article(s) dans votre panier VOIR

Le choix des formats vidéo dans un montage

  • Vidéo 5 sur 44
  • 3h55 de formation
  • 44 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Choix des formats vidéo
00:00 / 11:27
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
44,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans ce tutoriel montage vidéo, Ghislain Thomasset vous parle des choix des formats vidéo dans un montage. Il vous explique que pour être cohérent et efficace au niveau de la qualité de l’image, il faut voir de quels moyens vous disposez en montage par rapport à ce que vous avez en tournage. Un autre paramètre important à gérer qui est abordé dans ce tuto est l’espace colorimétrique.
Le montage peut être évoqué en étapes techniques et artistiques. Les deux sont intrinsèquement liées. Parmi ces étapes, il y a le choix du format d’acquisition et de tournage (omf, aaf, edl). Quant le monteur est consulté en étape de post-production, il y a une facilité de travail importante car il sait ce qu’il va avoir comme matière et notamment de quelle matière il a besoin pour arriver à un produit final. Ce dernier utilise notamment une edit list, qui est un fichier d’échange en post production contenant les points de montage, leur Timecode et les références des sources.
Pour chaque montage, il y a un type de format qui convient. Les problèmes rencontrés avec les formats c’est des problèmes de stockage et de taille. Eventuellement, il y a le problème du débit. Il existe des fichiers basés sur des GOp (Group of Pictures) qui sont représentés par un groupe d’images dont la première sert de référence pour les images qui suivent. Les images qui ne sont pas référentes ont donc moins d’informations et sont moins lourdes. De même, celles-ci ont besoin de la première image du GOP pour être interprétées correctement. Par ailleurs, un GOP de 12 aura une image référente pleine et 11 images incomplètes, qui doivent être recalculées à chaque fois. D’un autre côté, le logiciel de montage doit être cohérent et en parfaite synchronisation avec le format en question. Il est par ailleurs important quelquefois de transcoder grâce à un codec permettant de coder le signal, pour avoir plus de ressources et de temps réel disponible. En ce qui concerne l’espace colorimétrique, il est de deux types, RVB ou YUV, que l’auteur explique plus en détail dans ce tutoriel avant de passer au problème des LUT ou des LOG permettant de travailler en RAW.