Accueil » Vidéo-Compositing » DaVinci Resolve » L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux

Tuto DaVinci Resolve | Qualification en fonction de l'échantillonage

vidéo 41/57
  • Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

    Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

    La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
    previous
    summary
    resume
    next
    play
    Qualification en fonction de l'échantillonage
    00:00 / 10:15
    HD
    fullscreen

Ce cours vidéo fait partie de la formation L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux

Détails de la formation

Alors, pour continuer sur les qualifications, on va aborder un point important, qui est de se faire une idée des médias avec lesquels on travaille. Pourquoi ? Parce que, bien évidemment, un média qui est bien échantillonné, c'est-à-dire dans lequel on a un maximum d’informations, un média, par exemple, en 4 :4 :4, ou en 4 :2:2 ou 4 :2 :0 , va nous donner des résultats franchement différents.
Alors, pour comprendre ça c'est…Un média échantillonné en 4 :4 :4, ça veut dire que tous les pixels ont, effectivement, une information de luminance et de couleur. Quand on passe en 4 :2 :2, ça va être un pixel sur deux qui va récupérer les pixels de, les informations de couleur. Alors que la luminance va rester, tout le temps, active. En 4 :1 :1, eh bien, ça va être 1 sur 4 et en 4 :2 :0, eh bien, vous voyez qu'on a, de moins en moins, d'informations. En fait, elle est repartie différemment. Les choses pourraient s'aggraver si on était sur des images tramées par exemple. Ce qui est important de bien comprendre, c'est qu'on a, d'une part, le fait d'avoir beaucoup d'informations en couleur ou peu d'informations en couleur. Une chose est sûre, c'est que quoi qu'il arrive, quel que soit le système d'échantillonnage couleur, un a toujours l'ensemble des informations sur la luminance c'est-à-dire le canal Y, ce qui nous donne les informations de LUMA. En fait tout ça, c'est toujours à plein. Pourquoi ?
Parce qu'en fait, les ingénieurs, quand ils ont conçu ces systèmes de captation, ils savaient que l'œil est beaucoup plus sensible à la lumière qu'à la couleur. Vous vous promenez dans la rue et il y a un tout petit fausse teinte, un petit nuage qui passe et vous allez, tout de suite, le sentir. Mais, vous allez peut-être pas analyser que la température de couleur a varié, que la température de le, globalement la lumière est plus froide et les petites variations de couleurs, on a du mal à les sentir. Donc, quand les ingénieurs ont imaginé des systèmes pour que les fichiers prennent moins de place, eh bien, ils ont sacrifié les données de couleur plus ou moins, du 4:2 :2 au 4 :2 :0. Sachant que le 4 :2 :2 aujourd'hui, c'est la norme BROADCAST, c'est-à-dire qu'il est accepté comme une référence, dès qu'on aura besoin de faire des travaux précis, dès qu'on aura besoin de faire de l'intégration des compos, etc., eh bien, bien sûr, on préfèrera être en 4 :4 :4. Et puis pour le reste, rapidement avec les caméras bon marché, on tombe à des fréquences d'échantillonnage qui sont quand même, on va dire, beaucoup plus difficiles à travailler. En tout cas, ce qu'il faut bien retenir, c'est que, plus le fichier est bien échantillonné et plus, on aura de possibilité de qualifier finement, moins on sera échantillonné, plus ce sera difficile. Et en tout cas, on aura toujours la ressource d'essayer de le faire uniquement par la LUMA, puisque la LUMA a, toujours, toutes les informations. Alors, et sans oublier les phénomènes de compression qui pourraient encore aggraver ces phénomènes d'échantillonnage, on va justement comparer des sources différentes. Celle-ci, c'est de la RED. À l'origine, c'est un fichier 4 :4 :4 en RED.
Si je mets juste un petit QUALIFIER comme ça dans une zone, on va dire la zone la plus rouge de la joue, je vais avoir un premier masque comme ça. Ce serait intéressant de zoomer dans l'image hein ! Vous vous rappelez que c'est pomme = ou pomme- et se rendre compte qu'en fait, eh bien, sur une première CROLEFICATION sans avoir vraiment rien SOFTER, on a quand même un maximum de détails. Il faut regarder ce qui vient ici. La manière dont on peut être relativement très précis. Si j'affine au maximum cette source, on va aller vraiment à la limite de la, je demande l'échantillonnage là pour le coup. Vous allez voir que si je défais les paramètres que je garde, de saturation et de LUMA et que je garde juste ce qui est cette couleur très précisément, on a beaucoup d'informations sachant qu'on a vraiment beaucoup zoomé dans l'image. Bien sûr, toujours le même principe, faire une belle qualification, c'est SOFTER les masques, et vous voyez que dès que je vais être un tout petit peu plus large, je vais pouvoir récupérer vraiment beaucoup de douceurs dans le masque tel qu'il est là et on ressent ici. Alors, on voit bien les limites de la DEBAYERISATION, hein ! D’ailleurs, sur ce fichier RED, on sent bien que si on zoome fortement, on va retomber sur, en fait, notre trame de BAYER hein !, telle qu'elle a été lâchée, telle qu'elle a été développée, tel que le RAW a été développé. Malgré tout, on a beaucoup de définitions.
