Accueil » Vidéo-Compositing » DaVinci Resolve » L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux

Tuto DaVinci Resolve | Qualification HSL

vidéo 37/57
  • Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

    Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

    La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
    previous
    summary
    resume
    next
    play
    Qualification HSL
    00:00 / 15:24
    HD
    fullscreen

Ce cours vidéo fait partie de la formation L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux

Détails de la formation

Alors, on va essayer maintenant de détailler les différents modes de qualification qui sont accessibles et de voir comment on va essayer de travailler finement avec ça. Le premier mode qui vient, par défaut, c'est le mode HSL. Donc HSL pour HUE, Saturation et Luminance. Qu'est-ce que c'est qu'un QUALIFIEUR ?
Un QUALIFIEUR, en fait, ça va être un outil qui va nous permettre de sélectionner une plage de pixels dans notre image. Et cette plage de pixels aura, en commun, une définition de la couleur, de la saturation et de la LUMINANCE. Je vais prendre un exemple : comment est-ce qu’on fait une qualification ? Très simplement, on vient avec sa souris ou son curseur au-dessus du VIEWER et vous voyez que la souris se transforme à ce moment-là en pipette. Et par exemple, si je décide d’aller sélectionner cette teinte ici, je fais juste un clic et vous voyez que, immédiatement, le Résolve nous a donné, il a analysé, en fait, les pixels et il s’est dit voilà ! Eh bien, j’ai ces pixels. Ils sont dans ces tons-là, ils sont dans cette saturation-là, ils sont dans cette luma-là. On pourrait, d’ailleurs, afficher ce qu’il mesure, en montrant, grâce à la petite fonction SHOW PICKER RGB value, on pourrait voir ce que lui, il mesure. On voit que cette mesure, il l'a fait en RGB, de son côté c'est-à-dire que la mesure qu'il nous donne, elle est uniquement RGB et là, on en a une traduction HSL.
L’autre chose à laquelle il faut être très attentif, c'est que quand on prend, quand on veut faire un QUALIFIEUR, on doit toujours être attentif de voir sur quel NODE on travaille et où le NODE prend sa source. Ici, dans le cas présent, le NODE prend sa source directement à l'entrée c'est-à-dire sur le fichier natif. Donc, toutes les mesures que je vais faire, se font sur le fichier natif. Preuve en est, j'ai fait une sélection que vous voyez ici. Si je décide de, complètement, changer la couleur, dans cette sélection et si je prends un COLOR PICKER que je me remets ici, eh bien, vous voyez que je suis, toujours, dans les tons bleus. Je suis, toujours, dans les tons bleus parce qu'il a été, le chercher à la source sur le fichier. Autrement, si je rajoute derrière ce NODE-là, celui où j'ai fait ma correction de couleur, si j’en rajoute un deuxième et que dans celui-là, je décide de venir prendre, de piquer une couleur, vous voyez bien que le HSL a été cherché les images qui sont dans les tons rouges. Là, où effectivement, j'avais placé les choses. Pourquoi ? Parce que ce NODE-là va prendre sa source d'information dans celui-là et dans celui-là, l'image est rouge. Elle a été traitée par le Résolve et cette partie corrigée est devenue rouge.
Donc si maintenant, je fais un QUALIFIEUR dans cette zone-là, effectivement, j'ai bien du rouge sélectionné. Alors qu'au même endroit dans l'image sur le premier NODE, à la source, vous voyez que, tout de suite, en fait, je suis partie dans une autre définition de couleur : HSL. Donc, c'est très important. La première chose, vraiment, quand on travaille avec un QUALIFIEUR, c'est de mesurer là où on va poser sa qualification, dans quel NODE on va la faire, à quel moment dans l'arborescence on va la faire. Pour le reste, eh bien, le QUALIFIEUR HSL, il a quelques paramètres ici, des paramètres en HUE, des