article(s) dans votre panier VOIR

Le principe des calques de réglages - formation Photoshop Elements 12 sur elephorm.com

  • Vidéo 44 sur 110
  • 7h48 de formation
  • 110 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Le principe des calques de réglages
00:00 / 04:33
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
44,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Cette photoshop-elements.html" class="alinks-link-elephorm" title="formation Photoshop Elements">formation Photoshop Elements 12 en tutoriel vidéo est dédiée aux calques de réglages. Comme vous avez pu le découvrir dans la séquence de vidéo précédente, et bien l’enregistrement de ce genre de touche nécessitait si on veut garder l’ensemble et bien d’enregistrer au format photo photoshop et non pas celui qui est bine souvent utilisée celui qui est le format JPEG et qui se manifeste ici comme alerte. Alors que s’est-il passé lorsque nous avons créé ce que l’on appelle ici un réglage de niveau. Et bien, ça on ne va pas le découvrir véritablement dans la retouche guidée, il faut se rendre en fin de compte dans la retouche dite experte. Lorsque vous avez créé en fin de compte ce calque de réglage de niveau, e t bien en fin de compte la commande est située sur un élément au dessus de l’image et va permettre de mener une action dessus en ayant la possibilité de toujours pouvoir modifier l’image sans vraiment l’altérer, c’est le principe des calques que l’on superpose au dessus d’une image. Alors ce qui est un petit peu conceptuel c’est que sur ce calque, il n’ ya rien d’écrit, ce n’est pas une image c’est une commande qui agit sur l’image juste en dessus. Alors, le principe est de pouvoir retirer l’œil avant correction ou après correction et de faire en sorte si on le souhaite, de double cliquer sur l’icône représentant un peu le curseur et qui va faire apparaitre en fin de compte, une fenêtre de dialogue qui permettra quand bon nous semble de rectifier en fin de compte la commande qu’on vient de faire. Donc, cela offre un potentiel de correction énorme, puisque tout ce que vous pouvez engendrer est toujours rééditable, modifiable voir supprimable. Maintenant lorsqu’on va quitter en fin de compte cette notion de calque de réglage, on pourra toujours également faire en sorte et bien que si une retouche est un petit peu fort, au lieu de toucher dessus ou de modifier en fin de compte les différents paramètres et bien on pourra utiliser un paramètre qui s’appelle l’opacité et qui permettra dans son principe et bien de pouvoir définir l’intensité de correction. En clair, lorsque l’on va minorer en fin de compte l’opacité donc transparente et bien le gros principe est de déclarer que rendre transparente une commande c’est de faire en sorte qu’elle n’agisse plus. Si fait qu’on peut avoir des retouches que l’on peut présenter à soit même ou un client ou à des amis et que si quelqu’un vous dit simplement c’est peut être un peu fort et bien on pourra toujours un petit peu baisser l’amplitude de la correction jusqu’à niveau de ce que l’on appelle l’opacité. Alors étant donné que cette construction ici s’appelle en fin de compte un calque et bien il faut savoir que lorsque vous enregistrez une image, vous êtes dans l’obligation lorsque celle-ci est dotée de calque et bien de restreindre les formats d’enregistrement ce qui fait que lorsque vous allez travailler par la fonction fichier enregistrer sous vous aurez 2 stratégies potentielles, soit vous gardez l’ensemble en fin de compte de vos retouches et dans ce cas de figure et bien garder cet atout qui est de pouvoir toujours remodifier en fin de compte le réglage que vous venez de faire et de ce point de vue là, alors il faudra enregistrer dans un format apte à pouvoir sauvegarder ou garder vos calques, ce qui est le cas de photoshop voir du format tiff. Maintenant si au point de départ, votre correction est à peu près en place, pas besoin de revenir dessus, ça y est c’est bon et bien vous aurez alors l’encouragement à utiliser la fonction aplatir l’image. Cette notion d’aplatissement est une fonction avec un terme un peu informatique et qui va consister que et bien le calque qui est actuellement présent sera incrusté ou appliqué directement sur l’image, ce qui fait qu’à partir de là, et bien il n’y aura plus de possibilité de modification. La correction est appliquée à l’image et là à partir de là, étant donné que l’image n’est plus dotée de calque et bien alors vous pourrez repartir dans un format que vous souhaitez par exemple d’autres propositions qui vont être JPEG ou d’autre. Alors en terme de stratégie qu’es ce qu’on va pouvoir vous encourager et bien c’est d’enregistrer 2 fois tout simplement, une fois en format photoshop pour garder en fin de calque, le calque de réglage pour pouvoir modifier le cas échéant et une version dite de ce qu’on appelle aplatie qui permettra ensuite d’enregistrer dans un format courant tel que par exemple le JPEG. Alors, il faut savoir que les calques de réglage actuellement vous avez vu celui qui s’appelle la commande niveau, mais vous aurez dans la fonction expert et bien la possibilité de gérer des calques de réglage quand on voit ici les modifications de luminosité contraste de teinte saturation qui peut non seulement d’additionner, mais en même temps cumuler des commandes et également faire des corrections très élaborées en ayant toujours ce potentiel de rectification et c’est l’essence même d’utiliser dans les retouches les calques de réglage. Nous allons repasser maintenant dans les retouches guidées pour aborder ce que l’on appelle le portrait parfait.