article(s) dans votre panier VOIR

Formation Storyboard : Le dialogue avec le réalisateur

  • Vidéo 5 sur 27
  • 1h52 de formation
  • 27 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Le dialogue avec le réalisateur
00:00 / 06:51
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
39,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Le storyboarder est souvent embauché pour un projet spécifique. C’est un premier assistant réalisateur ou un directeur de production qui le contacte pour rencontrer le réalisateur.
Première étape : Le scénario. Cela, afin de pouvoir connaitre le fil du film, lors des briefs. Le storyborder doit, en amont, s’informer sur le style et la façon de travailler du réalisateur pour mieux le connaitre.
Le travail se décompose en fait en deux grandes étapes : les briefs et la réalisation concrète des dessins. Les briefs servent à s’accorder sur le travail à accomplir. Le réalisateur peut, par exemple, avoir déjà découpé son texte et, dans ce cas, le storyborder part sur cette base pour sa réalisation. Si le découpage n’est pas encore fait, le brief sert à le mettre en place en discutant de ce qu’il est mieux de faire.
Un exemple de journée type de travail :
Le storyborder rencontre le réalisateur. Ce dernier explique ce qu’il veut mettre en place. Puis des croquis d’illustrations sont réalisés, jusqu’à arriver à un premier croquis global et très rapide, de découpage des scènes.
Le storyboarder travaille ensuite en solo. Il détaille un peu plus le croquis. Il précise ce qui sera vu quand le projet sera plus avancé, améliore les actions de chaque plan, trouve les meilleurs plans pour le tournage.
 Le soir même, le réalisateur doit pouvoir transmettre ce premier découpage à son équipe. Ces étapes seront reproduites pour chaque séquence du film qui pourront être modifiées plusieurs fois si nécessaire.
Si le réalisateur est quelqu’un de très visuel, le travail peut être assez rapide car il aura une bonne idée des plans et du découpage qu’il souhaite.
D’autres réalisateurs peuvent être plus concentrés sur le travail de l’écriture, le jeu des acteurs etc. Au début du projet, il se peut donc qu’ils n’aient pas d’idée précise de ce qu’il veulent pour le film. Le storyboarder doit alors faire un effort supplémentaire afin de comprendre ce qui est le mieux, en prenant en compte l’avis du réalisateur et en le questionnant.
Le storyborder doit ensuite savoir répondre aux attentes d’autres membres de l’équipe. Par exemple, il s’accorde avec l’équipe du décor pour que les dessins qu’il réalise et les décors choisis et validés, soient en cohérence.
Le storyboarder est parfois en contact avec le premier assistant dont le rôle est de définir un plan de travail. Si par exemple l’équipe n’a qu’une nuit pour tourner une séquence, le storyboarder doit adapter ces dessins pour faire en sorte que la séquence puisse être tournée dans ce laps de temps.
On voit donc bien que le storyboarding doit aussi répondre à des attentes techniques qui, d’ailleurs, permettent souvent de trouver de bonnes idées pour améliorer le projet.