article(s) dans votre panier VOIR

Mise au point en macro : conseils

  • Vidéo 10 sur 22
  • 1h37 de formation
  • 22 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
previous
summary
resume
next
play
Mise au point en macro : conseils
00:00 / 04:08
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
34,90€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Exercice / Validation des acquis
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans la photo macro, les trois fonctions essentielles à la réussite d'une prise de vue sont la vitesse (v), la lumière (ISO) et l'ouverture (f/ ). Il faudra très régulièrement agir sur l'une de ces trois actions afin de réussir un cliché. Concernant la vitesse, une petite règle assez simple est que, pour éviter le flou de bougé, celui qu'on génère avec les mouvements incontrôlés de notre corps, on évitera de descendre plus bas que le nombre : 1/focale de l'objectif. C'est à dire que si on possède un 100mm, la vitesse minimum doit être de 1/100ème. Pour un 60mm ce sera 1/60ème etc... Ensuite la vitesse pourra être augmentée en fonction de la vitesse d'un insecte par exemple, où l'on souhaite figer ses ailes un minimum. Ce qui demandera des vitesses très souvent supérieures au 1/800. A savoir qu'à 1/800, il faut avoir un maximum de lumière à rentrer car le temps d'obturation étant si rapide qu'il ne laisse rentrer que très peu de temps la lumière. Je vais expliquer ce réglage dans la prochaine séquence. Pour figer l'envol d'un insecte, il faut impérativement augmenter la vitesse. D'où, très souvent il faut aussi monter en ISO. Cette montée en ISO va compenser le fait que le capteur du boîtier va recevoir très peu de lumière. Dans un cas comme celui-ci, il ne sera pas rare de monter à 600, 800 voire 1200ISO. A savoir aussi que la montée en ISO va générer, selon votre boîtier, du bruit. C'est-à-dire un aspect inesthétique composé d'un voile granuleux visible sur les clichés et généré par une l'interférence électrique parcourant le capteur au moment de la prise-de-vue. Les boîtiers de gamme semi-pro ou pro maîtrisent relativement bien cette montée en ISO. Si l'image est trop bruitée, il sera possible à l'aide d'un logiciel spécialisé dans le traitement photo, de corriger en partie cet aspect dû au bruit. Pour conclure, dans l'optique d'une prise de vue idéale, avec une bonne lumière et sans ""déchet"" visuel, on se place à 100 ISO ou 200 ISO. Très important, lorsqu'on a repéré un insecte, il faut retenir deux choses : Eviter une prise de vue par derrière de l'insecte qui n'apportera aucun intérêt visuel mais plutôt un cadrage de profil, voire de face. Deuxième chose, la mise au point doit être réalisée sur l'oeil de celui-ci. c'est une des premières choses que l'on doit voir quand on regarde un cliché. D'où, il ne faut pas oublier cette règle du 1/3 devant et 2/3 derrière du point zéro de map et dans certains sur certains insectes comme les libellules qui ont de gros yeux, une ouverture trop grande comme f/2.8 ou f/3.2 ne sera pas suffisante. A f/4 ou f/4.5 ça doit passer tout en réussissant à conserver un arrière plan très fluide et peu structuré.