Accueil » Vidéo-Compositing » DaVinci Resolve » L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux

Tuto DaVinci Resolve | Comprendre le langage de l'étalonneur

vidéo 6/57
  • Un contenu flash devrait s'afficher ici. Votre navigateur ne comporte pas de plugin flash, ou il ne s'est pas correctement initialisé.

    Vous pouvez télécharger le plugin flash depuis le site d'Adobe à l'adresse suivante : http://get.adobe.com/flashplayer/.

    La suite de cette vidéo est accessible après achat de la formation.
    previous
    summary
    resume
    next
    play
    Comprendre le langage de l'étalonneur
    00:00 / 09:01
    HD
    fullscreen

Ce cours vidéo fait partie de la formation L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux

Détails de la formation

Alors, avant d’attaquer ce tutoriel sur le résolve et sur l’étalonnage, on va essayer de se remémorer un certain nombre, ou d’apprendre, je ne sais pas où chacun d’entre vous en est. Donc, on va essayer de reposer les bases d’un certain nombre de points concernant la couleur, l’alluma, le contraste, de telles façons à ce que tout au long du tutoriel, vous ne soyez pas perdu avec ces termes que j’emploie assez régulièrement.
Alors, la première notion dont on va parler, tout de suite, parce que c’est une notion fondamentale en étalonnage, c’est celle du contraste. Le contraste, c’est, en réalité, la mesure des points les plus clairs et des plus sombres dans une image. On dit d’une image qu’elle est contrastée quand on a des noirs qui sont très noirs et des blancs qui sont très blancs. Bon, voici par exemple, un exemple d’une image très noire. Même si on a complètement twisté le signal du scope à côté, on a, effectivement, des noirs très profonds et des blancs très explosés. Cette image est très contraste. On aurait pu la ramener à un contraste raisonnable.
Se dire que je vais coller mes plus hautes lumières au signal tout en haut du scope et je vais descendre mes noirs de telle façon à ce qu’ils viennent flirter avec le zéro en bas, donc ça, c’est la notion de contraste au niveau de la réponse de lumière. Il y a aussi le contraste de couleur.
Le contraste de couleur, c’est la capacité de bien mettre en évidence des couleurs très différentes. Ça veut dire par exemple, dans une image aussi simple que ça, tout ce qui est en haute lumière, je vais le mettre dans des tons froids, et tout ce qui est en basse lumière, je vais l’emmener, par exemple, dans des tons un peu différents. Tout ce qui est en moyenne, on va l’envoyer encore dans quelque chose, ce sera là. L’exemple que je vous donne n’est pas vraiment très beau, mais, en gros, on a forcé le contraste de couleur et vous voyez que dans le scope, on voit bien le signal de couleur qui se découple. Ici, on avait un signal, par ici, qui était quasiment neutre. On voit qu’il n’y a pas assez de bleu et pour cause, on aurait pu le faire remonter ici un petit peu et, voilà et là du coup, j’ai très peu de contraste de couleur. Je suis blanc assez équilibré. J’ai un peu de contraste de couleur ici.
Ensuite, on pourrait parler de l’alluma. L’alluma, on va en parler beaucoup parce que le résolve est un logiciel qui va pouvoir faire ces corrections soit en YRGB, c’est-à-dire le Y justement c’est l’alluma, RGB c’est pour Red, Green, Blue c’est-à-dire les trois couleurs primaires. Donc, soit on va faire nos corrections ici directement en YRGB et vous allez voir que si on bouge, par exemple, la petite roue dentée, eh bien, c’est tout le signal qui bouge. La lumière, le rouge, le vert, le bleu bougent de manière synchrone ou bien, on va faire des corrections uniquement avec l’outil LUMA c’est-à-dire avec le Y et ça va nous permettre, éventuellement, de saturer et de désaturer les images. On le verra plus tard. L’alluma finalement, qu’est-ce que c’est dans une image ? Eh bien, c’est ce qui resterait si l’image était en noir et blanc. Là, ici, vous avez la réponse, le signal LUMA sur l’image qu’on a sur votre gauche.
Il faudrait qu’on parle aussi du LIFT, du GAMMA, du GAIN qui sont présents ici, dans ces corrections trois voix et alors, pourquoi est-ce qu’ils ont ces noms qui pourraient sembler un peu bizarres, un peu déplacés. Ben au fait, non ! ce n’est pas simplement parce que c’est de l’anglais. Les termes sont très évocateurs. Le LIFT, en anglais, c’est l’ascenseur. Voyez bien que si j’utilise le LIFT, eh bien en fait, je fais monter et descendre mon signal. Hein ! En parallèle évidemment, il va décoller, j’ai trouvé que c’était ici. Il va décoller bien sûr les noirs, hein ! Mais, on voit bien qu’il a un effet ascenseur. On pourrait le résumer comme ça. Je remets à zéro.
