article(s) dans votre panier VOIR

Le swap

  • Vidéo 32 sur 48
  • 4h28 de formation
  • 48 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Le swap
00:00 / 08:07
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans ce tuto gérer son serveur web, le formateur Alain Beauvois nous apprend tout ce qu’il y a à savoir sur le swap. Cet outil se trouve dans le système d’exploitation Linux. Sa fonction consiste à charger la mémoire d’un programme afin d’être exécutable. Pour ce faire, nous utilisons cette zone de partition sur disque appelé « swap ». Dans ce fichier, nous constatons plusieurs commandes concernant l’utilisation de swap comme « top ou vmstat ». Avec ces commandes, nous déterminons la taille et les partitions des fichiers. Ces partitions sont ensuite envoyées dans la mémoire swap qui peut être « vive et ou réelle ». Le programme sur Linux est donc exécutable puisque la mémoire est chargée. Dans cette formation, nous voyons aussi le rôle du fichier. Il libère la mémoire pour stocker des données souvent lues et permet au processeur d’accéder à ces dernières. Ainsi, nous pouvons créer des commandes et de nouveaux fichiers avec l’outil « mkswap ». Afin d’activer ces commandes et ces fichiers, nous inscrivons le code « swapon ». Dans le cas contraire, nous les supprimons par « swappoff ». Tous ces programmes développés dans swap se gèrent rapidement. La performance du système Linux peut donc être affectée et même dégradée. Pour éviter ce problème, nous devons concentrer notre manipulation seulement sur la mémoire swap et éviter son exécution sur d’autres mémoires externes. Au final, la gestion de nos fichiers n’est plus difficile puisque les programmes installés sur Linux sont bien départagés dans différentes répartitions.