Utilisation d'un Limiteur Breakhole True Peak en Mastering Audio

La compression multibande en mastering
Vidéo non disponible ! Réessayez plus tard
Cette vidéo fait partie de la formation
Apprendre le Mastering audio
Revoir le teaser Je m'abonne
4,5
Transcription

Description Programme Avis
4,5

Les objectifs de cette vidéo sont de :

1. Expliquer les différences entre divers types de limiteurs.
2. Illustrer l'utilisation d'un limiteur breakhole true peak pour finaliser un mastering.
3. Démontrer les réglages optimaux pour divers plugins de limitation.
4. Minimiser la réduction de gain sans compromettre la qualité audio.

Apprenez comment utiliser un limiteur breakhole true peak pour finaliser un mastering audio professionnel.

Dans cette leçon, nous nous concentrons sur l'utilisation d'un limiteur breakhole true peak pour finaliser le mastering audio. Un limiteur breakhole garantit un temps d'attaque égal à zéro, empêchant tout dépassement du seuil fixé. Cela assure une sortie audio de qualité sans distorsion.

Nous comparons les différences entre un compresseur limiteur, un limiteur breakhole true peak, et un limiteur standard. L'objectif est d'atteindre un niveau optimal pour le streaming, souvent fixé à moins un dB true peak.

Des exemples de réglages sur différents plugins comme l'Elixir, le Pro-L2, et l'Oxford Limiter sont détaillés pour montrer comment atteindre ce niveau tout en minimisant la réduction de gain (GR).

La leçon met également en avant l'importance de régler correctement le seuil (threshold) et l'entrée (input) pour obtenir une limitation douce et efficace. Ce processus aide à maintenir l'intégrité du signal audio lors de la finalisation du master.

