article(s) dans votre panier VOIR

Les mouvements de caméra en Storyboard

  • Vidéo 22 sur 27
  • 1h52 de formation
  • 27 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Les mouvements de caméra en storyboard
00:00 / 09:32
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
39,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Le but d’un storyboard est aussi de montrer les informations concernant la machinerie, les mouvements et les optiques de caméra, tout ce qui concerne la partie technique du tournage.
Imaginons pour l’exemple, en plan moyen, un couple qui marche dans une rue, en ville. Si le réalisateur veut faire un travelling arrière d’accompagnement (la caméra précède les deux personnages et recule en même temps qu’ils avancent), le storyboarder place, pour indiquer cela, une flêche à l’extérieur du cadre.
Une règle simple à suivre en storyboarding : toute flèche à l’extérieur du cadre représente un mouvement de caméra. Toute flèche à l’intérieur du cadre, représente un mouvement d’un personnage.
Pour être certain que les lecteurs du storyboard comprennent bien ce que veut dire le storyboarder avec sa flèche, il peut noter, côté de celle-ci, les mots « Travelling arrière ».
Voyons maintenant quelques types de mouvements de caméra.
- Le travelling arrière (que nous venons de voir)
- Le travelling avant (le contraire du premier : la caméra avance vers les personnages pendant que ceux-ci avancent vers elle). Dans ce cas, la flèche hors du cadre est dans l’autre sens (la pointe vers le haut).
- Le travelling latéral (permet par exemple de découvrir d’autres éléments à côté des personnages.) Le storyboard dessine une flèche, toujours hors du cadre, vers le sens correspondant (droite ou gauche). Il ajoute « Travelling Latéral » à côté de lflèche pour être bien compris.
- Le Tilt Down (l’objectif de la caméra se déplace vers le bas, par exemple pour montrer une bouche d’égoût) Comme le storyboarder a besoin de montrer plus d’informations qu’il n’y en a dans le premier dessin cadré (par exemple, montrer la fameuse bouche d’égout), il créé un second cadre (nommé « cadre d’arrivée), sous le premier, avec la bouche d’égoût dessinée. Il rajoute autour des éléments (trotoire, pigeon qui picore...) pour faire comprendre de quoi il
! s’agit. Ces 2 cadres font partie du même plan.!
- Le mouvement de grue (la caméra monte, l’objectif de celle-ci reste frontale.) Pour indiquer cela, le storyboarder créer une flèche sur le côté du cadre (sur la feuille de papier) allant evrs le haut. Il note « Mouvement de grue vertical ». Au dessus de son cadre A (le premier) il créé un autre
! cadre (le troisième) montrant le haut des immeubles.