article(s) dans votre panier VOIR

Tuto DaVinci Resolve | Perception du contraste

  • Vidéo 29 sur 57
  • 5h57 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Perception du contraste
00:00 / 06:42
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
49,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Alors, on a vu un petit peu quelques outils, rapidement, pour voir comment on pouvait changer notre contraste, comment on pouvait modifier la balance contraste couleur. On va, aussi, s'attarder sur une notion qui est extrêmement importante en étalonnage. C'est la perception du contraste. Ce que je veux dire par là, c'est que dans ce deuxième NODE, je pourrai, par exemple, prendre un QUALIFIEUR et aller chercher uniquement en mode LUMA, aller chercher uniquement les hautes lumières. Alors pour ça, comment je vais faire ?
Bien assez simplement, je vais limiter la quantité des basses lumières par le QUALIFIEUR. On va passer par le SHIFT H en mode, voir notre masque. Je vais faire un vrai SOFT et donc me dire : « tiens, je voudrais garder, en fait, que les hautes lumières, ici. Voilà ! Donc maintenant, on est bien d’accord que je vais travailler uniquement dans cette sélection. En étalonnage, on dit qu’on a fait une sélection secondaire c’est-à-dire qu’on va agir sur une partie seulement de l’image. J’enlève le masque, cette partie que je travaille. Si je dis, tiens, j’aurai voulu que le personnage soit un peu plus sombre, j’aurais pu descendre un petit peu l’ensemble, c’est-à-dire l’ensemble du signal sur lui et on voit qu’on est passé d’un personnage un peu éclairé à un personnage moins éclairé. Mais finalement, on a une perception du contraste qui est assez étonnante qu'assez bizarre parce que ça ne correspond pas forcément en balance avec ce qui se passe derrière. J'aurais pu, plutôt que de choisir de l'enterrer, j'aurai pu choisir de coller un tout petit peu les parties les plus denses même si j'ai sélectionné que les hautes lumières, monter un petit peu les moyennes, monter un petit peu les hautes et donc, du coup, lui donner plus, le mettre plus en valeur. Mais, j'aurai aussi pu faire exactement ce travail en me disant : bien que finalement la correction initiale, la contraste que j'avais posé initialement sur le personnage m'intéressait et que c'était le balance avec le reste, auquel cas, on va inverser notre masque, ici. Et dans ce masque, on va changer la perception du contraste. En gros, on a pu travailler le contraste à l’intérieur ou à l’extérieur d’une sélection.
On pourrait reprendre dans une autre version, version 4 par exemple. On aurait pu reprendre ce raisonnement d’une manière encore un peu différente, simplement en plaçant, plutôt que de faire une sélection sur un QUALIFIEUR, on aurait très bien pu définir qu’en fait, ce qui nous intéressait, c’était le personnage et on aurait choisi de travailler à l’extérieur et du coup, changer le contraste sans toucher au personnage. La perception du contraste est totalement différente puisqu'en fait, on a changé la balance de contraste entre notre sujet principal qu'est la statue et le fond. Si je l'avais fait à l'inverse, on voit bien qu'on aurait donné une sensation, une autre sensation puisqu'en fait là, du coup, on aurait relevé les fonds et apparemment, on aurait descendu ce qui s’est passé sur la statue.
En étalonnage, on est toujours très très attentif à placer nos contrastes pour mettre en valeur les choses. Là, on a vu comment créer une forme, comment appliquer une correction de contraste d'un côté ou de l'autre. On peut, de cette manière-là, on peut aussi décider de redéfinir un petit peu ce qui se passe, c'est-à-dire redessiner un petit peu la lumière. On peut très bien placer, par exemple, des formes qui vont nous permettre de moduler un petit peu ce qui se passe, ici. Je pourrai choisir de descendre un tout petit peu ce qui se passe derrière lui. On aurait, même, pu choisir, par exemple, de le changer, un tout petit peu la dominante, ce qui se passe d'un côté pour créer un contraste de couleur pour le coup. Et puis, on aurait pu choisir, en mettant un NODE derrière celui-là, toujours sur le même principe, j'aurai pu choisir, aussi, de récupérer l'inverse du masque en faisant passer, en tirant ici, depuis le petit triangle bleu et en venant le mettre sur l'autre de telle façon à ce que de l'autre côté, autant là, j'étais partie là dans les tons chauds, autant ici, je peux décider de partir un peu dans les tons froids, et du coup, en augmentant le contraste de couleur, mettre un peu plus en valeur la statue. Donc, la notion de contraste, elle est aussi tout le temps dans la manière dont on perçoit une image et dont on veut mettre en valeur une partie ou une autre. Et le contraste, on en parle essentiellement pour parler de la plage de LUMA qui va du noir au blanc c'est-à-dire est-ce qu'on utilise toute cette plage du noir vers le blanc ? Mais le contraste, il y a une deuxième notion qui est extrêmement importante qu'on appelle le contraste de couleur c'est-à-dire j'avais une couleur qui prenait beaucoup d'importance et en fait, je vais tout désactiver. On avait une image un peu plate, on a changé complètement son apparence et son contraste. Le raccourci, c'est l'ALT D qui permet de rendre inactifs tous les NODES. Si je veux rendre inactif que le NODE n° 3, c'est la commande D. Je peux, aussi, cliquer sur le numéro qui est sous le NODE pour désactiver la correction en cours.