article(s) dans votre panier VOIR

Formation réussir sa levée de fonds : Comment définiriez-vous un bon investisseur ?

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Comment définiriez-vous un bon investisseur ?
00:00 / 02:11
HD
fullscreen
  • Vidéo 11 sur 17
  • 37:00 de formation
  • 17 leçons video

Détails de la formation

Dans ce cours en ligne, le formateur vous montre comment définir un bon investisseur. L’objectif de cette vidéo est de vous arborer les attributs d’un bon investisseur. Le principe est qu’un investisseur qui a du pouvoir est un investisseur dangereux. Par contre, un investisseur qui a de l’influence est un bon investisseur. Par conséquent, la possession d’influence se définit premièrement comme un état de référence. En d’autres termes, l’investisseur est un référentiel. Il va être la personne à qui l’entrepreneur pose des questions et demande des avis quand les options subsistent. Dans cet ordre d’idées, l’expression qui tient en compte cet état de référence est le mot copilote et non pilote. Dans ce sens, il faut noter qu’être investisseur n’est pas un état assorti de mesures drastiques. D’autre part, un investisseur est aussi un consultant. En effet, l’entrepreneur consulte l’investisseur quand il prend une décision importante. Dans ce cadre, les relations hiérarchiques entre l’entrepreneur et l’investisseur sont liées par un contrat. De ce fait, les décisions doivent être décidées dans le conseil d’administration suivant le système des voies majoritaire. Par ailleurs, si l’investisseur n’est présent que dans les relations D to D, c’est-à-dire dans les relations en dehors des conseils d’administration, soit des rencontres purement quasi-quotidiennes, soit des rencontres formelles, c’est que l’investisseur n’est pas influent. En partant de cette hypothèse, le langage entre l’entrepreneur et l’investisseur est plus qu’important pour l’effectivité du business que ce soit des discussions formelles ou que ce soit des discussions informelles. A part cela, un investisseur est un professionnel expérimenté. Son point fort c’est qu’il a vécu, au travers de son investissement, dans différentes sociétés, avec une multitude de cas et de situations. Par conséquent, il a la capacité de gérer les paternes les plus répétitifs dans la vie d’une entreprise. Pour conclure, la définition de l’état d’un bon investisseur est purement intuitu-personnel et dépend principalement de compétences et d’expérience.