Le GAMMA, lui, le GAMMA, on l’appelle GAMMA par analogie avec le gamma dont on parle qui est une courbe de gamma. C’est parce que, eh bien en grosso modo, il va ne toucher ni les parties les plus sombres, elles vont rester à peu près au même niveau, ni les parties les plus claires qui vont rester à peu près au même niveau. Mais en revanche, elle va modifier le contraste dans l’image et vous voyez qu’en réalité, la petite partie la plus sombre reste toujours au même niveau, la petite partie la plus claire reste toujours au même niveau et c’est, je répartis le contraste de manière différente à l’intérieur de ça.
Le GAIN lui, eh bien le gain, il va nous permettre d’augmenter ou de diminuer le signal c’est-à-dire on a plus ou moins de haute lumière. Et vous voyez que contrairement au LIFT, tout à l’heure, le signal s’étire entre le 1000 et 1023 ou se compresse entre le 0 et 1023 alors qu’en fait, le LIFT lui nous faisait, vraiment, déplacer le signal pour le compresser vers le haut. Le GAIN nous le compresse vers le bas.
La deuxième chose qu’on va voir et qui va aussi vous aider à comprendre un petit peu ce qui se passe à chaque fois que vous voudrez sortir un scope et comprendre ce qu’on lit dessus, c’est de, d’essayer de comprendre l’interprétation de ce qui est ici dans ce signal, à quoi ça correspond. Eh bien au fait, c’est ni plus ni moins que la description de l’image que vous avez là. Elle se lit de gauche à droite ou droite à gauche comme vous voulez. On voit bien ici qu’on a une partie très très dense, qu’on retrouve là sur la droite. On voit bien ici qu’on a une source un peu plus haute que tout le reste qui tire vers les jaunes, verts que je vais retrouver ici. On voit bien ici un toit qui monte bien bleu qu’on retrouve là. Bref, on pourrait redécrire un peu l’image comme ça. Eh pour bien s’en rendre compte, il suffirait de placer, par exemple, une petite, un petit masque.
L’intérêt du résolve, vous voyez, c’est que le scope se met à jour en fonction des masques qu’on met et donc là, vous voyez bien qu’on retrouve, effectivement, notre haute lumière dans les tons jaunes. Ici, on va retrouver quelque chose d’assez dense dans les tons bleus. C’est notre toit hein ! Vous voyez ? On sent que c’est dense et on voit bien que la dominante est bleue. Ici on aurait une autre dominante par là un peu plus claire. On visite les toits, on pourrait visiter maintenant l’eau derrière. Vous voyez ? On pourrait visiter le ciel et à chaque fois, en fait, on décrira l’image telle qu’elle est.
Ce qui est important, c’est de bien comprendre que les scopes et la lecture de l’image se fait en 10BIT. On part de 0 à 1023. On a bien, donc, 1024 valeurs, ce qui correspond à du 10BIT et chacun des signaux Y R G et B sont décrits dans cette gamme là. Si je me mettais en mode parade, je n’aurais que les trois canaux RGB et en fait, c’est la même image, c’est toujours la même image qu’on a vue. Elle est compressée dans le sens de la largeur parce qu’on en lit que, on l’a collé sur 1 /3 pour que chacune des trois couleurs ait sa place, donc 1/3 pour le rouge, 1/3 pour le vert, 1/3 pour le bleu. Mais, vous voyez, en fait, que ce que vous lisez comme forme ici, toutes ces formes que vous avez là sont exactement celles qu’on avait de l’autre côté sauf que là, elles occupent toute la largeur.
On a aussi la possibilité de lire l’image avec un histogramme pour ceux qui ont l’habitude de Photoshop, ou à l’aide d’un vecteurscope pour mesurer la saturation. C’est-à-dire, j’ai une image qui, globalement, est saturée vers le jaune et un petit peu dans les tons froids de l’autre côté puisque le centre de vecteurscope, on pourrait essayer de le mettre en valeur ici. Voilà, le centre du vecteurscope, en fait, se trouve au centre de cet ovale là, ici. Alors, voilà donc, quelques mots à bien comprendre. On en découvrira d’autres, par la suite, surtout avec des exemples pour que vous compreniez bien comment tout ça fonctionne.

Cette formation DaVinci Resolve est également disponible dans les packs suivants

3 Notes et avis
Note moyenne:
3.941175 5 0 17
17
Donnez votre avis sur la formation L'étalonnage numérique avec DaVinci Resolve 9 - Les fondamentaux !
Vous devez acheter cette formation pour écrire des commentaires
Cédric ETIENNE il y a 380 jours.
Votre note :
5 5 0 0
0

trés bien

pour novice comme moi j'ai appris pas mal de chose même si j'ai pas vraiment compris les settings et tout .Mais pour sa il me suffit de me repassé le tuto plusieur fois.
Dominique JARLAN il y a 521 jours.
Votre note :
2 5 0 0
0

Trop brouillon

Video interessante maps trop brouillon
ludovic gaudry il y a 561 jours.
Votre note :
5 5 0 0
0

le top..

Mr Jean COUDSI top en formateur

il est claire et précis

merci pour cette formation