article(s) dans votre panier VOIR

Tuto DaVinci Resolve | Travailler la couleur et définir une correction primaire

  • Vidéo 30 sur 57
  • 5h57 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Travailler la couleur et définir une correction primaire
00:00 / 05:29
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Alors, travailler la couleur, finalement, pour un étalonneur, qu'est-ce que c'est ?
Bien, la première chose quand on essaye de travailler la couleur, c'est déjà prendre connaissance des images qu'on a à travailler. La plupart du temps, on a visionné un film complet, on a discuté avec un opérateur, un réalisateur, etc. Là on passe des images d'un court métrage qui s'appelle : je veille sur vous et qui est l'histoire d'une personne qui peint, qui va faire des tableaux, qui rêve et des tas de choses.
Donc, travailler la couleur, ça va être d'abord interpréter ce qu'on voit c'est-à-dire se dire : on va essayer de créer une ambiance autour d'un certain nombre de, d'éléments qui nous semblent indispensables. Bien sûr, travailler la couleur, ça va être, de voir les différents plans et se dire qu'il va falloir, sans doute, harmoniser ces différentes prises. Si je prends, par exemple, cette première prise où on voit la main d'un acteur peindre sur un tableau et que je viens au tableau précédent, je me rends compte, tout de suite, que j'ai un petit souci entre les deux qui est, j'ai pas du tout les mêmes rapports de contraste, j'ai pas du tout la même impression de la couleur. Donc, la première chose que je vais faire, c'est sans doute d'essayer de faire MATCHER les deux et de définir quel est le plan qui va être pour moi le plan référent. Alors, suite à discussion avec la réalisatrice ou avec l'opérateur, on va décider, par exemple, que ce plan-là, à ce moment-là, est la référence qui est recherchée. Auquel cas, on va, tout de suite, faire un GRAB STYL pour essayer de récupérer cette image et de la garder. C'est notre référence. Et maintenant, je vais aller travailler l'image précédente et en cliquant deux fois sur la GRAB STYL qu'on a sauvée et qu'on va renommer comme étant notre REF, je clique deux fois et vous voyez qu'on passe en mode WIPE c'est-à-dire avec la possibilité de visualiser les deux images. Je vois, donc, qu'entre les deux, j'ai une vraie différence de contraste. C'est sans doute la première chose qui est la plus frappante. Donc, dans ce premier NODE, je vais travailler uniquement en contraste et je vais dire : eh bien ostensiblement, mes hautes lumières sont plus basses, ostensiblement, les basses sont un petit peu collées, comme ça. Il va falloir, sans doute, descendre un peu ça ! Déjà, je vais essayer de m'arranger pour avoir un contraste, on va dire similaire dans le plan.
Une fois que cette première opération est faite, avec l’ALT S, je vais aller poser un deuxième NODE et dans lequel je vais essayer de voir s'il y a des histoires d'équilibre de couleur c'est-à-dire comment est-ce que je vais faire pour organiser une vraie primaire. Comment est-ce que je vais faire pour m'organiser un vrai primaire en couleur ici. Eh bien, on va comparer un petit peu les couleurs. Alors, si je compare mes jaunes, ici, finalement, je suis passé loin. Il y aurait, peut-être, un tout petit peu, un tout petit peu de rouge, un tout petit peu moins de rouge, pardon, dedans. Si je regarde mes verts, eh bien, les verts, en fait, on a un peu plus de bleu dedans dans les moyennes lumières. Donc, on va aller chercher cette nuance, tout doucement, jusqu’à temps d’avoir effectivement, on va dire, une primaire qui est globalement la même. Même si on n’est pas du tout dans le même rapport de cadre, on peut maintenant comparer, avec le raccourci ALT D, ce qu’on avait au départ sans correction avec ce qu’on a maintenant avec correction. Et on voit bien que ce sera, quand même, plus facile de passer de ce plan-là au suivant qui est là derrière, dans un rapport de contraste cohérent. En fait, ce travail qu'on a fait sur les deux premières NODES, un en contraste et un en correction primaire de couleur, ça va organiser ce qu'on appelle une primaire, une vraie primaire. La primaire, qu'est-ce que c'est ?
Eh bien, par opposition à une secondaire, et là, on parle de correction, une correction primaire, ça va être une correction qui touche à toute l'image. On n'aura pas fait ni de QUALIFIEUR..., on n'aura pas fait de forme, on n'aura pas fait de sélection particulière, on aura traité l'image dans sa globalité. Et c'est seulement après qu'on va commencer à s'intéresser aux autres points c'est-à-dire quand je passe physiquement d'ici à là, est-ce que finalement, je n'aurai pas envie de retoucher un tout petit peu mes verts ? Est-ce que je n'aurai pas envie de retoucher un tout petit peu les marrons ? Est-ce que je n'aurai pas envie de retoucher un tout petit peu certains couleurs ? Si c'est juste une correction globale qui serait, par exemple, eh bien finalement, maintenant que je le vois, j'aurai peut-être envie de réchauffer un tout petit peu l'ensemble. Eh bien à ce moment-là, je peux le faire toujours en primaire parce que c'est une correction globale.