paramètres en saturation, des paramètres en luminance. À chaque fois, on tourne sur le même principe. On a, en tout cas, pour le HUE, on a un CENTER c'est-à-dire la possibilité d'aller sélectionner une plage de couleur si on veut sélectionner les tons chauds. Eh bien, vous voyez que la plage est complètement différente. Là pour le moment, j'applique toujours la même correction, hein !, qui est de mettre du rouge et vous voyez qu'en fait, cette correction va s'appliquer à des endroits très différents en fonction du fait que je sélectionne une plage de couleur ou une autre. On pourrait, bien sûr, réduire cette plage de couleur, l'affiner au maximum et dire « ben, je voudrais juste la correction sur ce qui est dans ces tons-là très précisément ». Et vous voyez qu'en me baladant à travers les différentes couleurs, maintenant, j'ai une zone touchée beaucoup plus fine que tout à l'heure. On pourrait, aussi, décider qu'on va SOFTER de telle façon à ce que… Alors le SOFT, qu'est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que mon QUALIFIEUR a été piqué à cette couleur-là très précisément. Mais, je vais lui dire que les pixels voisins qui vont jusqu'à cette couleur-là, ou jusqu'à cette couleur-là en passant par toutes ces nuances, eh bien, je vais les inclure dans ma sélection. Et on a un dernier paramètre ici, qui est la symétrie. Et la symétrie qu'est-ce que c'est ?
Eh bien, à partir du moment où on a un SOFT, à partir du moment où on a une pente comme ça sur le graphe, eh bien du coup, je vais pouvoir dire que « ben en fait, je voudrais les rouges surtout, mais pas les tons qui vont vers le jaune » ou, inversement, « je voudrais surtout les tons jaunes, mais, pas ceux qui vont vers le rouge ». Et vous voyez, en fait, ça fait, bien sûr, évoluer ma sélection d'une manière assez forte. Donc ça, c'est pour la partie HUE. Ensuite, on a la partie saturation.
La partie saturation, ça va être… Pour le moment, je prends ce qui est, on va dire, peu élevé en saturation. Si je décide d'aller travailler, plutôt, de prendre des choses très saturées et de supprimer ce qui n'est pas saturé, vous voyez que, très rapidement, eh bien finalement, dans les tons que j'ai sélectionnés, j'ai quasiment pas d'informations. Voilà ! Ça commence à monter, on va dire, à partir d'ici sur les cadres et sur les fonds. Si je me déplace de la même manière, vous voyez que tous les paramètres sont interactifs c’est-à-dire que si maintenant je décide d'aller chercher les verts un peu saturés, ben finalement, je n'en ai pas dans mon image. La seule couleur que j'ai un tout petit peu saturée dans mon image, elle se situe bien là où les avait tout à l'heure. Si je redescends, vous voyez qu'on récupère, effectivement, une sélection. Donc, le paramètre de saturation, lui aussi, on va pouvoir dire « ben, je voudrais ça, mais en SOFTant de la même manière » c'est-à-dire pour toujours l'idée de fondre la correction avec le reste. Et vous voyez que ça me permet d'aller chercher, par exemple, vraiment une nuance de ton chaud dans mon QUALIFIEUR, hein ! Je vous le montre ici. Vous voyez qu'on a sélectionné relativement très peu de choses. Je pourrais vous le montrer, aussi, en mode masque. Et vous voyez qu'en fait, ce qui est vraiment blanc est très…, il y a très peu de choses. La plupart des niveaux sont plutôt dans les tons gris. Ce qui veut dire que la correction a beau, toujours, être aussi forte ici. Comme j'ai adouci mon masque, eh bien finalement, on a amené une teinte. Même si elle est forte, beaucoup plus douce que ce qu'on avait tout à l'heure, bien sûr, le SOFT peut marcher autant vers le bas que vers le haut. Et donc, ça nous permet de régler précisément la plage qui nous intéresse, de sélectionner. En général, quand on travaille avec le QUALIFIEUR, on passe, tout de suite, soit en mode masque classique du Résolve, soit au mode masque noir et blanc qui nous permet de voir vraiment la sélection en mode ALPHA.
