article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Indesign | la bibliothèque avec Tuto InDesign CS2

  • Vidéo 68 sur 71
  • 7h36 de formation
  • 71 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
la bibliothèque avec Tuto InDesign CS2
00:00 / 09:59
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Nous allons étudier à présent la bibliothèque. Lorsque nous utilisons de manière répétitive des éléments de mise en page, des blocs, des textes, des repères mêmes, il est utile de les avoir toujours sous la main, les bibliothèques permettent cela, nous allons créer une bibliothèque à partir du bulletin nous y mettrons les prochains éléments qui serviront au prochain bulletin. Elles nous serviront aussi pour un autre type de publication d’éléphorm telle qu’une invitation ou une plaquette de présentation. Nous assurons ainsi la cohérence graphique de la société. Pour créer une bibliothèque, nous sélectionnons dans le menu fichier, le sous-menu nouveau et nous sélectionnons bibliothèque. Nous devons lui donner un nom, il est important d’indiquer la nature de votre bibliothèque, car après cinquante créations il sera plus dur de reconnaitre laquelle renferme les éléments éléphorm. Comme nous l’avons vu dans l’un des chapitres, la bibliothèque a comme extension indl pour Indesign library. Nous validons, une palette flottante représentant une bibliothèque est créée, nous pouvons comme n’importe quelle palette la mettre sur le côté, ou l’emboiter avec d’autres palettes. Pour y intégrer d’autres éléments, il suffit de les glisser sur la palette, nous le faisons pour le logo, l’éclat jaune et le bloc avec le dégradé violet, ainsi nous n’aurons pas toujours à faire un angle bisouté à ce bloc. Fermons la bibliothèque. Et créons un nouveau document, CTRL + N, le format de page n’a pas d’importance, nous allons maintenant charger les bibliothèques dans le menu fichier, ouvrir, sélectionnons la bibliothèque, et validons. Nous pouvons maintenant glisser les éléments de bibliothèque sur ce nouveau document, logo, l’éclat jaune, nous allons répéter cette action et enfin le bloc avec le dégradé violet. Examinons le logo et affichons la palette lien, dans le menu fenêtre, nous cliquons sur lien, l’emplacement du logo original n’est pas à la bibliothèque, mais bien son emplacement d’origine sur notre disque dur, nous double cliquons sur le logo dans la palette lien pour le démontrer. Voici l’emplacement de l’illustration sur notre disque dur, pour les images les bibliothèques se comportent un peu comme un alias, ou un raccourci selon notre système d’exploitation. Donc, nous ne pouvons pas envoyer une bibliothèque a quelqu’un s’il n’a pas accès à l’emplacement du fichier image source. Continuons a regarder la palette nuancier, elle comporte les couleurs et les dégradés que nous avons référencés dans notre autre document, et qui sont nécessaires au bloc logo et au bloc avec le dégradé violet. À propos du bloc violet, nous avons utilisé des feuilles de style de paragraphe pour le texte, les mises en forme sont respectées, mais sont ce que les bibliothèques gardent les feuilles de styles avec le bloc dans sa palette ? Regardons la palette style de paragraphe, effectivement, les bibliothèques en conservant un texte, garde aussi les feuilles style. Notre objet violet faisait l’objet d’un style, et dans notre bulletin, est ce que comme pour les feuilles de styles de paragraphe et de caractère, les bibliothèques conservent aussi les styles d’objet, la réponse se trouve dans la palette style d’objet. Là aussi les bibliothèques conservent les styles d’objet, par contre Indesign a fait une copie du style, c'est-à-dire que si nous modifions un paramètre de style, cela ne change pas la feuille de style dans les autres documents qui utilisent la même bibliothèque. Regardons la palette bibliothèque de plus prés, les éléments sont affichés sous forme de vignette, on entre dans le menu de la palette, nous pouvons les afficher sous forme de liste, retournons sous forme de vignette, double cliquons sur le logo, nous pouvons modifier son nom afin de faciliter les recherches. Cela ne change pas le nom du fichier source bien entendu. Le style d’objet est utilisé aussi pour trier les éléments de la bibliothèque par type, et enfin la description qui peut aider en cas de travail en groupe, elle facilite elle aussi la recherche, logo société, validons, et cliquons sur la paire de jumelles pour voir les options de recherche, nous pouvons rechercher dans toute la bibliothèque ou que dans les éléments affichés, nous pouvons mettre jusqu'à cinq champs de recherche, en cliquant sur plus de choix et moins de choix et précisé dans quel domaine chercher notre chaine de caractère, nous sélectionnons description, ensuite le champ société, nous voyons ici une utilité de donner une description détaillée de l’élément pour des bibliothèques très importantes, validons, et notre bibliothèque maintenant affiche les résultats de notre recherche, et uniquement les éléments qui porte dans le champ information le mot société, en l’occurrence le logo, dans le menu nous affichons tous les éléments de la bibliothèque, en bas de la palette, il y a un petit i qui affiche les informations de l’objet comme nous l’avons fait en double cliquons le dessus. Sélectionnant donc le logo et quand on sort le petit i nous avons effectivement les informations, qu’en double cliquons dans le logo. La page cornée insère un élément sélectionné dans la bibliothèque, si aucun élément n’est sélectionné dans la page, la page cornée est grisée comme c’est le cas, la corbeille permet de supprimer un ou plusieurs éléments de la bibliothèque. On sélectionne les éléments comme des fichiers dans notre système d’exploitation. Nous allons voir maintenant comment modifier un élément qui est placé sur la page et mettre à jour les bibliothèques. Nous positionnons notre élément, nous allons prendre l’éclat jaune et modifier ses points d’ancrage, comme ceci, piquons sur l’élément de bibliothèque à jour et dans le menu de la palette nous sélectionnant mettre à jour l’élément de la bibliothèque. Les éléments déjà placés comme ici ne subissent pas de modification, mais dorénavant le placement de cet objet comporte la modification. Supprimons la totalité des éléments dans la bibliothèque et sur la page, cliquons sur la corbeille, créons trois blocs différents sur la plage et non sur la feuille de montage. Nous allons mettre un peu de couleur, un bloc image aussi, et enfin un bloc rectangulaire, comme ceci, nos trois éléments sont bien sur la page et non pas sur la table de montage. Si nous sélectionnons dans le menu de la bibliothèque, ajouter les éléments sur la page, tous les éléments sur la page sont intégrés en une seule vignette. Supprimons cet élément, si nous sélectionnons maintenant dans le menu « ajouter » les éléments sur la plage en tant qu’objet indépendant, chaque élément de la page est intégré à une bibliothèque dans une vignette différente. Il n’y a pas de sauvegarde de la bibliothèque, cela se fait en temps réel, si nous supprimons un élément alors la bibliothèque ne possède plus l’élément. Pour fermer la bibliothèque nous cliquons comme sur n’importe quelle palette, dans le coin supérieur droit, pour l’ouvrir nous sélectionnant ouvrir, dans le menu fichier, le chapitre sur les bibliothèques est terminé grâce à elle, nous avant toujours des dispositions récurrentes en une seule palette.