On a la possibilité d'améliorer le masque très très facilement. Il suffit de travailler un tout petit peu sur la saturation. Il suffit de, par exemple, d'adoucir, un tout petit peu, ce qui se passe en bas, de donner un tout petit peu plus d'informations. On va pouvoir réussir à obtenir des masques d'une très grande finesse malgré tout hein ! Vous voyez qu'on peut, vraiment, travailler très finement et avoir des masques très doux. Prenons un autre exemple.
On va passer sur, par exemple…, alors, j'en profite pour vous montrer qu'on a préparé des sessions, là, dans la conformation et que donc, on peut passer d'une session à une autre assez facilement. On pourrait le faire ici aussi. En fait, on a accès à toutes les sessions qui ont été organisées ici. Et depuis le Résolve 9, on a accès à ces sessions sans être obligé de repasser par l'onglet conforme. On va aller prendre une autre peau ici, c'est également de la RED. Alors, la même chose, on voit que, très rapidement, on va pouvoir obtenir des QUALIFIEURS de bonne qualité, on va pouvoir adoucir. Vous remarquez que plus, on descend dans les ombres et plus, on retrouve les pixels dont j'ai énormément zoomer hein ! Si je me remets en taille réelle, bien, voilà ! Et ça, c'est toujours pareil. C'est des histoires de saturation qu'on peut régler assez simplement, en général, en adoucissant par des softs sur la saturation. Ici, on a sélectionné une plage de couleur assez large, on pourrait essayer de la réduire.
Si on veut sélectionner juste les hautes lumières dans la peau et trouver l'endroit où on soit le mieux centré…, voilà ! Comme ça, et vous voyez qu'une fois de plus, on va réussir à avoir un masque, quand même, de bonne qualité. Là, sur ce média-là, en fait, on a des taux compression qui sont plus importants. Ça nous…, on voit bien la différence, en fait, hein ! de… Les compressions vont créer, en fait, des espèces de petits blocs qu'on aura du mal à gérer, en les laissant à peu près, régulièrement, à peu près partout. Et puis après, on pourra aller jusqu'à l'autre extrême, hein !, c'est-à-dire prendre des images d'une GOPRO par exemple. Et vous allez voir que si, par exemple, je fais un masque dans le visage, si je fais un QUALIFIER dans le visage, bien, vous voyez, tout de suite, que la finesse du masque est quand même très très différente, hein ! Là vous sentez et les compressions et l'échantillonnage pauvre, sans aucun problème.
On pourrait, aussi peut-être, observer les SCOPES et voir que l'information n'est pas aussi bien décrite que si on est, par exemple, sur une image. Vous voyez la finesse ici, je pourrai le mettre en plus grand pour qu'on se rend compte. Vous voyez la finesse du signal ? Et on sent bien qu'ici, on est un peu différent, que ce n'est pas la même finesse. En tout cas, une chose est sûre, c'est que dès qu'on va faire un QUALIFIEUR là-dedans, si je passe ça, ici, on voit, tout de suite, les phénomènes d'échantillonnage et de compression. Sur la GOPRO finalement, ce qui y ressort le plus, c’est peut-être la compression qu’on voit ici. Alors, on pourrait, malgré tout, si on décide d’éliminer…, on sait qu’on a peu d’informations en couleur. Donc, on pourrait décider, par exemple, d’éliminer les notions de saturation et de couleur. Et là, vous allez voir que si on arrive à isoler, par exemple, ce visage uniquement par des paramètres de lumière, on aura un masque finalement qui ne sera pas si mauvais que ça. Tout le problème va être de savoir si on peut ou pas isoler la zone qui nous intéresse uniquement sur des paramètres de lumière. Et vous voyez comme on a, en éliminant les paramètres de saturation et de couleur, si je remets la couleur là-dedans, tout de suite, vous voyez apparaître, du fait de manque d'information écrite au départ, on perd beaucoup sur le QUALIFIEUR. Là on retrouve une certaine douceur qu'on pourrait gérer peut-être, en mettant, en se disant bien voilà, en fait, si je veux faire une qualification sur la peau, je vais peut-être utiliser juste une petite patate et lui demander de qualifier la chose, de suivre, de faire un masque qui nous suive… le personnage pour être…, réussir à voir une correction, on va dire, efficace. Mais sans cette chose-là, ce serait absolument impossible de pouvoir qualifier correctement des médias quand ils sont très compressés ou quand ils ont vraiment un échantillonnage trop pauvre.

Cette formation DaVinci Resolve est également disponible dans les packs suivants

3 Notes et avis
Note moyenne:
3.941175 5 0 17
17
Donnez votre avis sur la formation L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux !
Vous devez acheter cette formation pour écrire des commentaires
Cédric ETIENNE il y a 385 jours.
Votre note :
5 5 0 0
0

trés bien

pour novice comme moi j'ai appris pas mal de chose même si j'ai pas vraiment compris les settings et tout .Mais pour sa il me suffit de me repassé le tuto plusieur fois.
Dominique JARLAN il y a 526 jours.
Votre note :
2 5 0 0
0

Trop brouillon

Video interessante maps trop brouillon
ludovic gaudry il y a 566 jours.
Votre note :
5 5 0 0
0

le top..

Mr Jean COUDSI top en formateur

il est claire et précis

merci pour cette formation