Je reviens à mon image. On a, enfin, un dernier paramètre, ici, qui est exactement comme la saturation. Il va avoir ces limites, en bas, en haut, son SOFT en bas, son SOFT en haut. Ça veut dire que si je veux toucher que dans cette sélection que j'ai fait, si maintenant, je veux l'affiner qu'aux parties les plus éclairées, eh ben, bien sûr du coup, ça veut dire que je vais éliminer ce qui est dans les basses lumières et remonter un petit peu mes niveaux, peut-être. Et puis, je vais revenir tout doucement pour voir à partir de quand… voilà, on commence à accrocher un peu des choses sur le cadre, sur le mur du fond. Je ne sais pas si vous le voyez, voilà ! Et je peux le doser très précisément. Alors pareillement, on va passer en mode ALPHA et on, voir qu'ici on va pouvoir vraiment définir les choses qui nous intéressent ou pas avec une très grande précision. Plus, je deviens blanc, plus la correction est forte. Plus, je deviens sombre, moins la correction sera forte. Toujours pareil, on peut faire un vrai SOFT si on veut monter un tout petit peu et avoir une correction très très douce, par exemple, juste donner une nuance. Eh bien, on verra, le faire comme ça. On pourrait faire la même chose, par les hautes lumières, si c'était nécessaire. Une fois qu'on a fait notre sélection, il nous reste, maintenant, la possibilité de FLOUTER notre sélection. Alors, je vais faire une sélection un peu plus franche pour qu'on voie bien l'effet du flou. Et vous voyez que là, on va vraiment flouter, en fait, pas l'image, mais le masque. Ça veut dire que ça peut nous donner, éventuellement, des effets de HALLO si on fait un flou trop poussé sur le masque, hein ! Mais, c'est vraiment le masque qui est flouté. On a un autre paramètre en dessous qui est le H/V Ratio, qui, en fait, dit « soit je fais, j'organise mon flou si je fais un flou important, soit je l'organise si j'ai un panneau vertical ou horizontal dans un sens ou dans l'autre ». On pourrait, pour s'en rendre compte, zoomer dans l'image, aller chercher des détails. Alors, je vous rappelle, clic central qui permet de bouger dans le VIEWER, une fois qu'on a grossi. Et regardez bien ce qui se passe sur les bords du masque. Vous voyez qu'on a des lignes plutôt à la verticale ou des lignes plutôt à l'horizontale. On a flouté, en donnant le flou plutôt de manière horizontale ou verticale. Ce qui nous permet, en fait, quand il y a un panneau, de mieux fondre une correction. Donc ça, c'est un paramètre aussi très intéressant à utiliser.
On a aussi, une fois qu'on a flouté notre correction, la possibilité d'élargir notre sélection. Vous allez voir que là, en fait, je rajoute des pixels autour de notre sélection et on a, aussi, la possibilité si on fait, on rajoute un tout petit peu de pixels. En général, ce sont des choses qu'on manipule avec vraiment beaucoup de finesse.
On a la possibilité, également de, du coup, de faire un OFFSET c'est-à-dire de réduire, également, cette sélection. En général, quand on travaille, augmenter d'un côté et réduire de l'autre, ça nous permet, en fait, de modifier un tout petit peu les résultats des corrections sur les bords du masque c'est-à-dire que d'un côté on élargit la sélection, de l'autre côté on la restreint. Et en jouant sur les limites de ces deux choses, on peut remodifier légèrement ce qui se passe dans la sélection. Donc, on a, enfin, une dernière sélection d'outils qui est là.
