article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Artlantis | La lumière HDRI

  • Vidéo 8 sur 57
  • 4h51 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
La lumière HDRI
00:00 / 06:48
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
69,00€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Avec cette fonction d’Héliodon, on a cette possibilité de régler notre environnement, ici notre couverture nuageuse. On remarquera d’ailleurs, un petit clin d’œil, un indice ici de pollution. Cet indice a malgré tout une fonction, il s’agit d’épaissir un petit peu l’atmosphère, c’est malheureusement effectivement souvent le cas dans le cadre de problème de pollution. Toutefois, voilà le résultat, ça peut nous permettre d’obtenir notamment d’assez joli coucher de soleil. Petite fonction assez rigolote, en épaississant ici un petit peu la couche d’atmosphère et en faisant venir, créer un soleil un peu rasant, on obtient comme ici un coucher de soleil avec un joli dégradé rouge, comme on peut malheureusement, en voir de temps en temps certaines périodes de l’année. Donc c’est un petit clin d’œil sur cet indice qui vous a peut-être interpelé. Toujours dans cette notion d’environnement, on a ici travaillé avec un environnement et un ciel dit 3D, donc là il s’agit d’une variable que nous avons assigné en fait, un autre point de vue. On a décidé que dans ce point de vue, on aurait un environnement de type Héliodon ciel 3D. Si je reviens dans mon point de vue, je me rends compte ici que j’ai la possibilité également de faire appel à différents types d’environnement. Alors, je pourrais simplement avoir avec une projection solaire, qui dépend bien sûr de l’Héliodon actif, avoir simplement un arrière-plan qui pourrait être dégradé. Il suffit tout simplement que je vienne sur cette étiquette et créer l’environnement qui me conviendrai le mieux, en fonction de mon point de vue, on est dépendant bien sûr du point de vue. Ça c’est une première chose avec une différente couche possible de teinte. Autre type d’environnement, ce serait d’assigner ou plutôt d’associer un autre point de vue, une image. Là il y a plusieurs utilisations possible, donc je double clic ici, je peux aller chercher n’importe quel type d’image et la placer en arrière-plan, ce qui pourrait faciliter peut-être insertion, mais je pense qu’il y a un outil insertion qui est beaucoup plus pertinent que celui-ci, qui est basé sur principe mais plus efficace. Cette fonction sert surtout à utiliser un type d’image assez particulier, qu’on appelle des images HDRI. Ce sont, en anglais dans le texte c’est hightdensityrengeimagin, ce sont des images à haute densité, avec des pages très dynamiquesde pixel ou de luminosité qui nous permet à la fois de créer en fait, un arrière-plan mais également de se servir de cette image comme un émetteur de lumière. Donc ça permet d’avoir une luminosité variable autour d’un projet en fonction des plages de couleur trouvé sur cette HDRI. Les formats HDRI sont des images très spécifiques, idéalement c’est plutôt d’en trouver un grand nombre d’un site de formation qui vous permet de télécharger gratuitement ou non ce type d’image. Voilà un exemple en tout cas, de site openfootage.net qui propose un grand nombre d’image de type HDRI en libre chargement, qui nous permet de créer des arrière-plans avec des variations de couleurs entre du vert, du rose, du bleu etc. C’est en fonction de différents modèles, elles sont gratuitement téléchargeable, de très haute qualité. J’en ai téléchargé une d’ailleurs, on va voir comment les utiliser. Donc, cette image-là, je vais déjà la placer dans un répertoire, je vais mettre sur mon bureau, et maintenant je vais aller utiliser cette image d’arrière-plan Alors je double clic, je viens chercher sur mon bureau cette fameuse image, la voilà, ouvrir et ok. Elle est automatiquement reconnue donc comme une image de type HDRI ici, je pourrai donc glisser simplement dans mon arrière-plan pour glisser la position, elle s’est placée d’une manière hémisphérique autour de mon projet ici. Donc à moi, en fonction de mon point de vue, de choisir idéalement son placement. Une fois d’ailleurs qu’elle est placée, vous verrez que quand on bougera notre caméra, cette image tournera également, en fonction du point de vue. Première étape donc c’est la placer ;deuxième étape, je peux demander à bénéficier justement de cette plage dynamique et d’utiliser cette image comme émetteur de lumière, donc c’est le cas, une fois actif.Cette image est très bleue, ça ne fait pas une différence que fondamentale par rapport à notre arrière-plan de tout à l’heure, si on avait des nuances de rouge en revanche, on aurait effectivement du rayonnement rouge, partiel en fonction d’ailleurs, une fois de plus, de la position de ma caméra qui apparaitrait ici dans ma scène. Voilà, je valide ici et comme vous pouvez le voir désormais, lorsque je pivote et bien mon image d’arrière-plan, elle pivote également comme un décor autour de mon projet. C’est intéressant comme type d’image pour plusieurs raisons, déjà parce que pour les éléments qui vont être en réflexion par exemple, et bien l’image va se réfléchir dans nos surfaces quand on attaquera la partie sheader. Et dès qu’on assignera donc une réflexion à certains matériaux, et bien cette image viendra se réfléchir également donc ça crée un contexte intéressant dans notre scène avec un minimum, d’ailleurs de poids et d’une manière très efficace.