article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Indesign | la palette liens

  • Vidéo 62 sur 71
  • 7h36 de formation
  • 71 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
la palette liens
00:00 / 06:58
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Toutes nos images ont été importées dans notre document. Il y a donc un lien entre notre document Indesign et l’image sur le disque dur. Il vaut mieux toujours importer une image plutôt que de la coller sur un bloc. Si notre prestataire a la moindre modification à faire sur l’image comme l’enregistrer sur un autre format pour des raisons de comptabilité par exemple. Il ne sera pas en mesure de la faire avec une image collée dans un bloc, car il n’a pas le fichier source, nous pouvons toute fois coller des éléments d’illustration directement dans Indesign, c’est le cas du logo en page 4, c’est un élément vectoriel qui est toujours éditable sur Indesign. Si nous sélectionnons l’outil de sélection directe, et que nous cliquons sur l’illustration vectorielle, nous verrons bien les points d’ancrage de l’objet qui apparaissent et nous pouvons les modifier. Les conditions pour coller des éléments vectoriels sont les suivantes : l’illustration doit être au minimum une version 8 d’Illustrator, dans les préférences d’Illustrator nous pouvons voir copier au format ASCB, et enfin dans les préférences Indesign, CTRL + K ou Commande + K, à la rubrique gestion des fichiers, l’option préférer le PDF au collage ne doit pas être sélectionner, si ce n’est pas le cas, l’objet ne pourra pas être modifiable dans Indesign mais sera imprimable comme toute autre image importée. Annulons et revenons à l’importation des images. Il y a donc un lien entre le document Indesign et l’image, si nous modifions l’image dans Photoshop, que se passe-t-il ? Et bien le lien est brisé, car l’image composite, qui se trouve dans un container dans Indesign pour nous faciliter le placement ne correspond plus à l’image physique qui se trouve sur le disque dur. Pour pouvoir gérer les liens, nous disposons d’une palette nommée Liens, nous l’affichons : fenêtre > liens. Toutes les images importées donc à part le logo en page 4 qui a été collé, sont restées dans cette palette, il y a le nom de l’image et la page ou elle se trouve. Le signe danger indique que le lien est brisé, donc soit, comme on l’a dit, la représentation basse définition dans Indesign ne correspond au contenu réel du fichier image, soit l’emplacement ou le nom de l’image a changé et Indesign ne retrouve plus fichier. A notre disposition, il y a quatre icônes en bas de la palette. La première permet de rééditer le lien de l’image, nous utiliserons pour indiquer le nouvel emplacement de l’image ou son nouveau nom, la deuxième permet d’atteindre l’image dans Indesign, nous cliquons sont image dans la palette lien et sélectionnons cette deuxième icône, Indesign affiche l’image concernée. La troisième met à jour le lien, cela force Indesign à relire le contenu de l’image pour en faire une image composite qui correspond à l’aspect actuel de l’image. C’est ce que nous allons faire sur cette image, avec la personne sur cet ordinateur ? nous cliquons, l’image a été mise à jour, et une nouvelle image composite a été faite avec un rouge plus claire, c’était une modification dans Photoshop, nous n’avons plus maintenant le signe danger. La quatrième permet d’éditer l’original de l’image, en sélectionnant cette icône, Photoshop ou Illustrator seront ouvert pour permettre des modifications, l’avantage est que le lien ne sera pas brisé et Indesign mettra à jour directement. Nous parlons d’image composite et d’image basse définition. Effectivement Indesign n’apporte pas l’image haute définition dans Indesign, mais seulement une version plus légère pour le placement, c’est au moment de l’impression, de l’exportation que la haute définition sera mise à la place de la basse définition, ainsi le fichier Indesign est plus léger et l’affichage plus rapide. Pour accélérer l’affichage à l’écran ou pour avoir un meilleur aperçu de l’image, nous pouvons modifier la netteté de l’image, il suffit de la choisir dans le menu affichage puis dans la rubrique performance d’affichage. Affichage rapide masque toute les images, les caractères ne sont pas lissés, affichage standard affiche toutes les images, mais avec une définition faible, le texte est lissé, l’affichage de qualité supérieure lisse les éléments vectoriels et affiche les éléments pixélisés avec une meilleure définition. Cela ralentit beaucoup le système, il doit surtout être utilisé pour les placements d’éléments délicats. Revenons à l’affichage standard, plus rapide, nous pouvons vérifier les paramètres de ses trois choix pour la performance, CTRL ou Commande K, à la rubrique performance d’affichage, il est possible de modifier les performances d’affichage juste pour une image. Il suffit de le déclarer dans les performances d’affichage, dans le menu affichage, autoriser le paramètre d’affichage de niveau objet. Maintenant, on sélectionnant une image, et grâce à un clic droit sur celle-ci, nous pouvons modifier ces performances d’affichage. Nous voyons bien maintenant que notre image avec une qualité supérieure, et les autres qui restent avec une qualité inférieure.