Le premier, c'est la pipette. Celui-là, en fait, c'est nous « dit, je vais aller piquer à tel endroit ». Le second, c'est la capacité qu'on a d'inverser le masque. Les parties qui étaient blanches maintenant, elles deviennent noires c'est-à-dire qu’en fait, quelques fois…, je vais refaire un SHIFT Z pour revenir au VIEWER en plein écran. Quelques fois, il peut être intéressant de sélectionner une partie très facile et de se dire qu'on va travailler à l'inverse. Dans ce cas-là, on inversera notre sélection en utilisant cet outil-là, ce bouton-là. On a l'outil qui est là, qui est, en fait, le HIGHLIGHT dans le Résolve c'est-à-dire la capacité d'afficher ou de ne pas afficher le MAT, la sélection faite. Donc, par défaut, il revient dans le dernier MAT que vous avez fait. Là, j'avais sélectionné l'affichage masque noir et blanc. Si je reviens à un affichage masque gris, mode résolve, vous voyez qu'en fait, il m'affiche bien maintenant l'aller-retour, le masque Résolve. On a enfin, si je repasse ici, on a enfin la capacité de rajouter d'autres couleurs c'est-à-dire d'élargir tout ça. Il faut savoir que quand on élargit, on va aller, du coup, rajouter des couleurs entre ce que vous avez fait jusqu'à présent et la prochaine c'est-à-dire que là, j'étais dans les tons jaunes. Si maintenant, je vais piquer des tons bleus, vous voyez que j'ai immédiatement élargi ma sélection de manière très forte. Donc, il faut être prudent. Et si je dis maintenant au milieu de tout ça, je voudrais enlever des verts. Eh bien, il faudrait que je voie l'image sans correction. J'ai des verts voilà, sur la petite boite. Si je dis maintenant, je voudrais enlever ça, eh bien en fait, j'ai réduit c'est-à-dire que mon bleu, que j'avais sélectionné, il va me le ramener jusqu'à avoir exclu le vert que j'avais qualifié. Donc ça, c'est, correction et c'est la manière dont on sert de ces petits outils. En fait, ça va à chaque fois étendre, considérablement, la plage si on n'est pas raisonnable. En revanche, si on veut juste ramener quelques nuances en plus, imaginons qu’on soit parti de quelque chose de beaucoup plus étroit au départ qui serait en l’occurrence des nuances très fines ici et si on avait voulu un tout petit peu élargir, eh bien, en ce moment-là, on aurait rajouté du SOFT. Je vais me mettre ici, on va de nouveau grossir avec la commande pomme =. On va venir avec le clic central, se centrer ici et vous allez voir que maintenant que j’ai sélectionné mon SOFTNESS, je vais pouvoir, par exemple, dire « ça, ça m’intéresse, mais, j’aurais voulu, aussi, un tout petit peu plus loin par-là ». Et là, je vais pouvoir, tout doucement, élargir ma sélection très très très finement c’est-à-dire que là, tout ce qu’on fait, va se faire de manière très très fine à partir du masque qu'on a, voilà ! En faisant un glissé, au début, j'avais piqué juste sur des zones très très précises. En faisant un glissé à ce moment-là, on va pouvoir affiner. Si je fais maintenant un glissé ici, je vais pouvoir encore affiner ces zones-là. Voilà ! Et là du coup, on a fait un espèce de SOFT. On pourrait, aussi, décider d'éliminer cette zone de SOFT et de dire, eh bien ça, ça m'intéresse, mais, pas ça. Du coup, on va pouvoir vraiment sélectionner très très finement. Alors, cette partie-là, elle va être commune aux différents outils que nous avons ici et que nous allons détailler.

Cette formation DaVinci Resolve est également disponible dans les packs suivants

3 Notes et avis
Note moyenne:
3.941175 5 0 17
17
Donnez votre avis sur la formation L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux !
Vous devez acheter cette formation pour écrire des commentaires
Cédric ETIENNE il y a 386 jours.
Votre note :
5 5 0 0
0

trés bien

pour novice comme moi j'ai appris pas mal de chose même si j'ai pas vraiment compris les settings et tout .Mais pour sa il me suffit de me repassé le tuto plusieur fois.
Dominique JARLAN il y a 527 jours.
Votre note :
2 5 0 0
0

Trop brouillon

Video interessante maps trop brouillon
ludovic gaudry il y a 567 jours.
Votre note :
5 5 0 0
0

le top..

Mr Jean COUDSI top en formateur

il est claire et précis

merci pour cette formation