Voir plus
Questions réponses
Qu'est-ce qu'un limiteur breakhole true peak?
Un limiteur breakhole true peak est un type de limiteur qui a un temps d'attaque égal à zéro, empêchant ainsi tout signal de dépasser le seuil défini.
Pourquoi est-il important de minimiser le GR lors du mastering?
Minimiser la réduction de gain (GR) est crucial pour maintenir l'intégrité du signal audio, éviter la distorsion, et préserver la dynamique de la musique.
Quel est l'objectif de fixer le seuil à zéro dans certains plugins?
Fixer le seuil à zéro permet de contrôler précisément le moment où le limiteur commence à agir, garantissant que les signaux au-dessus du seuil soient proprement limités pour rester sous le niveau de true peak désiré.
Je vais vous montrer maintenant, sur l'étape finale, l'utilisation qu'on va pouvoir avoir d'un limiteur breakhole tropique pour finaliser notre Mastering. Je vous montre ça. J'ai toujours le traitement classique que je vous ai fait voir, je ne l'ai pas changé, j'ai juste muté ici la compression parallèle. Je vais maintenant vous faire voir, tout simplement, l'utilisation qu'on va avoir d'un limiteur breakhole. Alors, c'est important de bien comprendre les différences. C'est-à-dire que vous avez le compresseur limiteur. C'est-à-dire, c'est un compresseur avec un réglage particulier qui donne un limiteur. Ici, vous êtes en face d'un limiteur breakhole. C'est sous-entendu breakhole temps d'attaque égal à zéro, ce qui n'est jamais le cas sur un compresseur limiteur. Donc déjà, ça, c'est une première différence. Le mot breakhole impose forcément que le temps d'attaque de votre plugin est égal à zéro. C'est-à-dire que rien ne peut passer au-dessus du seuil. Derrière, qu'est-ce qui se passe ? True peak, c'est tout simplement le fait que le niveau que vous allez visualiser est bien le niveau de sortie qui va être sur le boot de votre master ou sur le print de votre master. Donc voilà, bien comprendre les différences, on va avoir compresseur limiteur, limiteur breakhole true peak et le limiteur, j'allais dire, entre guillemets, standard de base. D'accord ? Donc là, moi, mon but, c'est d'avoir un breakhole pour que le temps d'attaque soit égal à zéro et true peak pour avoir le vrai peak, c'est-à-dire que le niveau que je vais voir se retrouve bien sur mon master. Je vais me mettre sur la partie un peu la plus forte. Là, qu'est-ce qui va se passer ? Mon but, ça va être d'emmener le signal à un niveau X. Par exemple, à un niveau, on va dire par exemple, c'est du streaming. Donc, moins un db trop peak. Donc là, vous allez me dire, ben non, on est à moins un 4. Bien sûr qu'on est à moins un 4 parce que, pour l'instant, je n'ai pas changé le niveau d'entrée. Là, je vais commencer à rentrer plus fort dans mon limiteur. Tant que je suis à moins un, alors après, le but était de l'emmener à moins un. Si vous êtes à moins un et qu'en termes de son, ça vous convient, vous n'avez pas besoin de trop vous énerver non plus. Ce qui est important de regarder quand on limite, c'est surtout à quel degré de GR je suis. Regardez, là, vous pouvez dire, ah ouais, mais c'est fort, etc. Oui, sauf que là, je suis à un degré de GR pratiquement inexistant. C'est-à-dire qu'en gros, mon limiteur n'a pratiquement pas fonctionné. Alors, on peut dire, bien sûr, je vais, alors bien sûr, là, avec une AG sur la partie qui m'intéresse. Je pourrais très bien dire, écoutez, je pousse pour être à moins un et j'ai un GR qui est relativement smooth, c'est-à-dire que je n'ai pratiquement pas de GR sur mon limiteur. Donc, ça, c'est si j'utilisais, par exemple, le Elixir. Il n'y a pas que celui-là, je vous en ai parlé. Vous avez, bien sûr, le Oxford, l'imiteur, vous avez tout un tas de limiteurs, notamment comme le Pro-L2, la version 2 du Pro-L chez Fabfilter qui fait ça. Là, moi, j'avais un input, un output. J'ai réglé, alors vous allez dire, mais le threshold, tu l'as laissé à zéro. Oui, tout simplement parce que je dis, c'est que quand le signal va arriver au voisinage de zéro, que je veux que le signal redescende à moins un. Donc, après, je pourrais faire différemment. Si je vous montre, on remet tout à zéro, je me remets ici. Et là, c'est le threshold que je vais aller chercher. Vous voyez, je remets ici à zéro. Vous voyez, le problème, c'est que si je fais ça, je l'ai dans l'os parce que là, je limite beaucoup. Mais c'est surtout que, regardez, qu'est-ce qui se passe ? Ce n'est pas la même action. Tout simplement, c'est de dire, là, j'ai baissé mon threshold. Donc, j'ai baissé, vous voyez, le signal rouge, le signal qui est limité. Donc, ça veut dire que, si je voulais retrouver le moins un, il faudrait que j'utilise, vous voyez, hop, tac, tac, tac, vous voyez, je baisse un peu parce que je suis à moins zéro-neuf, mais vous voyez, donc, c'est