article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Indesign | lettrine, composition, changement de casse

  • Vidéo 52 sur 71
  • 7h36 de formation
  • 71 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
lettrine, composition, changement de casse
00:00 / 12:06
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Réalisons maintenant la lettrine qui se trouve sur la page 2. Retournons dans notre document de travail. Le texte du titre et l’introduction sont déjà mis en forme car ils ne comportent rien de particulier par rapport à ce que nous avons déjà vu. Modifions avant tout l’aspect du texte qui ici est lettrine, sélectionnons la totalité du texte avec contrôle A, modifions aussi la police de caractère myriad pro, le corps 9 et l’interligne 9, nous allons justifier ce texte. Nous acceptons la césure, car le texte est justifié. Pour respecter les règles de césure française, nous allons indiquer que le texte est en français avec la palette de caractère ici pour en choisir une autre langue quand le texte le demande. Comme nous n’avons pas encore le texte du client, nous avons mis un texte de substitution qui ressemble par la longueur des mots et le rythme en français. Nous avons inséré note curseur dans notre bloc, choisi la police que nous voulions sur l’interlignage et dans le menu texte nous avons sélectionnée la commande, remplir avec le texte de substitution. En blanc additionnel pour cette édition de paragraphe nous mettons 9 points avant chaque paragraphe. Nous savons maintenant qu’Indesign sait faire la conversion d’une unité de mesure en une autre. Nous avons ainsi un blanc homogène. Profitons de ce texte, plus long que les autres pour voir les différences de composition. Nous avons déjà vu la composition ferrée à gauche, le texte était aligné sur le côté gauche et à droite aucun alignement n’est respecté. Centré, centrer le texte entre les deux côtés du bloc ou de la colonne, ferré à droite comme le ferré à gauche sauf que le texte est aligné à droite ; cette composition est très peu utilisée, car elle difficile à lire, en effet notre œil n’a plus une ligne verticale invisible sur laquelle revenir à chaque ligne. Le rythme de lecture se trouve au ralenti, il faut donc utiliser cette composition pour les très petits textes comme de la petite raille ou de légende. Juste ici à gauche permet d’aligner les deux côtés du bloc le texte. La dernière ligne de paragraphe est alignée sur la gauche. Juste ici au centre c’est pareil, mais la dernière ligne est centrée. Justifier toutes les lignes permet de justifier même la dernière ligne du paragraphe, ainsi le texte forme un bloc compact. Cette composition est peu utilisée, car elle peut engendrer un inter lettrage ou un inter mot, un espace entre les lettres beaucoup trop importantes et demande de redistribuer les espaces du paragraphe, autrement pour retrouver enfin les paragraphes, une homogénéité, un bon rythme entre chaque mot. Nous allons voir les deux dernières formes de compositions : aligné au dos permet toujours d’aligner les textes du côté où se trouve la reliure du document. Ici puisque notre reliure est à droite, notre texte est aligné à droite. Si nous mettons maintenant notre texte sur cette page, le texte est aligné à gauche puisque la reliure se trouve à sa gauche. Et enfin la dernière composition, alignée à l’opposé du dos. Fais l’inverse et aligne toujours le texte du côté du bloc le plus éloigné de la reliure. Si nous mettons maintenant notre texte à gauche, le texte est bien aligné à l’opposé de la reliure. Prenons une composition justifiée à gauche et réalisons notre lettrine. Une lettrine est un ou plusieurs caractères en début de paragraphe plus grand que les autres, pour ne pas mettre ainsi un point de repère pour l’œil. Nous allons faire une lettrine avec le premier caractère du paragraphe. Cette lettrine aura la taille de trois lignes de texte et sera d’une couleur différente. Mettons notre curseur dans le premier paragraphe, et indiquons sur combien de ligne nous voulons notre lettrine. Nous affichons la palette de paragraphe, nous indiquons ici le nombre de lignes. Juste à notre droit nous pouvons indiquer le nombre de caractères que cela affecte. Nous lui affectons une couleur, tout d’abord nous sélectionnons notre caractère et comme nous avons enregistré des couleurs dans notre nuancier, nous choisissons notre violet elephorm. Notre lettrine n’est pas terminée, pour respecter la composition française, nous