article(s) dans votre panier VOIR

Historique de l'écriture, Phéniciens, Grecs : la création des premiers alphabets

  • Vidéo 4 sur 37
  • 2h44 de formation
  • 37 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Aux origines de l'écriture, Phéniciens, Grecs : la création des premiers alphabets
00:00 / 07:19
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
39,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

L’écriture de la civilisation occidentale remonte à 3500 ans environ avant notre ère. Les plus anciens documents écrits connus sont sumériens (de la ville de Sumer, dans le sud de l’Irak actuel), taillés dans des tablettes d’argile qui étaient ensuite cuites dans un four. Les premières écritures étaient pictographiques, donc figuratives, à l’instar des hiéroglyphes égyptiens, qui sont quant à eux apparus vers -3000. Cette écriture, taillée dans la pierre, était très complexe et, par conséquent, pas à la portée du commun des mortels. Une seconde écriture fit alors son apparition à l’usage des scribes, très simplifiée et destinée à être calligraphiée sur des feuilles de papyrus à l’aide d’un roseau large coupé en biseau: l’écriture démotique. Les écritures pictographiques furent suivies par les écritures cunéiformes (dont les caractères ont une forme anguleuse), qui apparurent vers -2700 pour disparaître vers -1000.

C’est le peuple phénicien qui réalisa le premier alphabet connu, soit un ensemble de symboles phonétiques d’origine figurative destinés à véhiculer un son, vers -1100. Ces alphabets empruntaient beaucoup aux écritures démotiques et cunéiformes. L’origine du tracé des lettres phéniciennes se retrouve dans la figuration des hiéroglyphes, ne gardant que la première sonorité d’un objet donné: pour le son A, les phénicien ont choisi le mot Aleph (bœuf), et ont stylisé le tracé d’une tête de bœuf; la maison se disant Beth, ils en retinrent le tracé du plan et en firent la lettre B; le dos du chameau, Ghimel, devint le tracé de référence pour le son G; etc. C’est ainsi que naquit le premier alphabet phénicien, composé de 22 lettres. Les phéniciens étaient de grands commerçants et naviguaient dans toute la Méditerranée, exportant ainsi au fil du temps leur alphabet dans les pays avec lesquels ils négociaient.

De cette manière, l’alphabet phénicien est arrivé vers - 800 en Grèce, non sans avoir subi quelques modifications graphiques au fil du temps, et notamment une rotation vers la droite due au mouvement naturel de la main. Les grecs s’approprièrent bien vite cette nouvelle écriture, avec une évolution de taille: le bœuf ne se disant pas aleph en grec, les caractères perdirent définitivement leur aspect figuratif pour ne devenir que des symboles graphiques phonétiques dénués de sens. Ils gardèrent la structure graphique en la perfectionnant et ont gardé la racine phénicienne de chaque lettre: aleph est devenu alpha, beth beta, ghimel gamma, etc. C’est également ici qu’il faut voir l’origine du mot alphabet, composé des deux premières lettres grecques. Les calligraphes grecs avaient en outre pour habitude d’écrire la première ligne de leurs documents de droite à gauche, et la seconde de gauche à droite, et ainsi de suite, à la manière d’un bœuf labourant un champ: c’est ce que l’on appelle l’écriture boustrophédon, qui est remarquable en ce qu’à chaque changement de direction, ils retournaient également le tracé des lettres. Cette habitude n’a pas duré très longtemps, mais suffisamment pour que certaines lettres, comme le B, le E ou le P, s’inversent définitivement.