deux utilisations complètement différentes. Tout à l'heure, j'ai réussi à aller sur moins un pic, trop pic, exactement, grâce à un réglage de limiteur qui avait un GR relativement faible, tout simplement parce que j'ai demandé à être à zéro au niveau du threshold et que c'est que quand le signal dépassait le threshold que ça redescendait sur moins un. J'avais à jouer sur quoi ? J'avais à jouer sur l'input. Là, je dis, moi, je baisse le threshold, donc il y a forcément plus de signal qui va être limité, mais donc, forcément, il faut que je compense avec mon output. Personnellement, je préfère la première solution, c'est-à-dire celle-là, je remets à zéro, c'est-à-dire, je préfère rentrer plus fort dans le limiteur pour essayer d'atteindre, vous voyez, ici, vous n'avez pratiquement rien en rouge, très logiquement, parce que pour avoir le truc en rouge, il faudrait avoir le threshold baissé, d'accord ? Donc, j'utilise la pleine plage de la dynamique, ici, et du coup, forcément, j'ai une limitation qui est, somme toute, relativement soft, tout simplement parce que j'ai utilisé cette méthode-là. Le but étant d'arriver à limiter, c'est-à-dire parce que la limitation est faite pour protéger, bien sûr, notre niveau de sortie, ici, elle est faite pour, bien sûr, m'adapter aux normes, elle est faite aussi pour avoir du niveau, c'est-à-dire que le but est d'avoir du niveau en détériorant avec le limiteur le signal le moins possible. Donc, vous voyez que vous avez, éventuellement, plusieurs solutions, mais que, quand on regarde celle qui dégrade le moins le signal, au niveau de l'élixir, ici, c'est cette solution-là qui est la meilleure. Alors, on peut aller voir d'autres limiteurs, donc là, par exemple, si je prends le PROEL, il n'est pas, le PROEL, moi, j'ai la version 1, la version 1 n'est pas tropique, d'accord ? Vous avez, par contre, ici, le Oxford Limiter qui, lui, est tropique. Donc, là, avec un fonctionnement qui est différent, d'accord ? Tout simplement parce que, là, j'ai accès à l'output, j'ai accès à l'input, j'ai accès au threshold aussi, comme je l'avais, d'ailleurs, tout simplement sur l'élixir, d'accord ? Avec quelques, bien sûr, quelques options en plus et, notamment, les options d'attaque et de release. Je peux essayer avec celui-là, par exemple. Je vais me remettre au moins 1, je vais arrêter et je vais pousser, comme on dit. Vous voyez, ici, si je fais ça, je suis bien à moins 1 avec une limitation qui va être, somme toute, relativement solide. Après, on a la capacité de réduire aussi, vous voyez, forcément, comme j'ai baissé la release, le limiter se ferme plus facilement et, donc, je me retrouve avec, tout simplement, un GR beaucoup moins important. J'ai aussi la capacité d'utiliser cette option-là qui augmente le niveau moyen du signal. Donc, vous voyez qu'on va avoir différents types de limiters que chacun va avoir. Alors, je ne vais pas dire sa couleur parce que ce serait, quand même, abusé pour ce type de plug-là, mais on va avoir des mécanismes différents. Là, j'ai l'attaque, la release. Là, je n'ai pas l'attaque, la release, etc. Là, j'ai poussé dans l'input, comme je l'ai fait ici, voilà. Donc, vous pouvez utiliser plusieurs limiters. Par contre, ce qu'il faut veiller, c'est à ce que le GR de votre limiter soit le plus smooth possible, c'est-à-dire que vous n'ayez pas une limitation à 8 db de GR sur votre limiter parce que là, ça veut dire qu'en gros, vous avez éclaté le mix, votre mix ou le mix de la personne qui vous l'a envoyé. Donc là, le maître mot, lorsqu'on utilise vraiment ça, c'est vérifier vraiment son GR. Je vous ai fait voir deux types de limiters, un avec moins d'options que l'autre, d'accord ? Le maître mot, par contre, pour les deux limiters qu'on a vus, le Oxford et l'Elixir de chez Flux, alors bien sûr, il y en a bien d'autres, vous utilisez celui que vous voulez, on s'en fout tant qu'il est bricole et surtout tropique, d'accord ? C'est de faire en sorte de trouver une méthode qui vous permette de coller au niveau max que vous désirez, d'avoir le loudness le plus élevé possible, quand je dis le plus élevé possible, ce n'est pas une course au loudness, on s'en fout, on sait très bien qu'il n'y a aucun intérêt à être très fort, mais tout du moins d'atteindre le loudness que vous désirez tout en ayant tout simplement un GR, un gain reduction le plus faible possible et le plus, c'est le cas de le dire, limité possible. Bien sûr, l'action du limiteur, comme il est en dernière ligne sur les inserts, est forcément fonction de la qualité des traitements que vous aurez fait en amont. Donc bien faire attention à l'utilisation de votre limiteur, tout simplement parce que si vous l'utilisez mal, en une étape, vous pouvez aliéner l'intégralité de votre travail de mastering.

