Maîtrisez le Rendu Physique en 3D : Techniques et Paramètres

Le rendu Physique
Vidéo non disponible ! Réessayez plus tard
Cette vidéo fait partie de la formation
Maîtrisez Cinema 4D - Le Rendu
Revoir le teaser Je m'abonne
Transcription

49,90€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Description Programme Avis

49,90€ Je commande

À partir de
27€ /mois
Je m'abonne à Elephorm

Les objectifs de cette vidéo sont :
- Comprendre les différents paramètres du rendu physique.
- Optimiser l'usage des échantillons et des subdivisions.
- Maîtriser les modes adaptatif, fixe et progressif.

Découvrez les bases et les paramètres essentiels du rendu physique en 3D.

Dans cette leçon, nous explorons le processus de rendu physique en utilisant divers paramètres d'échantillonnage et de subdivision pour obtenir des rendus de haute qualité. Nous abordons les différences entre les modes adaptatif, fixe et progressif, et comment chacun d'eux influence le résultat final. De plus, nous verrons comment optimiser l'anti-aliasing et l'occlusion ambiante. La leçon inclut également une discussion sur les paramètres avancés pour une profondeur de champ réaliste et l'ajustement de la réflectance.

Voir plus
Questions réponses
Pourquoi le système de rendu physique gère-t-il les échantillons à un seul endroit ?
Le système de rendu physique centralise la gestion des échantillons pour optimiser les calculs et améliorer la qualité globale du rendu.
Quelle est l'avantage du mode de rendu progressif ?
Le mode progressif permet de lancer un rendu continu, améliorant progressivement l'image jusqu'à ce que l'utilisateur décide d'arrêter, offrant ainsi un contrôle fin sur la qualité et le temps de rendu.
Quels paramètres influencent le temps de rendu en mode adaptatif élevé ?
Les paramètres tels que les subdivisions d’échantillonnage, le seuil d'erreur de rendu, et l'antialiasing influencent fortement le temps de rendu en mode adaptatif élevé.
Devons donc maintenant terminer plus ou moins le rendu complet. Je n'ai pas évidemment été dans tous les détails mais vous avez les grands principes. Je vais donc pouvoir vous parler maintenant du rendu physique. Je vais ouvrir ceci, prendre mon best ici pour avoir la meilleure résolution et vous voyez une chose déjà flagrante, c'est à dire que si je prends l'anti-aliasing, je ne peux pas modifier les paramètres d'anti-aliasing. Si je prends mon occlusion ambiante, il y a une partie qui est grisée, notamment les échantillons minimum et les échantillons maximum. Alors pourquoi est-ce que c'est comme ça ? Et bien simplement parce que le système du rendu physique fonctionne différemment, c'est à dire qu'il va gérer les subdivisions, les échantillons à un seul et unique endroit. Je vais me placer sur physique et qu'est-ce que je vois ? Et bien je vois qu'il y a des paramètres de base et des paramètres avancés. Nous n'irons pas jusqu'aux paramètres avancés puisque l'intérêt, je dirais, on peut déjà faire des choses très intéressantes et des réglages vraiment de base avec ce que nous offre justement cette base et nous avons donc plusieurs choses. Nous avons ici un échantillonneur. Alors l'échantillonneur est adaptatif, il sera faible au départ. J'ai la possibilité d'accéder au fixe et au progressif. Nous allons donc commencer par l'adaptatif avec une qualité d'échantillonnage faible. C'est donc lui qui va prendre le pas notamment sur l'anti-aliasing, c'est à dire mettre les réglages faibles au départ. Reprenons donc ici le physique et je vais faire un rendu. Vérifions juste au niveau des paramètres d'illumination globale que le cache est bien activé pour ne pas devoir attendre trop longtemps au niveau du calcul. Tout est activé, très bien. Au niveau de l'occlusion d'ambiante, nous y reviendrons un petit peu plus tard. Je reviens donc ici en physique, je le laisse en adaptatif faible et je peux fermer cette fenêtre là. Rendu dans le visualiseur, j'étais en couche et en passe, donc je vais revenir ici en historique simple. Vous voyez qu'il n'y a plus tous les coeurs de calcul, on a bien entendu un calcul qui les utilise mais la figuration est différente. Si je compare cette image là à celle-ci, bien entendu j'ai une différence puisque j'ai des réglages d'adaptatif qui sont assez faibles. Il essaye de faire au mieux par rapport à ça, je considère pour ma part que le rendu physique est bien justement un rendu qui est beaucoup plus performant même s'il est un petit peu plus lent mais il rentre plus dans les détails et surtout nous allons avoir accès à une profondeur de champ qui sera une vraie profondeur de champ et non pas un effet de post-production. Je