article(s) dans votre panier VOIR

La typographie Gill Sans

  • Vidéo 9 sur 27
  • 2h41 de formation
  • 27 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Gill Sans
00:00 / 05:53
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
59,00€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans cette formation en ligne pour maîtriser la typographie, l'auteur vous montre le Gill Sans. Ce cours a pour objectif de présenter l'historique de cette police d'écriture. Elle est créée par Eric Gill. Ancien architecte, il se convertit ensuite dans la gravure, la sculpture et le dessin de caractères typographiques. En 1915, à l'issue d'une collaboration avec Edward Johnston, il concourt à la mise en œuvre des enseignes de métro de Londres. Ainsi, l'idée est de dessiner le logo de ce nouveau métro anglais ainsi que les autres panneaux de signalisation. Il s'en suit l'apparition du Johnston Underground, la police principalement utilisé dans ce cadre. A partir de ce type de caractères, Stanley Morrison incite Eric Gill à le revisiter dans un contexte beaucoup plus chaleureux. A cette issue, le dessinateur avance une police avec des formes s'inspirant de la typographie latine, apparentée à la famille des Garaldes. A la différence, il décide d'omettre les empattements comme dans le style linéal. Toutefois, cette police conserve tout autant des pleins et des déliés marqués. La connotation générée par ce type de caractère évoque la classe, le contexte britannique, et représente à la fois un côté masculin féminin. Soutenu par la fonderie Monotype, Eric Gill travaille sur les différents aspects de cette police à savoir l'italique, le gras, le romain, et toutes les itérations possibles. Ce n'est qu'à partir des années 30 que cette police est connue sous le nom de Gill Sans. Toutefois, sa popularité monte à son apogée vers 1940 avec une reconnaissance internationale. Le Gill Sans détrône alors le Futura malgré les éventuelles similitudes. En effet, ils font tous deux partie de la famille des linéales. Cependant, le Gill Sans donne une inspiration beaucoup plus humaniste et moins distante. Comparé au Garamond, il est plus radical et plus élaboré. Ses attributs distinctifs et innovateurs lui valent ainsi un plein succès auprès du public. De plus, la fonderie Monotype le considère comme étant représentatif de l'Angleterre. Le Gill Sans est ensuite utilisé dans des couvertures de livres et sur d'autres enseignes de marques célèbres des années plus tard. Pour conclure, le Gill est une police conviviale qui est favorisée pour son élégance.