article(s) dans votre panier VOIR

Tuto ZBrush | Création d'un décor en niveau de gris avec Photoshop partie 2

  • Vidéo 24 sur 34
  • 3h04 de formation
  • 34 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
previous
summary
resume
next
play
Création d'un décor en niveau de gris avec Photoshop partie 2
00:00 / 07:56
HD
fullscreen
Je m’abonne à partir de
16,6 € / mois
OU 19,97€ Ajouter au panier
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès illimité

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans ce tuto on va poursuivre la mise en volume des rochers donc l’augmentation aussi du détail.

On va voir qu’avec le lasso, on peut très facilement délimiter des zones, ce qui permet d’avoir des bords nets et précis. Il suffit tout simplement, avec le lasso, soit avoir une forme libre ou avec ALT, si on veut faire des lignes droites, de délimiter des zones et donc, de remplir soit en foncée ou en claire. Prendre une brosse craie et remplir tout simplement la zone sélectionnée, ce qui va permettre de structurer un petit peu la lisibilité des rochers. A noter que quand on peint avec une brosse seule, sans délimitation, c’est dur d’avoir des bords nets et précis, et donc ne pas hésiter à utiliser le lasso pour y arriver. On peut évidemment l’inverser la sélection avec CTRL+SHIFT+I, comme raccourci et passer sur un bord clair. Le résultat est net et précis, et cela délimite bien la zone qui est un peu floue, mais qui a servit à structurer l’agencement des rochers et leurs mises en place. Plus vous avancez, plus vous cernez votre image avant de valider en confortant ou en corrigeant le volume. Cela va permettre de mettre en avant le relief. Toujours avec la brosse craie, on n’est pas à 100% au niveau de l’opacité, mais on joue toujours avec la pression du stylet. Ne pas oublier de remplir et de laisser quelques accidents un peu plus clairs pour avoir un ressentiment de petits reliefs à l’intérieur creux. Inverser puis repartir en gris plus claire pour venir conforter le bord cette fois-ci et retrouver de la netteté et de la précision. Encore une fois pour avoir quelque chose de plus découpé. Continuer avec le lasso. On est plus net et structuré, moins moue, qu’avec le côté droit, et donc gagner en réalisme. Le but est d’avoir des détails assez réaliste tout en gardant un esprit un petit peu illustré. On va détourer le rocher devant, le délimiter, toujours avec le lasso et avec la brosse craie, régler la taille. Prendre la pipette et réaugmenter les densités de gris. Bien faire apparaître le premier rocher, au premier plan. Ne pas oublier d’inverser sur le bord blanc du rocher. C’est comme le jeu du positif et du négatif. Bien plisser les yeux pour bien voir la lisibilité des volumes, si c’est bon. En plissant les yeux, on simplifie les formes et du coup on voit mieux les choses. On peut aussi flipper l’image, la regarder sous un autre angle. Cela peut permettre de voir des défauts et avoir un œil neuf sur son image. Ne pas hésiter à avoir du recul, à se poser des questions, à avoir un esprit critique quand on construit pour voir si cela fonctionne correctement. Là, on voit bien que là ça crée bien une fissure. Même processus pour la partie droite. Essayer de garder des masses assez sombres sous la créature parce que cela va aider à la lisibilité et cela va la détacher un peu plus encore, avec l’ombre portée qu’on va réactiver après, mais cela va déjà aider à sa lecture. Au passage, ne pas hésiter à rajouter quelques petits détails. S’il y a des parties trop dures dû à la découpe du lasso, revenir dessus pour recréer du flouter, d’accident. L’idée est que cela reste naturel. S’arranger aussi pour que le support, donc les pierres, par rapport aux pattes, soit bien calé pour ne pas se retrouver par exemple avec une patte sur une partie noire, car là on ne comprendrait pas très bien où elle est posée. Tout ce petit raisonnement paraît simple, mais il faut le faire, il faut observer, surtout quand on fait de la création et qu’on n’a pas de modèle. Il faut faire appel à sa mémoire, à son acquis graphique de la réalité. On a bien avancé, un zoom avant de poursuivre avec les montagnes de décor de derrière.