article(s) dans votre panier VOIR

Fabriquer un document de travail de storyboard

  • Vidéo 7 sur 27
  • 1h52 de formation
  • 27 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Fabriquer un document de travail de storyboard
00:00 / 03:05
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
39,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Une fois le storyboard terminé, il passe en phase d’execution. Le storyboarder rassemble toutes les informations collectées lors du brief puis les synthétise afin de les noter sur papier et d’aboutir à des dessins plus aboutis, plus détaillés.
La première étape consiste à faire le tri de ces informations, d’abandonner certains plans et de remettre le tout dans l’ordre. En deuxième étape le storyboarder peut revenir sur certains dessins pour préciser l’intention du cadre, très importante, mieux définir l’action afin qu’elle soit compréhensible, lisible tout de suite. L’objectif est de faire une composition d’images qui expliquera le mieux, l’action.
L’étape suivante consiste à mettre le tout en page et, si nécessaire, d’affiner encore une fois certains détails. Par exemple, si le réalisateur souhaite une profondeur de champ plus importante, le storyboarder peut ajouter des effets de flou avec photoshop (sur les premiers ou arrières plans). Il peut aussi par exemple créer une ambiance particulière avec des nuances de gris ou de couleur. Cette méthode de travail doit être courte afin de pouvoir rendre le storyboard rapidement.
Souvent, une case du storyboard correspond à un plan monté. Mais certains plans nécessitent plusieurs cases : travelling, plan en mouvements, ou des plans comprenant plusieurs actions. La question essentielle qu’un storyboarder doit toujours se poser est « Est-ce que ma ‘case’ exprime bien l’action qui s’y joue ? » Si ce n’est pas le cas, « Que puis-je ajouter pour mieux expliquer les actions du plan ? »
Par exemple, si nous avons un travelling dans un couloir avec un homme à suivre vers l’extérieur, nous aurons sûrement besoin de 2 ou 3 cases dans le storyboard, avec trois temps : un dans lequel le personnage est dans le couloir, un autre dans lequel nous le voyons par exemple ouvrir une porte et un dernier temps où il est dans la rue.
Le choix du nombre de cases dépend uniquement de votre besoin pour faire comprendre l’action du plan.