article(s) dans votre panier VOIR

Formation Réussir sa levée de fond : Dans quelle situation ne faut-il pas faire appel à un investisseur ?

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Dans quelle situation ne faut-il pas faire appel à un investisseur ?
00:00 / 02:34
HD
fullscreen
  • Vidéo 4 sur 17
  • 37:00 de formation
  • 17 leçons video

Détails de la formation

Dans cette formation, l’expert vous montre comment réussir sa levée de fonds. L’objectif est de savoir dans quelles conditions il ne faut pas faire appel à un investisseur. Tout d’abord, le besoin d’investissement dépend de la vision d’entrepreneur. La taille d’une entreprise est visible par le nombre d’employés, la forme juridique, les nombres d’associés et effectivement le capital. Pour ce type d’entreprenariat qui nécessite beaucoup de moyens, le capital investissement est toujours nécessaire. A l’inverse, le capital investissement sens large est impensable pour un entrepreneur qui s’occupe de tout et est le seul maître à bord. Ensuite, il est dangereux de s’octroyer un capital investissement sur une promesse complètement fausse. Ainsi, l’idée d’avoir un taux de croissance supérieur dès la première année est plus ou moins inconcevable. La levée du capital risque doit être justifiée par un business-modèle. Dans tous les cas, l’investisseur cherche toujours à justifier la levée du fond. A l’exemple d’une boîte de conseil ou de service, vous allez être profitable dès le premier mois. Le besoin d’un capital risque se justifie aussi par le besoin de maintenir le taux de croissance durablement. Pour une boîte de service, il est difficile de maintenir un taux de croissance de 30% constante pendant toute l’année. Par ailleurs, vous devez agir autrement si l’investisseur refuse. Par rapport à une dizaine d’années, l’environnement de financement initial des entreprises est beaucoup plus favorable aujourd’hui. Il y a tout un écosystème plus favorable au fond de ramassage, à la structure d’accompagnement des levées de fonds. Pourtant, beaucoup d’entrepreneur ont du mal pour lancer leurs activités. Si la plupart des demandes sont refusées, il y a sans doute une raison. L’entrepreneur doit analyser les raisons de cet échec sur sa levée de fond. En reformatant le projet à partir des critiques des uns et des conseils des autres, il peut revenir 6 mois ou 1 an après avec un projet financé. En cas de plusieurs refus, cela peut toujours être instructif pour l’entrepreneur. Pour conclure, cette formation a été une occasion de découvrir le choix d’investissement et de réussir sa levée de fond.