article(s) dans votre panier VOIR

Cours photo | Architecture

  • Vidéo 50 sur 57
  • 4h13 de formation
  • 57 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
previous
summary
resume
next
play
Architecture avec Maîtrisez votre reflex numérique
00:00 / 06:59
HD
fullscreen
Je m’abonne à partir de
16,6 € / mois
OU 39,95€ Ajouter au panier
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès illimité

Sommaire de la formation

Détails de la formation

La photographie d’architecture est assez similaire sur certains points à la photographie de paysage. Cependant, il y a quelques particularités importantes dont le photographe doit tenir compte et qu’on expliquera dans ce cours photo. D’abord, la prise de vue de construction peut s’effectuer en plan d’ensemble ou rapproché, dans sa globalité ou sur un détail. Le photographe devra choisir d’inclure le bâtiment dans son environnement ou au contraire l’en soustraire pour mettre en relief une partie. Dans le premier cas, il faut être attentif aux éléments perturbateurs. L’attention de l’observateur pourra vite être attirée par des travaux, un poteau mal placé, ou un éclairage trop vif. Tout l’art de la photographie d’architecture réside dans la composition. Le photographe peut aller au-delà de la simple représentation en ajoutant sa part de mystère à travers ses choix climatiques, temporels et esthétiques. La plupart des constructions sont le témoignage d’un style, d’une période historique ou d’un environnement humain particulier. Il faut examiner attentivement le bâtiment sous différents angles afin de sélectionner le point de vue qui correspond le mieux à votre interprétation. Votre photographie doit souligner l’harmonie des lignes et saisir le caractère propre à l’édifice. Il est également possible d’apporter une présence humaine. Cela peut renseigner l’observateur sur l’échelle et parfois rendre le vivant au lieu à travers son aspect fonctionnel. Attention cependant à ne pas transformer la photo d’architecture en portrait dans son environnement. Il faut garder l’équilibre entre le bâtiment qui doit être prépondérant et le ou les personnages qui doivent subtilement contextualiser le lieu. Pour sortir de l’ordinaire, les vues d’architecture demandent du contraste, autant sur les couleurs de la photo que dans la situation photographiée. N’hésitez donc pas à déterminer son aspect le plus habituel afin d’en trouver un point de vue ou des caractéristiques inhabituelles en jouant sur la lumière, les ombres, le point de vue, la focale. Comme en paysage, les conditions météorologiques, le moment choisi dans la journée et dans l’année modifient radicalement l’environnement et la perception du bâtiment. C’est au photographe à interpréter ces éléments afin de mettre en valeur les volumes, les courbes, les masses, les couleurs, sans trahir l’intention première de l’architecte. Il est d’ailleurs souvent intéressant d’en apprendre un peu plus sur une construction avant de réaliser sa prise de vue. Vous intègrerez ainsi une dimension culturelle à votre démarche photographique. L’une des principales problématiques de la photographie d’architecture est la perspective. En effet, les constructions élevées posent problème car la prise de vue est la plupart du temps réalisée au sol, en contre plongée. La convergence des lignes et les défauts de perspective sont accentués. Voici une photographie de gratte-ciel montrant bien cette problématique. Pour corriger ces défauts, il existe des objectifs appelés : « à décentrement » qui permettent le contrôle du parallélisme, des lignes verticales ou horizontales. Ces objectifs spécialisés sont très onéreux. Mais n’hésitez pas à vous renseigner à leur sujet si la photographie d’architecture vous passionne. Une première solution plus simple et à portée de tout photographe amateur est de s’éloigner au maximum du sujet en utilisant une focale la plus grande possible. Ainsi, vous diminuez l’effet de contre plongée. Voici maintenant la même prise de vue avec les perspectives corrigées. Depuis l’apparition de la photographie numérique, il est également possible de retoucher ces distorsions et problèmes de perspectives dans un logiciel de retouche comprenant ce type d’outil. Néanmoins, cela implique souvent une perte de définition, et une altération du fichier final. Cela reste cependant beaucoup plus abordable pour le photographe amateur de parfaire de cette façon ses clichés d’architecture. Afin de sortir des sentiers battus, n’hésitez pas à utiliser la réflexion des bâtiments dans un élément miroir ou haut par exemple. Idem, le positionnement d’un premier plan ou son encadrement visuel peut parfois mettre en valeur une structure atypique. Comme en paysage, il est conseillé de travailler aux ouvertures moyennes afin d’avoir la meilleure qualité optique de son objectif, à moins que vous souhaitez maximiser ou minimiser la profondeur de champ. Dans tous les cas, l’utilisation d’un trépied maximise bien souvent les chances de réussite d’une photo d’architecture, surtout par temps sombre par exemple. La lumière doit mettre en valeur les volumes, les textures, et la profondeur. L’exposition doit être parfaitement maitrisée pour éviter les zones trop bouchées ou trop surexposées. En intérieur, la prise de vue peut être difficile si des zones sont très contrastées avec des sources de lumière différentes, lumière du jour d’une baie vitrée et luminaire par exemple. Dans ce cas, travailler sur pied en pose longue est essentiel en multipliant les différentes expositions que l’on pourra ensuite recoller en post traitement. L’idéal reste cependant d’apporter des lumières complémentaires. Si vous manquez de recul, n’hésitez pas à utiliser un objectif grand angle. La photographie d’architecture reste comme tous les domaines photographiques sujets à interprétation du photographe. Elle doit mettre en valeur une construction restant fidèle à son architecte tout en apportant une plus-value esthétique et pourquoi pas émotionnelle. C’est en étudiant avec patience l’environnement du bâtiment que vous choisirez les conditions de prise de vue adaptées à votre vision personnelle.