article(s) dans votre panier VOIR

Cours photo | Sur le terrain : Corriger l'exposition

  • Vidéo 27 sur 57
  • 4h13 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Sur le terrain : Corriger l'exposition
00:00 / 03:53
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
39,95€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

"Il arrive parfois dans certaines situations où nous souhaitons photographier une scène fort-contrastée. C'est-à-dire, comportant des zones très sombres, des zones assez peu éclairées, et des zones très éclairées. Comme ici, nous avons en arrière-plan, où le soleil vient frapper directement. Cela pose un problème avec notre reflex numérique puisque celui-ci a des difficultés à enregistrer les hautes lumières et les basses lumières.
Comment réagir dans ces situations ?
Eh bien, il va falloir jouer avec le correcteur d’exposition. Le correcteur d’exposition est l’outil qui va nous permettre de privilégier les basses lumières ou les hautes lumières. Dans tous les cas, dans votre composition, il va falloir absolument privilégier le sujet pour que celui-ci soit bien exposé. Pour réaliser cela, eh bien, vous prenez votre reflex numérique, vous contrôlez les paramètres d’ouverture habituels afin d’avoir une vitesse suffisante, évitant un flou de bouger, et vous pouvez ensuite réaliser quelques essais.
Donc je suis ici, par exemple, à une ouverture de f8 qui est une ouverture moyenne, 400 iso, nous avons quand même des zones un peu sombres. Cela nous permet de travailler des vitesses correctes. Je vais réaliser mes premières photographies avec une correction d’exposition à zéro (0). Sans correction d’exposition donc. Cette première photographie, quand on l’observe l’écran, mais surtout quand on observe l’histogramme, nous permet de constater que nous avons bien des zones sombres qui sont présentes et qui sont visibles. Mais nous avons également des zones claires dites « brulées », c'est-à-dire : on a plus de perte de détails dans les zones claires. Pour palier à ceci, on va réaliser une photo en sous-exposant, c'est-à-dire, en amenant le correcteur d’exposition sur des valeurs négatives. On va, par exemple, faire une photo à -1. On regarde maintenant notre histogramme, celui-ci est un petit peu plus satisfaisant puisque les hautes lumières sont mois brulées, on a des lumières assez claire, plus de perte de détails. Donc, cette correction a été satisfaisante. Si on fait l’inverse pour essayer ici dans notre tutoriel photographie, on remarque que la vitesse d’obturation est plus lente, on a entendu l’appareil déclencher plus lentement ; et à l’observation, nous avons bien sur les zones sombres plus claires, avec plus de détails. Et nous constatons que les hautes lumières sont très présentes, et sont mêmes brulées, c'est-à-dire, sans matière. C’est très gênant puisque cette scène est composée principalement de hautes lumières : le ciel n’est plus bleu mais presque blanc. Nous avons donc ici un problème et cette correction de +1 ne convient pas du tout à cette situation. Dans tous les cas, l’idée est d’avoir un objectif bien particulier. C'est-à-dire, soit privilégier les hautes ou les basses lumières, et faire un choix ; soit, éventuellement, de réaliser un compromis. Pour réaliser ce compromis, il va falloir conserver de la matière dans les hautes lumières, tout en conservant de la matière dans les basses lumières. Pour cela, il faut bien étudier l’histogramme et surtout, privilégier, par exemple, le format raw qui va vous permettre une latence d’exposition à la retouche. On peut également utiliser d’autres techniques comme le HDR qui va vous permettre d’avoir des riches hautes lumières et des basses lumières également avec de la matière dans tous les éléments.

"