AutoCAD 2022
8 juin 2021

Faut-il passer à AutoCAD 2022 ?

Partager l'article

Logiciel de référence en CAO, AutoCAD a réussi à numériser la table à dessin et ses différents outils. Particulièrement flexible, que vaut cette nouvelle version à l’ère du BIM ?

Comme chaque année, Autodesk enrichit son offre logicielle phare de nouvelles fonctionnalités. AutoCAD ne fait pas exception avec une mouture 2022 qui présente certaines améliorations parfois déroutantes, d’autres réservées à un public spécifique.

Une interface à l’ergonomie retravaillée

Premier changement de taille, la fenêtre d’installation se simplifie, les différentes informations (installation de NET Framework, AutoCAD, pack de langue, etc.) n’apparaissent plus, les choix sont restreints à installation express ou non, à l’emplacement du logiciel sur le disque dur. Rien de transcendant, Autodesk reprend le standard des installations actuelles, plus sobre et plus limpide. Là où cette version se distingue, réside dans son interface. Un nouvel écran d’accueil avec l’onglet Début s’affiche proposant un accès rapide aux différents fichiers. L’interface se rapproche nettement de Revit, le logiciel BIM phare d’Autodesk. L’accent a été mis sur les miniatures, plus grandes, mais souffrant d’un aspect quelque peu pixellisé étant donné qu’elles n’ont jamais été enregistrées dans une résolution plus élevée.

D’une meilleure utilisation en bi-écran

Suivant la tendance d’avoir plusieurs écrans afin d’augmenter le confort d’utilisation, l’éditeur américain a étendu l’usage des onglets. Les onglets correspondants à chaque fichier peuvent être glissés vers un autre écran, créant une fenêtre flottante sur le deuxième moniteur. Cette fonctionnalité permet de naviguer plus facilement entre plusieurs dessins, d’effectuer des opérations de copier/coller simplement entre deux fichiers.

Mesurer la quantité

C’est certainement la fonctionnalité majeure de cette version touchant l’ensemble des utilisateurs. L’outil Quantité permet d’afficher la liste des blocs du dessin et leurs nombres, regrouper dans un onglet unique. Une fois la fonction initialisée, l’utilisateur peut :

  • Visualiser le nombre de blocs utilisés dans le dessin en cours ;
  • Accéder directement à chaque bloc en navigant dans la structure via la barre d’outils Quantité ;
  • Identifier en un clic les blocs avec des erreurs ;
  • Insérer un tableau à partir des blocs sélectionnés dans la palette ;
  • Filtrer les blocs selon le calque, l’échelle ou s’ils sont en miroir…

Cependant, cette fonctionnalité bien qu’intéressante dispose d’importantes limitations, Autodesk n’ayant pas été au bout de sa logique. Ainsi les blocs masqués sont automatiquement soustraits du comptage, d’autant plus si vous masquez des calques. L’ensemble des blocs visibles sont additionnés ce qui peut poser un problème si on rapproche le plan de la bibliothèque, les éléments présents seront aussi comptés. Il en va de même pour les légendes. Dans un plan de bâtiment comportant plusieurs étages, il est impossible de différencier les blocs d’un étage particulier.

Laisser des traces sur le plan

Accessible depuis un certain temps sur AutoCAD Web, l’outil Trace est désormais intégré à cette version. Il permet de dessiner et d’apporter des commentaires sur un plan. Sa principale différence par rapport à la version Web consiste dans le fait qu’une couche est créée pour les éléments dessiner avec cette fonctionnalité, évitant ainsi de modifier le plan original. De quoi ajouter des commentaires sans altérer le dessin.

Un apport du côté collaboratif

L’outil partager le dessin apporte une petite dose collaborative dans AutoCAD. Fonctionnant sur un mode similaire à Revit, il copie le dessin en cours ainsi que ses éléments, le logiciel génère ensuite un lien qu’il est possible de partager avec d’autres personnes pendant 7 jours. Des autorisations (lecture seule, modification, enregistrement) peuvent être configurées.

S’inscrivant dans la même dynamique, Push to Autodesk Docs offre la possibilité de créer des PDF à partir de présentations et de les transmettre vers un projet BIM 360 ou Autodesk Docs, encore faut-il avoir un compte BIM 360.

En dernier lieu, le système d’affichage graphique 3D a été revu pour offrir une navigation plus fluide. Celui-ci nécessite des cartes graphiques de dernières générations avec plusieurs cœurs et compatibles DirectX 12. Cette fonctionnalité n’est pas vraiment finalisée et ne prend pas en charge tous les objets du dessin (image, textes, etc.). Avec cette version, Autodesk offre quelques outils intéressants et une meilleure optimisation de son produit historique. Cependant, AutoCAD 2022 semble, par bien des aspects, peu abouti et aurait mérité une meilleure finalisation de certaines commandes… peut-être dans sa prochaine édition !

Tarifs : 2322 € /an.

Plus d’informations ici

 

Nos dernières formations AutoCAD

Partager l'article