Tout Savoir sur le Format DNG dans Lightroom

Le DNG pourquoi faire ?
Vidéo non disponible ! Réessayez plus tard
Cette vidéo fait partie de la formation
Maîtrisez Lightroom 6 et CC
Revoir le teaser Je m'abonne
5,0
Transcription

59,90€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Description Programme Avis
5,0
59,90€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Les objectifs de cette vidéo sont de :

  • Comprendre les avantages du format DNG.
  • Découvrir les usages du DNG dans Lightroom.
  • Savoir comment et quand convertir les fichiers RAW en DNG.

Découvrez les spécificités du format DNG dans Lightroom, ses avantages, et ses différents usages.

Dans cette leçon, nous explorerons le format DNG en détail, ses origines, et ses multiples usages. Le DNG, ou Digital Negative, est une solution proposée par Adobe pour unifier les différents formats RAW utilisés par les divers fabricants d'appareils photo. Nous examinerons deux types principaux de DNG : ceux générés directement par certains appareils photo, et ceux convertis à partir de formats RAW natifs. Nous parlerons également des éléments composant un fichier DNG, tels que les images brutes, les métadonnées IPTC, et les aperçus JPEG.

Nous aborderons également les variantes du DNG, y compris les DNG linéaires pour les panoramas et les fichiers HDR, ainsi que les Smart Previews pour le travail hors ligne. Enfin, nous discuterons des avantages et inconvénients de la conversion en DNG, notamment la compatibilité avec les logiciels concurrents et l'impact sur les flux de travail. En conclusion, nous expliciterons pourquoi malgré certaines réserves, le DNG reste une option intéressante pour l'archivage et le traitement des fichiers RAW.