vais reprendre les paramètres ici, d'adaptatif faible, je vais passer ici en adaptatif moyen. Qu'est-ce que je vois ? Je vois que mes subdivisions de l'échantillonnage augmentent, mon seuil d'erreur de rendu je dirais diminue donc plus ces paramètres là seront élevés et celui là petit, plus le temps de rendu sera important mais plus j'aurai quelque chose de détaillé. On va pouvoir faire les comparaisons par la suite, je fais donc un rendu. Si je reviens ici en arrière, je vois que l'anticrénalage est quand même raisonnable par rapport à ce que j'avais avant, il y a donc ici simplement des rebonds et une manière d'un petit peu légèrement différente dirons-nous de calculer les choses. Revenons sur l'image qu'il calcule, je suis passé de 21 secondes à 22 secondes pour une qualité qui est une qualité améliorée. On va aller dans adaptatif élevé, vous allez voir que là on commence à je dirais monter dans les tours au niveau du temps de rendu. Subdivision est passée à 6, rendu de subdivision minimum 4, 7, seuil d'erreur de rendu 1%, on peut éventuellement faire une vérification de transparence des matériaux, nous n'avons pas de matériaux transparents ici donc ce n'est pas absolument nécessaire. On le voit tout de suite, il y a des ralentissements notamment pour l'antialiasing et les différentes choses de collision d'ambiante donc nous allons prendre plus de temps pour le calcul de ceci, vous voyez que les surfaces planes ça va très vite, c'est là où il commence à y avoir des détails, de la réflexion qu'il ralentit. Je dirais en adaptatif élevé, nous avons déjà une bonne qualité, c'est une manière de calculer, je vais vous montrer les autres manières donc à vous bien entendu de faire votre choix maintenant tout ne s'adaptera pas pour chacune des images, c'est à dire que vous aurez peut-être besoin de prendre plutôt un adaptatif élevé ou un autre dans d'autres circonstances selon bien entendu l'image et la scène que vous voulez rendre. Par contre au niveau du temps de rendu on se rend compte que là on passe du simple double voir plus, nous étions en 22 donc ça ferait 44 secondes, on est déjà dépassé largement cela nous avons une minute 3 mais on a quelque chose de grande qualité et les paramètres qu'il gère sont mieux gérés. Également dans la R17 avec les matériaux de réflectance, la réflectance est mieux traitée puisque si je regarde le matériau, n'importe quel matériau et que j'observe justement ce paramètre de réflectance alors je vais simplement ici aller dans l'orange et lui demander au niveau de la réflexion, donc pas dans les paramètres de base quoi que ici échantillonnage de calque vous voyez que c'est grisé aussi puisque la subdivision est gérée par notre rendu physique donc quelque chose qui est réglé à un endroit et donc qui centralise énormément les choses. Voilà pour mon côté adaptatif, alors si je veux avoir une idée de l'échantillonneur adaptatif qu'est ce que ça comporte, j'ai donc qualité d'échantillonnage, j'élevais simplement la chose comme ceci. Je peux également le faire en fixe, c'est le moins intéressant dirais-je puisqu'il y a peu de paramètres que l'on contrôle, on contrôle juste une qualité d'échantillonnage et une subdivision de l'échantillonnage alors je vais évidemment pouvoir refaire ici en faible pour faire les différents tests. Vous voyez que ça se calcule très vite mais on a quand même ici des choses qui ne correspondent pas trop, on a donc la possibilité d'aller en moyenne, ça se calcule un petit peu plus vite, on va voir si la qualité suffit et je peux prendre ici en élevé. Je vais quand même un petit peu plus vite que l'adaptatif, mais l'adaptatif est quand même de meilleure qualité, je dirais le moins bon, c'est un terme pas tout à fait approprié mais le moins bon des trois serait le fixe, même avec des paramètres élevés. Voilà qui est fait, j'ai 44 secondes, là j'étais à 1 minute 17, on va faire une comparaison entre les deux, il n'y a pas énormément de différence mais voilà. Le dernier mode est le mode peut-être le plus intéressant mais attention il va falloir faire des tests, essais, erreurs, par rapport à ça c'est que nous avons ici la possibilité de le faire en progressif. Alors en progressif je vais laisser le mode progressif par défaut qui est le mode infini et vous montrer après que vous allez pouvoir régler les choses, c'est à dire que mode infini ça veut dire que je vais lancer le rendu et il continuera tant que je ne l'arrêterai pas, je l'arrêterai au bout d'une minute bien entendu mais voilà, je vais donc rendu dans le visualiseur ici, il va calculer les couches et vous voyez qu'il est de très