article(s) dans votre panier VOIR

Cours photo | Qualité d’image

  • Vidéo 43 sur 57
  • 4h13 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
previous
summary
resume
next
play
Qualité d’image avec Maîtrisez votre reflex numérique
00:00 / 04:26
HD
fullscreen
Je m’abonne à partir de
16,6 € / mois
OU 39,95€ Ajouter au panier
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès illimité

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Lorsque vous prenez une photo avec votre reflex, l’appareil crée un fichier sur la carte mémoire, el format de ce fichier peut être modifié dans les menus de l’appareil, par défaut, le fichier est un JPEG. Lors du déclenchement que se passe-t-il dans le boitier qui est en fait un mini-ordinateur ? Le capteur transforme les photos en électrons via ces photosites, puis les convertit en couches RVB et données numériques. Ce sont nos informations brutes, « RAW» en anglais. Lorsque vous avez choisi la balance des blancs, l’appareil applique ensuite une correction de la dominante colorée, il corrige les couleurs de l’image. Ensuite si vous avez choisi un style d’image ou un traitement particulier noir et blanc par exemple, l’appareil applique ce traitement. Enfin, si vous avez spécifié une taille de JPEG et un taux de compression, fin, moyen ou bas, l’appareil réduit en conséquence et la compresse via les algorithmes complexes. Même si cela reste invisible à l’œil nu, l’image reste légèrement dégradée afin d’être plus légère, elle est ensuite écrite sur la carte sous forme d’un fichier JPEG, le format RAW est donc moins traité que le fichier JPEG. L’appareil ne tient pas compte de la balance des blancs, du contraste, de la variation des teintes, on dit que c’est un négatif numérique. L’image n’est pas traitée et non compressée. Le fichier est donc plus lourd et donc plus long à écrire sur la carte. Le format RAW implique donc un traitement obligatoire sur l’ordinateur à travers un logiciel spécifique, soit fourni par le constructeur ou un éditeur tiers comme Adobe Photoshop et son module Camera RAW par exemple. Il est évidemment possible de traiter un JPEG sur un ordinateur mais ce fichier sera moins riche en informations que le RAW. Le fichier RAW sera beaucoup plus souple à la retouche, et permettra des corrections plus prononcées que le JPEG. Néanmoins, il nécessite une connaissance une connaissance pointe des logiciels de retouche et de leurs possibilités, mais offre au photographe des possibilités de correction et de personnalisation importantes.
Quand faut-il utiliser le RAW ?
- Lorsque la balance des blancs est délicate à réaliser sur le terrain, ou lorsque vous devez absolument avoir des couleurs fidèles (reproduction de tableau par exemple). On peut aussi vouloir essayer à postériori plusieurs balances des blancs afin de voir laquelle sera la plus adaptée.
- Lorsque l’exposition est délicate, en effet, le format RAW comporte plus d’informations entre les hautes et les basses lumières. Attention, ce n’est pas non plus magique, il est toujours important d’essayer de correctement exposer ses photos. Néanmoins, il sera possible en RAW de retrouver de la matière dans des zones très claires ou très sombres par exemple qui seront absentes du JPEG.
- Lorsque vous souhaitez jouer sur le contraste, la saturation des couleurs et les teintes. Le RAW vous donnera plus de souplesse et une image au final de meilleure qualité.
- Le RAW n’étant pas compressé, vous éviterez les artefacts parfois visibles en JPEG, sur les dégradés de couleur par exemple, si vous voulez retoucher violemment avec un logiciel. Le RAW permettra des agrandissements de meilleure qualité et des possibilités de retouche plus prononcées.
Certains appareils proposent la prise de vue en JPEG et RAW en même temps, attention, cela remplit très vite la carte mémoire. Pour une utilisation amateur cela reste relativement inutile puisque vous pourrez ensuite créer un JPEG à partir du fichier RAW initial. Dans une utilisation courante, le JPEG convient à la plupart des situations, il est plus léger, facilement transférable, permet de réaliser plus de clichés sur une carte et propose une qualité d’image tout à fait satisfaisante. Même si vous souhaitez retoucher légèrement vos images afin de renforcer le contraste ou la saturation des couleurs, le JPEG conviendra tout à fait. Le RAW est à choisir dans des situations de prise de vue délicates : lumières colorées prononcées, fort contraste dans la scène, et tend vers une recherche de perfection. Si vous avez également l’intention de retoucher fortement vos images pour personnaliser le rendu, le RAW sera également plus adapté.