article(s) dans votre panier VOIR

Cours photo | Balance des blancs

  • Vidéo 41 sur 57
  • 4h13 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Balance des blancs avec Maîtrisez votre reflex numérique
00:00 / 06:20
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
39,95€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

La balance des blancs consiste à équilibrer les couleurs afin de supprimer les dominantes qui peuvent apparaitre avec certains éclairages, il est important de le savoir pour apprendre à photographier. On sélectionne généralement un type de balance des blancs sur l’appareil grâce à des pictogrammes représentant le type de lumière. Automatique, l’appareil gère lui-même la balance des blancs :
- Lumière du jour, en plein soleil par exemple
- Par temps nuageux
- Dans un environnement ombragé
- Sous une lumière artificielle Tungstène ou incandescent
- Sous une lumière artificielle fluorescente ou de type néon
- Pour les photographies au flash
Finalement, on peut aussi régler manuellement grâce à une photo référence ou préciser la valeur en degrés Kelvin.
Ces pictogrammes simplifiés correspondent en fait à une valeur exprimée en Kelvin de température de lumière que capturera l’appareil. Certains reflex numériques permettent même de régler cette valeur précisément. Cependant, même si la fonction auto est souvent efficace, il est tout de même bon d’apprendre à maitriser cet outil et à choisir pertinemment une bonne balance des blanc. L’idéal évidemment est de réaliser une photo test avec une feuille blanche qui permettra à certains reflex numériques de réaliser la balance des blancs à partir de cette photo-référence, c’est la méthode manuelle. Malheureusement, le temps manque souvent pour réaliser cette opération, il vaut mieux dans ce cas-là choisir le bon pictogramme au bon endroit. Le choix de la bonne balance des blancs s’effectuera en fonction de la lumière disponible et surtout du type de source de lumière. Ainsi, en plein soleil comme ici sous une verrière ou par temps nuageux, il faut sélectionner le pictogramme adéquat. On remarque les effets d’un changement de balance des blancs avec une lumière du jour, la sélection « nuageux » est un peu plus chaude, la sélection « ombragé » l’est encore plus, la sélection « Tungstène » est ici inadapté à notre lumière, une dominante bleue, très froide apparait. La position fluorescent est un peu plus chaude mais reste toujours trop froide pour notre lumière. La sélection flash correspond bien à notre lumière, en effet, on remarque qu’elle correspond exactement à la température de couleur de la lumière du jour. La sélection la plus adaptée dans ce cas reste « lumière du jour » à 5500 K°.
La manœuvre se complique lorsque vous souhaitez photographier une scène éclairée par une lumière artificielle, il va vous falloir apprendre les différents types de lumières les plus courantes autour de vous. Tungstène ou incandescent pour nos vieilles ampoules qui équipent la plupart de nos foyers, néon ou fluorescent pour les éclairages issus de ce gaz, comme les nouvelles ampoules économiques également. Ici ces masques étaient éclairés par une lumière tungstène très prononcée donc très chaude. En lumière du jour, la dominante est très présente, en mode nuageux, la dominante s’accentue puisque la température est plus chaude, en mode ombre, les jaunes sont saturés, les couleurs peu représentatives de ce que notre œil peut percevoir en réalité. La balance des blancs tungstènes corrige bien notre dominant et révèle toutes les couleurs de teinte de cette scène. La sélection fluorescente est encore légèrement trop jaune, le mode flash est similaire à la lumière du jour et ne corrige pas notre dominante. Bien que légèrement froide, la balance des blancs la plus adaptée est ici tungstène qui correspond bien au type d’éclairage sur place.
Un problème se pose lorsqu’on souhaite photographier une scène équipée de multiples sources différentes d’éclairages. Dans ce cas, on sélectionnera la source la plus prédominante quitte à modifier la couleur des autres lumières. Ainsi, en photo de nuit par exemple, le réglage tungstène ou incandescent est souvent plus adapté.
Je ne connaissais pas le type d’éclairage public de cette ruelle localisée à Sidi Bou Saïd en Tunisie la lumière du jour était évidemment trop chaude. Les températures aux lumières naturelles ne convenaient pas, le tungstène est ici trop froid et ne reflète pas l’atmosphère du lieu. C’est ici le mode fluorescent ou néon qui corrige le mieux la dominante générée par ce lampadaire.
Voyons maintenant la balance des blancs en extérieur, avec le logiciel EOS Capture directement relié à notre reflex numérique en Live View. On peut ici modifier directement la balance des blancs, la lumière du jour, ombre, nuageux et on en voit directement les conséquences sur l’image. Tungstène par exemple, ici l’image est très bleue, fluorescent également une dominante bleutée apparait, le mode flash assez similaire au mode lumière du jour ici, personnalisée, on peut faire varier celle-ci directement mais on voit bien que la température de couleur la plus adaptée est couleur du jour.
Le réglage de balance des blancs est important, car il permet à l’appareil de capturer le plus fidèlement possible les teintes réelles. Une balance des blancs trop faussée sera difficile à rattraper en post traitement même en raw fichier brut, comme nous allons le voir par la suite à moins que la modification des couleurs fasse partie d’une intention artistique.