article(s) dans votre panier VOIR

La typographie Baskerville

  • Vidéo 6 sur 27
  • 2h41 de formation
  • 27 leçons

Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

Pour accéder à la suite de cette formation, vous devez vous abonner.
previous
summary
resume
next
play
Baskerville
00:00 / 05:32
HD
fullscreen
Je m’abonne
à partir de 16,6 € / mois
  • Visionnage en ligne
  • Accès illimité à toutes nos formations
OU
J'achète uniquement
la formation
59,00€
  • Téléchargement + VOD à vie
  • Accès uniquement à cette formation

Sommaire de la formation

Détails de la formation

Dans cette vidéo en ligne pour maîtriser la typographie, David Rault vous présente le Baskerville. Ce cours a pour but de développer les connotations de ce type de caractères. En 1750, John Baskerville est propriétaire de sa propre imprimerie et son atelier de gravure. Amorcé par John Handy, il crée alors le Baskerville. Ce caractère se démarque alors de la concurrence bien qu’il s’inspire des œuvres de son prédécesseur William Caslon. Toutefois, cette police se distingue par un axe des points vertical tandis que celui du Caslon est en oblique. Ainsi, vous constatez un style revisité et réinventé en contournant les influences calligraphiques. Pour ce faire, il prend exemple sur Philippe Gros Jean qui utilise des matériaux géométriques pour dessiner des caractères tout aussi rationnels et rigoureux. De ce fait, vous remarquez des pleins et des déliés accentués, des empattements horizontaux et des hampes verticales. Par ailleurs, cette police fait partie de la famille des Réales. A la différence des caractères du même genre, il se différencie par des traits innovateurs et plus marqués. D’autre part, le Baskerville est considéré comme une typographie de transition. En effet, le rapprochement de ce style d’écriture avec le Garamond et le Bodoni permet de soulever des caractères intermédiaires. Il présente des connotations aussi chaleureuses que celles du Garamond tout en s’imprégnant de l’austérité du Bodoni. Le Baskerville est un caractère intelligible et adapté pour tout affichage. Cependant, il convient mieux pour des textes longs et des livres. Après le décès de John Baskerville en 1775, cette police d’écriture devient obsolète. Néanmoins, le typographe Bruce Rogers reprend ce caractère en 1920 pour le mettre au goût du jour. Pour conclure, suite à la visualisation de ce cours vidéo, vous savez maintenant que le Baskerville est une police à la fois polyvalente, raffinée et rigoureuse.