Programme détaillé de la formation

17 commentaires
4,5
17 votes
5
4
3
2
1
denoulet.johan
Il y a 3 months
Commentaire
Bonne formation, je comprends mieux le principe de la chaine de mastering.
J'ai tout de même un point qui m'intrigue. On dit bien que le mastering sert à mettre un mix dans les normes de diffusion auquel il est destiné. On parle des principales normes rencontrées, on parle de mettre un mix au niveau dynamique adapté à son style, mais on ne dit pas comment adapter ce mastering obtenu aux normes de diffusion.
Pourquoi arriver à -9dBLufs en fin de mastering si on doit fournir du -14?
Pour ça, je reste sur ma faim. Je trouve qu'il manque un chapitre.
laurent.mollat
Il y a 7 months
Commentaire
Bonne video de mastering, ce sont pas mal les bases.
ludobtmk
Il y a 1 year
Commentaire
Très bien expliquées
ssx25740
Il y a 2 years
Commentaire
Toujours très instructif pour qui s'initie ou n'a pas encore de méthode appliquée au mastering, par contre j'ai été un peu perdu par les titres des vidéos, je pense qu'il y a dû y avoir quelques cafouillages parfois (autour des vidéos "upward compression" et avant notamment), qui ne traitaient pas du sujet présent dans le titre.
J'ai également été perdu sur où placer l'analyseur: sur l'output, ou bien sur la piste print-master. Pour le mastering électro c'est l'un, pour le blues-rock c'est l'autre... ce n'est pas clair.
En dehors de ces points, globalement, très bonne formation !
christophe.leusiau_1
Il y a 2 years
Commentaire
Bonne formation, surtout en matière de méthodologie.
Par contre, écouter les subtilités de l'apport d'un simulateur de bandes sur un master à travers un micro cravatte ? Vous n'êtes pas sérieux...
Pourquoi ne pas nous faire entendre la stéréo direct en sortie du pro tools ?? Je ne comprends pas. Je note 4 étoiles à cause de ça.
caullieralexis
Il y a 3 years
Commentaire
J'adore ce formateur. Un grand merci !
fredericdouady
Il y a 3 years
Commentaire
Bon... les formations d'Alexandre Badagée sont toujours bonnes mais sérieusement à quoi bon répéter la même chose 10 fois ? 2 ou 3 répétitions je veux bien mais 10x c'est pénible.
Sinon sur le fond je n'ai rien à redire, formation très instructive et enrichissante.
A l'avenir il faudrait faire un effort sur ce rabâchage. Dans une formation réalisée dans la vraie vie c'est bien de répéter pour être certain d'être compris mais là, en vidéo, nous avons tout le loisir de nous repasser la vidéo en cas d'incompréhension..
charleshenry
Il y a 3 years
Commentaire
très bien !!
angela.michel.photographe
Il y a 3 years
Commentaire
Comme pour toutes vos formations , un grand merci.. Pour moi il s'agit d'une remise à niveaux après des années ou je me m'étais éloigné du son, c'est comme pour le vélo on n'oublie pas mais il faut se remettre en condition ;)
angela.michel.photographe
Il y a 3 years
Commentaire
Comme pour toutes vos formations , un grand merci.. Pour moi il s'agit d'une remise à niveaux après des années ou je me m'étais éloigné du son, c'est comme pour le vélo on n'oublie pas mais il faut se remettre en condition ;)
godsoldia_1
Il y a 3 years
Commentaire
Bonjour, très instructif. cependant il me semble que certains modules manquent à l'appel. Dans le module 4 la vidéo "compression multiband en mastering" ne parle que de limiteur. Dans le module 2, la vidéo " explication d'une chaine de process standard parle d'analyseur
midifiles.com
Il y a 3 years
Commentaire
Merci pour cette formation. J'ai apprécié le ton dynamique et engageant.
ol.viveur
Il y a 3 years
Commentaire
Merci pour ces super vidéos ! Elles sont tellement instructives...
En revanche attention, y a un décalage à partir du "modul 4" Dès le la leçon "micro et macro dynamique".
fabien.a
Il y a 3 years
Commentaire
je pense pas spécialement être sourd, mais j'ai vraiment l'impression d'être pris pour un imbécile, ou alors il Y a un problème technique quelque part!! je vous donne un exemple très précis : dans le chapitre "LES SIMULATEURS DE BANDES ET GENERATEUR D'HARMONIQUE" a 3'20'' je n'entends absolument AUCUNE différence avant ou après le "bypass". "c'est très net"!!! dit en plus le formateur!! donc j'ai un gros soucis, je commence pourtant a avoir une petite expérience...je précise que j'écoute au casque.
laurentkremer
Il y a 3 years
Commentaire
Super, j’aurais aimé un atelier avec du hardware aussi, mais c’est du très bon boulot.
cedric.migliore
Il y a 3 years
Commentaire
top
frenchsymbiosa
Il y a 4 years
Commentaire
TRÈS INSTRUCTIF
Nos dernières formations Techniques Audio