devons encore modifier certaines choses. Mettre la suite du mot en petite capitale et ajouter un renforcement d’un demi-cadratin sur les lignes suivantes. Ceci va nous permettre de voir comment changer la casse d’un caractère et comment serrer un espace particulier. Changeons déjà le restant du mot, il est actuellement en bas de casse c'est-à-dire pour prendre l’équivalent du terme en bureautique, en minuscule. En mettant ces lettres en petite capitale, nous allons permettre une transition plus douce entre la grande taille de lettrine et la taille du texte courant ; c’est aussi ainsi plus facile à lire. Qu'est-ce que les petites capitales ? Ce sont des caractères qui ont le dessin des capitales, mais la taille des bas de casse. Nous les utilisons entre autres pour les lettrines, mais aussi pour indiquer un siècle ou un chiffre romain par exemple. Ce changement de casse s’effectue dans la palette caractère. Sélectionnons notre mot et cliquons sur petite capitale. Il est à noter que c’est dans cette partie de la palette que nous pouvons aussi mettre en exposant ou en indice des caractères, comme par exemple abrégé deuxième, nous mettrons le « e » après le « 2 » en exposant comme ceci. Annulons. Nous pouvons aussi souligner ou barrer un texte, la démarche est toujours la même, nous sélectionnons notre texte et cliquons sur le soulignement par exemple. Pour modifier le soulignement, nous mettons la touche Alt option appuyé et nous cliquons sur l’icône de soulignement. Nous pouvons ici changer le style du trait, sa couleur et son épaisseur. Pour ne plus mettre le soulignement, nous sélectionnons le texte et cliquons de nouveau sur l’icône. Notre lettrine est presque prête, il nous reste à ajouter au début des deux lignes suivantes un renforcement d’un demi-cadratin, nous allons pour cela insérer un espace et voir aussi ce qu’est un cadratin. Pour insérer un espace en début de deuxième ligne, nous sommes obligés de faire un retour à la ligne forcée en première ligne. Voici ce qui arrive si nous ne le faisons pas, notre espace n’est pas forcément en début de ligne ; nous annulons. Grâce au retour forcé, l’espace que nous allons insérer en début de ligne sera bien là où nous l’avons mis. Il est important pour cette phase que le texte ne change plus, soit validé, car sinon, il faudra tout refaire. Nous insérons un retour forcé, majuscule, entrer, nous supprimons l’espace qu’il y a ici, notre curseur est en début de ligne et dans le texte, menu texte, nous affichons le sous menu insérer un espace. Nous avons plusieurs espaces à notre disposition, commençons par le cadratin. Pour bien comprendre, imaginons que le cadratin est un carré invisible qui a comme valeur de côté la valeur du corps du texte. Alors si nous insérons à cadratin entre deux mots de corps 14, le cadratin fera un espace de 14 points entre les deux mots. Ainsi, nous pouvons expliquer un autre espace important, le demi-cadratin qui fait la moitié de la valeur du cadratin. C’est celui-ci que nous allons insérer. Il nous reste à le faire une deuxième fois pour la deuxième ligne, retour forcé, majuscule entrer, nous supprimons l’espace ; dans le menu contextuel insérer un espace, demi-cadratin. Notre lettrine est à présent terminée. Nous allons mettre la touche finale à ce texte, en rajoutant une puce à la fin. Supprimons cette fin de paragraphe. Nous mettons un « n » en fin de texte, nous lui mettons une police spéciale, la limbads, le n correspond à une puce carrée. Nous avons ainsi un carré que nous mettons en violet, couleur de fond sélectionnée, choisissons le violet. Pour que la puce aille totalement à droite, nous insérons un caractère qui ordonne au texte qui suit c'est-à-dire notre carré d’aller s’aligner sur la droite. Mettons notre curseur juste avant la puce et avec un clic droit nos sélectionnons insérer un caractère spécial. Nous voyons ainsi des caractères qui ne sont pas forcément faciles à mettre dans un texte, nous les utilisons rarement, nous ne savons pas le raccourci clavier pour y accéder, cette liste permet de les avoir toujours sous la main. Nous choisissons tabulation de retrait à droite, indesign a inséré une tabulation qui pousse tout caractère après sur la droite. Notre lettrine est maintenant terminée, elle respecte la composition française. Nous avons vu comment insérer un espace spécifique, les différentes compositions possibles, comment rechanger la casse d’un texte et comment accéder aux caractères spéciaux.