article(s) dans votre panier VOIR

Comment gérer le cas particuliers du plan séquence dans un montage ?

  • Vidéo 4 sur 44
  • 3h55 de formation
  • 44 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Cas du plan séquence
00:00 / 09:34
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
44,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans cette troisième vidéo théorique déstinée à vous apprendre à faire un montage, et avant de parler du plan séquence, l’auteur vous invite à voir un peu le cinéma expérimental de Man ray entre autres, pour mieux cerner la notion du rythme dans les origines du cinéma. D’autres exemples sont abordés comme La corde, d’Albert Hitchcock en 1948 qui vous montre le cas d’enchainement de plusieurs plans séquence. Un troisième exemple pour comprendre que le monteur a pour mission de recréer le plan séquence, est celui du film Gravity d’Alfonso Cuaron, dont le plan séquence est monté en plus d’une centaine de plans, avec tout un travail de découpage et de composition pour que le spectateur ait l’impression que c’est parfaitement fluide. A la fin de la vidéo, l’auteur vous conseille de voir sur Youtube le clip du groupe Ok Go intitulé : the writings and the rools, pour avoir une idée d’un plan séquence parfait.
Le plan séquence est une unité de récits tournés en continu en un seul plan, avec un respect de la temporalité du récit. Dans le plan séquence, il y a une unité narrative liée au rythme du plan, qui vous amène le sentiment et le lien entre le plan du récit, le temps et l’unité spatiale. Historiquement parlant, le plan séquence arrive avec L’horror de Friedrich Murnau, qui démontre l’importance du plan qui vous fait rentrer dans l’intimité du personnage. Par ailleurs, l’auteur vous invite à voir L’arche Russe d’Aleksander Sokurov qui est un plan séquence de 96 min sur la Russie. Aujourd’hui, un fichier MXF compte jusqu’à 12 h d’enregistrement. Pour résumer, un plan séquence sert à faire ressentir l’écoulement du temps dans un temps réel. Il sert aussi dans un récit à faire ressentir une pesanteur sur l’ambiance et l’instant présent, car l’œil du spectateur n’est pas distrait par un changement de plan. Ça peut aussi vous permettre de faire une introduction dans un lieu. Une spécificité du cinéma asiatique avec le plan séquence est la gestion des combats (La fureur de vaincre de Wei-Lo). En résumé, le plan séquence est une gestion de montage sans l’être, avec beaucoup de répétitions, un story-board parfait, une équipe d’assistants pointue, des comédiens prêts à répéter et une équipe technique magnifique.