mauvaise qualité et plus je fais des passes de rendu, donc des passes progressives, plus il va améliorer les choses, on va le laisser un petit peu tourner pour améliorer vraiment bien les choses. L'avantage de ce mode progressif évidemment en mode infini c'est que vous décidez le moment où votre image vous plaît donc l'endroit où vous allez arrêter les choses, ça c'est déjà un avantage mais ce n'est pas le seul avantage, c'est à dire que nous allons pouvoir justement définir nous même soit un certain temps, passer pour chaque frame, bien entendu par rapport à une animation il va falloir faire des coups de sonde dans votre animation voir les moments où il y aura besoin de plus de passes, donc évidemment c'est eux qui seront prioritaires et généraliser ce nombre de passes pour toute votre animation mais également vous pouvez lui dire nous avons besoin d'un certain temps et par exemple je calcule 3 minutes ou 1 minute par frame, j'ai 800 frames et je sais que mon animation sera calculée au bout de 800 minutes, bien entendu toujours vérifier que la qualité soit au rendez-vous même si pour une animation il y a encore le flou et ce genre de choses là, ici je suis donc à 78 frames ou 70 frames plus exactement passes progressives, on a 1 minute 8, je peux très bien arrêter le rendu, voulez-vous l'arrêter, oui, donc j'ai quelque chose de qualité, 1 minute 14, je suis près de la minute 17, voilà c'est une manière de calculer les choses qui est donc ici dans ce cas-ci en infini. Je vais lui dire un nombre de passes, donc on peut considérer que 20 passes suffisait, on va en faire moins mais juste pour la démonstration, donc je vais faire 15 passes, nombre de passes progressives et je vais lancer le rendu, passes progressives, vous voyez 2, 3, 4, 5, 15 sera suffisant je pense par rapport à une qualité moyenne mais c'est déjà quelque chose qui peut vous montrer comment fonctionne le système. Voilà, 15 passes, il a utilisé 14 secondes, on a déjà un résultat et il s'est arrêté, l'autre manière de faire du progressif, et bien c'est pour une durée limite, alors 10 minutes c'est un petit peu long, ce que je vais faire, je vais faire 30 secondes, 30 secondes sera donc 0,5 puisque 1 étant 1 minute. Il calcule, les passes progressives se font, et il y a donc 30 secondes, il y aura 30 secondes de calcul. Ce qui vous permet vraiment de faire des réglages fins en vous disant, voilà j'ai autant de temps pour le temps de calcul, je dois remettre ça à une telle heure, et bien je peux planifier correctement la chose, bien entendu si c'est une image fixe mais si vous avez une animation, bien entendu vous faites des coups de sonde durant votre animation, donc j'ai 34 passes, on est plus ou moins à 30 secondes, on est à 32 secondes, j'avais 32 passes plus ou moins, voilà qui est fait. Voilà donc les avantages du rendu physique, nous nous retrouvons dans une vidéo suivante pour vous montrer un petit peu les applications de la caméra physique, les choses qui sont particulières, notamment le vignettage, et surtout pouvoir essayer de calculer une profondeur de champ qui soit une profondeur de champ correcte.
Nos dernières formations Cinema 4D
  • Cinema 4D - Atelier motion design MoGraph
    Découvrir
    Cette formation vidéo en ligne conçue pour ceux qui souhaitent explorer et se perfectionner dans l'univers de l'animation 3D. Couvrant tous les aspects essentiels, de la mise en place de la scène à la post-production, cette formation met l'accent sur l'utilisation de MoGraph et Redshift pour créer des animations de texte 3D captivantes. Elle est parfaite pour les débutants comme pour les professionnels cherchant à aiguiser leurs compétences en animation et en design graphique.
    1h54 24 leçons
  • Cinema 4D - Atelier motion design
    Découvrir
    À l'issue de cette formation, vous aurez acquis les compétences pour maîtriser étape par étape tout le processus de création jusqu'à l'export final dans Cinema 4D, en découvrant l'extrusion, le remaillage, le générateur de volume, le maillage de volume, les tags collision et ballon, ainsi que le champ linéaire.
    2h56 21 leçons
  • Cinema 4D - Atelier scène isométrique
    Découvrir
    Dans cette nouvelle formation, nous allons créer une scène en 3D isométrique avec Cinema 4D. L’objectifs de cette formation et de vous initier à l'ensemble des opérations permettant de créer une scène complète.
    5h30 68 leçons
  • Cinema 4D R2023 - Le rendu
    Découvrir
    Maîtriser le rendu sur C4D 2023.
    5h 26 leçons
  • Cinema 4D R2023 - Modélisation avancée
    Découvrir
    Maîtriser la modélisation avancée avec C4D 2023
    3h46 29 leçons