Voir plus
Questions réponses
Qu'est-ce que le format DNG?
Le format DNG est un format RAW universel proposé par Adobe, également connu sous le nom de Digital Negative, destiné au traitement et à l'archivage des fichiers RAW.
Quels éléments un fichier DNG contient-il?
Un fichier DNG contient l'image brute, des métadonnées IPTC, des réglages de développement, des profils colorimétriques, et un aperçu JPEG de l'image traitée.
Quels sont les avantages du format DNG par rapport aux formats RAW propriétaires?
Les avantages du DNG incluent la pérennité des fichiers, des spécifications ouvertes et publiques, la compatibilité avec plusieurs logiciels, et l'élimination des formats propriétaires souvent cryptés.
Dans Lightroom, on va rencontrer à plusieurs reprises des fichiers au format DNG. L'occasion ici de faire un point sur ce format, ses usages, et de dissiper éventuellement certains malentendus. A l'origine, le DNG part d'un constat qui est la multiplication des formats RAW, puisqu'on va trouver quasiment autant de formats RAW que de marques d'appareils photo. Le format donc CR2 pour Canon, NEF pour Nikon, ARW pour Sony, ORF pour Olympus, et je pourrais ici multiplier les exemples. Pour chaque nouvel appareil, il y a un nouveau capteur et donc un nouveau fichier qui va s'intégrer au format. Ce sont à l'origine des formats propriétaires, qui parfois sont cryptés, et qui doivent être traités par des logiciels dédiés, pour exploiter certaines informations spécifiques à l'appareil photo, comme par exemple les styles d'images. Avec tout ça, il y a un problème de pérennité pour tous ces formats, puisqu'on ne sait pas quels sont les formats qui continueront à être pris en charge par l'avenir, et si les logiciels seront toujours disponibles. Face à ce problème, le DNG essaie d'apporter une solution en proposant un format RAW universel. Le DNG, ce qui correspond à un digital négatif, est un format développé par Adobe pour le traitement et l'archivage des fichiers RAW, et c'est un format universel qui est ouvert, c'est-à-dire qu'il y a des spécifications publiques. À partir de là, n'importe quel éditeur de logiciels est capable de créer un logiciel en mesure d'ouvrir les DNG. On va distinguer deux types de DNG. Les DNG générés directement à la prise de vue, puisque plusieurs marques ont fait le choix de créer des fichiers avec ce format. C'est le cas de Leica, Pintax ou encore Hazelblad. Et puis les DNG qui sont obtenus par conversion des fichiers natifs, une conversion qu'on va faire avec Lightroom, ou encore un utilitaire qui s'appelle le DNG Converter. Le DNG est un format valise qui va rassembler dans le même fichier un certain nombre d'éléments. Tout d'abord, l'image brute, et puis des métadonnées IPTC. Ce sont toutes les informations d'indaxation qu'on peut rajouter dans un logiciel comme Lightroom. Les mots-clés, les notes, les légendes, les réglages de développement, ainsi que des profils colorimétriques. Et puis, pour avoir une idée du résultat final, un aperçu de la photo traitée, stockée sous la forme d'une vignette au format JPEG. Au fur et à mesure, le DNG s'est étendu pour proposer des usages élargis. Il y a aujourd'hui plusieurs variants du DNG, ce qui fait qu'on s'éloigne de plus en plus du concept de fichiers bruts. On va trouver par exemple ce qu'on appelle les DNG linéaires, qui sont des fichiers RAW dématricés. Dans ce cas, les composantes couleur manquantes ont été calculées pour obtenir des pixels complets avec la composante rouge, vert, bleu. Dans Lightroom 6, on va trouver de plus en plus de DNG, notamment pour les fichiers HDR, ou encore les panoramas, générés par les fonctions de fusion. Dans ce cas, ce sont des DNG linéaires, avec un encodage des valeurs tonales, avec un système de virgules flottantes. Pour faire simple, c'est une technologie qui permet d'avoir une grande qualité d'image avec un poids relativement modéré. On trouve aussi les DNG, mais de manière un peu plus cachée, pour les Smart Preview. Ce sont des fichiers à définition limitée, pas plus de 2560 pixels en largeur. Ils ont été compressés, avec une perte d'information, pour obtenir un poids limité d'environ 1 mégaoctet. Les Smart Preview sont utilisés dans le catalogue, pour travailler hors ligne, dans le module de développement, ou même encore dans l'application Lightroom Mobile. Mais cette fois, ils sont bien distincts du fichier original. La question qui se pose, au final, c'est de savoir s'il faut convertir les originaux au format DNG, comme le propose Lightroom. Déjà, on peut dire que Lightroom est un logiciel universel qui est capable de prendre en charge directement tous les formats, sans conversion. Donc on peut tout à fait se passer de la conversion au format DNG. Il y a aussi d'autres arguments qui jouent contre le DNG, comme la prise en charge plutôt limitée du DNG dans les outils de développement concurrents, comme Capture One ou encore DxO. Et puis, autre argument en défaveur du DNG, les fichiers, une fois convertis en DNG, ne peuvent plus revenir dans les logiciels d'origine. C'est un argument qui est un peu en perte de vitesse aujourd'hui, puisque les logiciels dédiés n'ont pas toujours des fonctions très intéressantes et certains ont même été arrêtés, comme le logiciel Capture NX2 par Nikon. Et puis, on observe en fait une véritable stratégie à long terme d'Adobe pour installer progressivement ce format, que ce soit dans le monde de la photo, mais aussi de la vidéo avec le cinéma DNG. C'est donc, malgré les réserves, une option de travail tout à fait intéressante. Et c'est pour cette raison que nous allons voir dans le tuto suivant les options proposées par Lightroom pour la conversion des fichiers natifs au format DNG.

Programme détaillé de la formation

2 commentaires
5,0
2 votes
5
4
3
2
1
phil
Il y a 2 years
Commentaire
Excellent, de très bons exemples et astuces expliqués avec une grande pédagogie. Merci Emmanuel
besir_ardiclik
Il y a 3 years
Commentaire
Parfait !
J'ai beaucoup appris grâce à cette formation
Nos dernières formations Lightroom