article(s) dans votre panier VOIR

Tuto Indesign | création d'un nouveau document

  • Vidéo 25 sur 71
  • 7h36 de formation
  • 71 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
création d'un nouveau document
00:00 / 07:59
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans ce chapitre suivant, nous allons faire la mise en page de ce bulletin d’information. Nous consacrons ce premier chapitre de la réalisation de bulletin à la création d’un nouveau document. Avant toutes choses, il est important de réaliser la nature du travail. Même si indesign est un logiciel souple et permet de modifier en cours de réalisation la structure de notre document, il est toujours plus simple et plus efficace, d’établir dès le début les grandes lignes de notre projet. Regardons notre exemple, nous voyons déjà que c’est un quatre pages qui a pour format 148 m de large sur 210 de haut, c'est-à-dire un format A5. Dans les industries graphiques, nous disons toujours la largeur avant la hauteur. C’est une convention qui nous renseigne ainsi sur l’orientation de la page. C’est une composition en trois colonnes, à une ou deux exceptions près. Ce bulletin comporte des marges, en-tête, en-pied, et sur les côtés. La marge se trouvant à la reliure ou encore au pliage et plus petite que son opposé. Ça nous donne une indication qui va nous servir pour compléter la fenêtre de création de documents que nous allons ouvrir maintenant. L’analyse étant faite, allons dans fichier, nouveau document. Nous remarquons le raccourci clavier au passage, contrôle N ou commande N sur mac in touch. La première chose que nous allons indiquer est le nombre de pages. Nous verrons comment ajouter ou supprimer des pages dans le chapitre consacré aux gabarits. Nous indiquons quatre, maintenant nous voyons à quoi sert la formation sur la taille différente des marges de gauche et de droite dont nous avons parlé peu avant. Si nous cliquons sur page en vis-à-vis, comme ici, nous voyons qu’en bas de la fenêtre la marge de gauche et de droite se nomme maintenant petit fond et grand fond. C’est ainsi que l’on nomme les marges de côté en imprimerie. Une chose importante est que le petit fond est toujours la marge qui se trouve au pliage. Par conséquent, la marge de petit fond qui se trouve à gauche sur une page impaire se trouvera sans aucune intervention de notre part à droite sur une page paire. C’est l’inverse bien entendu pour la marge de grand fond. Le principe des petits fonds et grands fonds correspond aux canons de mise en page et d’équilibre. Lorsque nous regardons simultanément une page de gauche et une page de droite. Si nous ne sélectionnons pas page en vis-à-vis, les marges de coté peuvent être différentes, mais elles resteront où elles sont qu’elles soient sur des pages paires ou impaires. L’option bloc de texte type, créera un bloc où on pourra mettre du texte et qui y aura les dimensions de pages moins les marges. Cette option est intéressante pour un ouvrage lent, ainsi nous n’avons pas à créer un bloc sur chaque page, car il est déjà par défaut sur toutes les pages que nous pourrions créer. Cette option ne nous intéresse pas pour notre exemple, car nous avons bien plus qu’un bloc texte par pages. Nous voyons déjà ainsi qu’indesign fonctionne par système de bloc, un bloc pour un texte, un autre bloc pour une image et encore un autre bloc pour un autre texte. Voyons maintenant le format de page. Nous disposons des formats déjà entrés dans cette liste, nous allons choisir A5, nous pourrions entrer manuellement les dimensions de notre page si nous voulions un format non disponible. Indesign CS2 accepte les formats entre 4.233 mm et 5286.4 mm. Pour préciser l’orientation de la page, deux boutons sont à notre disposition. Mais comme nous avons entré nos dimensions, indesign en déduit par conséquent l’orientation. Il est à noter que les termes à employés dans les infos bulle sont incorrects. Les termes exacts pour un format vertical et format à la française et non un portrait. Même chose pour le format en paysage, le terme exact est à l’italienne. En dessous du format nous trouvons les rubriques colonnes, cette rubrique si nous renseignons, mettra des repères verticaux dans les pages qui nous aideront à faire les colonnes de texte. Si nous avions cliqué sur bloc de texte type, le bloc de texte ainsi crée comporterait le nombre de colonnes indiqué dans la rubrique colonne. Renseignons maintenant les marges, nous rentrons une différente valeur en sélectionnant le chiffre et en tapant celui désiré. Pour passer de l’une à l’autre, il est très pratique d’utiliser la touche tabulation. Nous remarquons le petit bouton en forme de chaine brisée. Cela signifie que chaque marge est indépendante, si nous cliquons sur la chaine, les valeurs ne sont plus qu’à céder et à renseignant un chiffre dans un champ les autres prennent la même valeur. Nous allons briser la chaine puisque nous ne voulons que les petits fonds et les grands fonds soient pareils que le blanc de tête et le blanc de pied. Dans ce menu, nous pouvons déjà indiquer les fonds perdus. Seulement ils sont cachés. Pour les afficher, il faut cliquer sur plus d’options. Les fonds perdus sont des marges à l’extérieur de la page ou du groupe de pages dans lesquels vont dépasser nos illustrations. Si nous mettons des images justes au bord de la page, au moment de la finition, comme le pliage, le masticotage, il risque d’y avoir un liseré blanc inesthétique. Pour éviter cela, nous prévoyons des fonds perdus, c'est-à-dire des dépassements de 3 mm minimum, 5 mm étant bien. En renseignant les champs, indesign va crée des repères qui nous aideront à faire dépasser suffisamment les images pour éviter ce liseré blanc. La ligne-bloc est encore une marge extérieure à la page ou au groupe de pages dans lesquels tout ce qu’on mettra sera imprimé. Nous nous en servons pour remplacer les informations qui serviront à l’imprimeur lors de l’impression ou encore de la finition. Toutes ces informations participeront à la coupe lors de du masticotage. Il ne faut donc surtout pas s’en servir pour placer des éléments de la mise en page puisque cette marge ce trouve à l’extérieur de notre format de page. Considérons cette marge pour les données techniques. Afin de ne pas renseigner de nouveau ces paramètres, si nous avons l’intention d’utiliser souvent cette configuration, nous pouvons les enregistrer, ainsi ils seront disponibles dans la liste située en haut. Nous validons. Toutes ces informations que nous venons de donner sont toujours modifiables en allant dans deux menus. Le premier fichier, format de document et le deuxième pour les marges de repères en allant dans page, marge et colonne. Ce chapitre s’achève, nous venons de voir comment faire pour créer un document, lui donner un format précis, et comment placer un repère de colonne pour notre composition future.