique, alors on va bien limiter les bords. Ici, je mange un petit peu dans la chemise, ce n’est pas grave, je ré utilise la touche Alt, pour gommer dans les bords et avoir un contour satisfaisant. Je valide en appuyant sur la touche entrer, je re sélectionne mon point pour modifier le réglage, je diminue encore un peu l’exposition, fignoler là où la sélection n’est pas bien couverte, la touche O pour masquer. Donc là, on peut voir que la correction de densité est plutôt satisfaisante, un petit bout ici quand même, voilà, et encore ici. Lorsqu’on valide, ou bien en appuyant sur nouveau, on va rajouter une autre sélection, ici, pour éclaircir un peu les ombres. De toute façon, si ce n’est pas satisfaisant, on peut toujours très facilement effacer à partir d’un point de sélection, attention, il faut bien qu’il soit actif, on appui sur la touche effacer du clavier et notre masque disparait. Un principe d’utilisation très simple, alors attention, un outil quand même qui peut ralentir les performances de lightroom, surtout lorsqu’on multiplie les points de masque. Petite cerise sur le gâteau, c’est que ces masques sont transposables en faisant des sélections multiples, on va retrouver dans les paramètres de synchronisation la possibilité de reporter les réglages locaux. Alors en faite, ce n’est pas forcément toujours évident puisque quand on travail avec des sélections locales, on est plutôt dans une logique d’image unique, mais pour terminer, je vous conseillerais de ne pas forcement négliger les outils globaux. Alors, nous allons voir ici une copie virtuelle de cette image, c’est la même photo, cette fois je ne vais pas la travailler avec le pinceau, mais avec les outils de correction globale. Par exemple ici, je peux diminuer l’outil d’exposition, je rattrape de la matière sur l’arrière-plan, joué sur la lumière d’appoint, pour déboucher les partis sombres, et puis un petit peu plus bas, sur la clarté, pour ajouter du contraste localisé. Je n’aurais pas forcément un rendu identique à mon travail précédent, comme on va le voir ici, mais en tout cas, par des réglages de base, je peux dégrossir mon travail ce qui permet d’aller plus vite quand on travail dans une logique de flux d’autant que les réglages globaux sont très facilement transposable sur des séries. Voilà pour la présentation générale de l’outil pinceau, et nous allons par différents exemples concrets au travers des séquences qui vont suivre.